Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cinéma c'est donc l'enfer !

  • De l’écriture en général et des pâtés d’Yfig en particulier (à l’intention des cornichons indispensables pour accompagner les pâtés)

    Non …. Je ne vais pas vous apprendre à faire des pâtés de foie gras de Zanzibar ou des rillettes de Montélimar … je veux seulement vous entretenir de mes divagations scribouillardes.

     

    Oh ! Je n’ai guère de notoriété à poser en guise de ridelles autour de ma personne pour vous convaincre de mon habilitation à vous entretenir de littérature.

    Je n’ai aucun « best seller » à opposer à vos réticences à faire preuve de bonne volonté à mon égard.

    Et je n’ai même pas de kalachnikov à vous mettre sous le nez pour vous forcer à m’écouter !

    Rien, je n’ai rien que quelques mots d’intro qui, espérons, vous donnerons envie de faire un petit bout de chemin en ma singulière compagnie.

     

    De quoi t’est-ce exactement que je veux vous causer ?

    D’écriture.

    Pas de styles …. Encore que … Pas de genre … même si … Pas de règles … ou à l’insu de mon plein gré …

    Non, je veux vous entretenir de la façon dont l’usage de l’écriture peut amener à penser l’écriture différemment.

    Au début était le verbe … Ouais …. Bon …. C’est pas original mais ce n’est pas moi qui ai inventé cette faribole !

    Au début que j’écrivais … car il a bien fallu un début … je ne savais pas trop quoi écrire ni comment.

    Pourquoi ?

    Mais diantre, fichtre ! Parce qu’on peut écrire de tant de différentes façons !

    Un article de style journalistique.

    Un cours théorique sur la conchyliculture du bigorneau aux yeux bleux.

    Un conte de fée humoristique ou lubrique.

    Un sketch pour amuser le bourgeois qui s’emmerde devant sa téloche.

    Une chronique des temps moderne dont la modernité n’a rien à envier au Moyen-âge qui était en avance sur son temps dans bien des domaines.

    Un roman … d’aventures, d’amour, d’espionnage, policier …

    Une pièce de théâtre, une comédie de boulevard, une tragédie, un burlesque …

    Un scénario de cinéma ou une série télé ou de Bande Dessinées …

    Vous rendez-vous compte de l’éventail infini de possibilités qui s’étalaient provocantes à mes yeux innocents ?

    En fait, si je me souviens bien, j’ai écrit une nouvelle.

    La nouvelle, c’est pas mal pour débuter. C’est court et on peut n’y mettre qu’un nombre limité de personnages. Ma nouvelle, je l’ai intitulée : « le choix du père ». C’est bien comme titre parce que ça n’a pas de sens unique. Le choix … quel choix ?

    Faut pas croire, écrire une nouvelle de 25 pages, ça peut paraître facile mais ça ne l’est pas !

    On se lance dans une grande aventure en se demandant si on y arrivera … on tombe sur des tas de pièges inattendus.

    Par exemple, pour faciliter l’écriture, j’avais choisi de baser ma nouvelle sur une aventure qui m’était réellement arrivée … genre biographie épisodique. Mais on se pose rapidement la question de savoir ce qu’on peut dire et ce qu’il faut garder pour soi parce qu’on sera peut-être lu par des inconnus, des amis, voire la famille …

    En fait … personne … ou presque ne vous lit … mais ça, on ne le sait pas au début !

    Ensuite, j’ai écrit quelques mirliton … souvent, c’était des réponses rimées à des vacheries reçues sur internet …

    Puis j’ai décidé de me lancer dans un roman.  Ne le cherchez pas en librairie il n’a pas été édité. Son titre : « Ludmilla » … encore un titre suffisamment évasif pour que personne n’ai envie de le lire.

    Un premier roman, ce n’est pas une aventure, c’est une gageure, un travail herculéen à réaliser par un nain. On ne devrait jamais se lancer dans pareille mésaventure sans prendre une bonne assurance anti-risquetout !

    Je vous passe les affres de la technique liée à l’orthographe et la grammaire … les phrases qu’on pense mais qu’on ne sait pas écrire … les mots qu’on ne trouve plus … les mots qu’on met par défaut ….

    Le pire est à venir …

    Le pire, c’est qu’à la quatrième ou cinquième page on a l’impression d’avoir tout dit !

    Alors …. On s’arrête et on se dit : « demain ça ira mieux ! »

    Mais le lendemain rien ne se passe … ni le surlendemain …. Ni les jours suivants … et on finit par oublier qu’on avait fait un grand projet.

    AH ! il en faut de l’ambition et de la niaque pour se remettre à l’ouvrage, surtout si on est tout bloqué !

    Moi, mon truc, ça a été d’écrire des petits trucs pour me débloquer, des chroniques, une saynète, une fausse interview , de petits sketches … et tout doucement, ça s’est débloqué …

    Mais ça ne veut pas dire que c’est gagné … loin de là … car l’imagination, voyez-vous, ça marche bien dans la tête, mais quand il s’agit de le transcrire sur le papier …. C’est une autre histoire !

    Bon, bref …

    Après, je me suis mis à l’écriture de ma première pièce de théâtre : « un raout chez les ploutocrates ».

    Comme j’avais un peu d’argent mis de côté (c’est si rare) … je l’ai faite imprimer. On appelle ça « l’autoédition ».

    Puis un polar dont j’avais jeté les bases quelques vingt ans auparavant et dont j’ai retrouvé les premières pages manuscrites car il n’y avait pas d’ordinateur à l’époque.

    Je me suis essayé à écrire des chansons, puis de nouveau des chroniques et des petites choses tout en travaillant à une autre pièce puis à la transcription d’une pièce en scénario de cinéma.

     

    Cessez de bailler, j’en suis arrivé à mon sujet.

     

    À écrire ainsi, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il y a 3 genres qui se chevauchent.

    Le plus évident, c’est le scénario de cinéma et la pièce de théâtre. En fait, on peut dire que c’est très semblable et que ça consiste en des dialogues.

    Les cinéphages (femmes et hommes de cinéma)  et les théâtreux tiennent absolument à ce que leurs disciplines restent bien dissociées et c’est dans la forme qu’ils imposent qu’ils tentent de forcer les uns et les autres à rester derrière d’infranchissables barrières virtuelles.


     

     

    Voici un exemple d’écriture théâtrale :

    ACTE I

    Scène I

     

    Nous sommes au mois de juillet dans la galerie ‘Maurice Maurice’ où se déroule une exposition - vernissage.  La salle (le magasin) est vide de monde. Musique douce d’ambiance. Lumière feutrée avec des spots sur les tableaux.

    Une simple table sur tréteaux avec une nappe en papier blanche supporte des petits fours fatigués, une bouteille de soda et une bouteille de mousseux de mauvaise qualité avec des gobelets en plastique.

    Des tableaux abstraits et figuratifs sont cimaisés sur des châssis amovibles, quelques statues sur des présentoirs …

     

    Un couple de visiteurs vient à passer ..

     

    Lui : Dis donc, y’a pas grand monde !

     

    Elle : Y’a une ambiance à tirer au couteau !

     

    Lui : Remarque …. C’est franchement pas terrible !

     

    Elle : J’aime assez celui-là ! (elle lit l’étiquette au bas du tableau) bateau échoué sur la vase dans le port de Honfleur avant 1990. C’est où Honfleur ? et … Que s’est-il passé en 90 ?

     

    Lui : C’est juste un bateau, il n’y a pas âme qui vive dans ce tableau …. Comme dans cette galerie, d’ailleurs  !

     

    Elle : Oui, mais les couleurs sont apaisantes et je préfère un bateau échoué qu’en pleine tempête, je n’ai pas le pied marin.

     

    Lui : C’est tellement apaisant que ça donne envie de dormir !

     

    Elle : Tu ne serais pas un peu de mauvaise foi ?

     

    Lui : Viens ! Partons d’ici c’est trop morose.

     

    (Ils partent)

     

     


     

    Examinons les contraintes textuelles liées à l’écriture d’une pièce de théâtre.

    La première est la division en actes et en scènes. Bon ! Ça, ce n’est pas bien difficile à faire.

    Pour le théâtre, l’outil américain Celtx nous donne les clefs suivantes :

    ·       Acte

    ·       Entête (scène)

    ·       Mise en scène (didascalies)

    ·       Personnage

    ·       Dialogue

    ·       (Indication)

    ·       Transition

    ·       Texte

     

    Il est à noter que l’outil Celtx fournit un certain nombre de fonctionnalités très utiles pour le metteur en scène ou le réalisateur.

    Il permet de décrire avec une grande précision les personnages, leurs caractéristiques physiques et psychologiques, leur rôle en tant qu’antagoniste, protagoniste, faire-valoir, figurant … etc …

    Il permet de gérer les accessoires et les plans de tournages avec l’emplacement de la ou des caméras et de tous les décors ainsi que les autorisations de tournage à demander aux mairies ou préfectures ….

    Il permet de gérer les plannings de tournage …

    Il construit, à partir du scénario, des rapports précieux sur les scènes successives incluant les personnages et leur charge de dialogues … et plein d’autres choses encore qui sont presque totalement inutiles à l’auteur.

    Et un exemple de script (scénario de cinéma) :

    1 INT/EXT LE PATIO ARBORÉ DE LA GALERIE DES MAURICE

    Nous sommes au mois de juillet dans le patio planté de la

    galerie "Maurice Maurice" où se déroule une exposition- vernissage.

    Le patio est vide de monde. Musique douce d’ambiance Lumière feutrée avec des spots sur les tableaux.

    Une simple table sur tréteaux avec une nappe en papier blanche supporte des petits fours fatigués, une bouteille de soda et une bouteille de mousseux de mauvaise qualité avec des gobelets en plastique Des tableaux abstraits et figuratifs sont cimaisés sur des châssis amovibles, quelques statues sur des présentoirs

     

    Un couple de visiteurs vient à passer ..

     

    1 LUI

    Dis donc, y’a pas grand monde !

     

    2 ELLE

    Y’a une ambiance à tirer au couteau

    !

     

    3 LUI

    Remarque .... C’est franchement pas

    terrible !

     

    4 ELLE

    J’aime assez celui-là ! (elle lit

    l’étiquette au bas du tableau)

    bateau échoué sur la vase dans le

    port de Honfleur avant 1990. C’est

    où Honfleur ? et ... Que s’est-il

    passé en 90 ?

     

    5 LUI

    C’est juste un bateau, il n’y a pas

    âme qui vive dans ce tableau ....

    Comme dans cette galerie,

    d’ailleurs !

     

    6 ELLE

    Oui, mais les couleurs sont

    apaisantes et je préfère un bateau

    échoué qu’en pleine tempête, je

    n’ai pas le pied marin.

     

    7 LUI

    C’est tellement apaisant que ça

    donne envie de dormir !

     

    8 ELLE

    Tu ne serais pas un peu de mauvaise

    foi ?

     

     

    9 LUI

    Viens ! Partons d’ici c’est trop

    morose.

     

    Ils partent

     

     

    Pour le cinéma, l’outil américain Celtx nous donne les clefs suivantes :

    ·       Entête (scène)

    ·       Action (didascalies)

    ·       Personnage

    ·       Dialogue

    ·       (Indication)

    ·       Transition

    ·       Valeur de plan

    ·       Texte

    Dans l’écriture des scripts, il n’y a ni actes ni scènes mais des entêtes qui définissent le plan de tournage et commence principalement par la définition « intérieur ou extérieur jour ou nuit ».

     

     


     

    Comme tout un chacun peut le constater, seule la forme diffère … l’histoire (à travers les didascalies) et les personnages sont identiques.

    Du coup, vous le sentez bien, si je propose un texte sous forme théâtre pour un film, le CNC qui finance des centaines de millions par an (véridique) et qui EXIGE le format « script » me priera poliment mais fermement d’aller voir ailleurs si j’essuie.

    À l’inverse, si je propose une pièce de théâtre au format « script » à un metteur en scène (subventionné par le ministère de la culture qui a une liste d’amis réservés), celui-ci me proposera d’aller me faire pendre ailleurs.

    Que faire ?

    Ben … en fait, je dirais que je m’en fous !

    Pourquoi ?

    Mais parce que de même que personne ne lit mes textes, personne ne s’intéresse à mes pièces ni à mes scripts … cela me rend plus indépendants et c’est pour ça que j’ai décidé d’économiser mes forces et de cesser de perdre mon temps à mettre mes textes sous des formes imposées par d’autres qui n’ont pas vraiment le souci du fonds mais plutôt celui de la forme, ce qui explique en partie la déconfiture généralisée et du théâtre et du cinéma (les films français sont tous déficitaires en recette !).

    Et puisque j’ai décidé de ne plus répondre aux dictats absurdes, autant aller jusqu’au bout du raisonnement et faire d’une pierre non pas 2 mais 3 coups. C’est pour ça que désormais, j’écris des romans-ciné-théâtre … comme ça :

    1      La galerie d’art

     

    Par ce beau mois de juillet, dehors, la chaleur est étouffante et le soleil brûle tout ce que ses rayons percutent.

    La température est plus supportable sous la charmille du patio arboré de la galerie ‘Maurice Maurice’ où se déroule une exposition - vernissage.

    L’espace ombré est vide de monde. Une douce musique d’ambiance flotte langoureusement dans l’air comme un effluve vaporeux et nuageux. La lumière feutrée donne une note suave orangée et intime. Les spots vifs projetant leurs rais clairs sur les tableaux forment des îlots de clarté rayonnante parsemée.

    Au centre du patio, une simple table sur tréteaux avec une nappe en papier blanche supporte des petits fours fatigués, une bouteille de soda et une bouteille de mousseux de mauvaise qualité avec des gobelets en plastique.

    Des tableaux abstraits et figuratifs sont cimaisés sur des châssis amovibles, quelques statues de stuc reposent nonchalants sur des présentoirs …

    Malgré l’impression apaisante des lieux, il y plane comme une menace éthérée et dramatique.

    Un couple de visiteurs vient à passer … Ils sont jeunes et branchés, ils sont entrés là par le plus grand des hasards après avoir lu la pancarte à l’entrée de la galerie exhortant les passants à venir se rafraîchir à l’abri du soleil et à se rincer l’œil avec les tableaux et sculptures. Ils sont en short et tong, très décontractés et très bronzés. Elle, blonde et lui brun ils ont des visages communs, sans particularité exceptionnelle.

    Lui : Dis donc, y’a pas grand monde !

     

    Elle : Y’a une ambiance à tirer au couteau !

     

    Lui : Remarque …. C’est franchement pas terrible !

     

    Elle : J’aime assez celui-là ! elle lit l’étiquette au bas du tableau bateau échoué sur la vase dans le port de Honfleur avant 1990.  Ça l’interpelle et la questionne, elle se tourne vers son compagnon dans l’espoir qu’il lui procure quelques renseignements … C’est où Honfleur ? et … Que s’est-il passé en 90 ?

     

    Il n’en sait rien le pauvre, comment pourrait-il savoir ? Il ne prend même pas la peine de s’excuser et s’esquive.

     

    Lui : C’est juste un bateau, il n’y a pas âme qui vive dans ce tableau …. Comme dans cette galerie, d’ailleurs !

     

    Elle : Oui, mais les couleurs sont apaisantes et je préfère un bateau échoué qu’en pleine tempête, je n’ai pas le pied marin.

     

    Lui : C’est tellement apaisant que ça donne envie de dormir !

     

    Elle : Tu ne serais pas un peu de mauvaise foi ?

     

    Lui : Viens ! Partons d’ici c’est trop morose.

     

     

    Ensuite et pour satisfaire à la notion de numérotation des dialogues des scripts pour le cinéma, je reprends les dialogue et je leur donne un ordre chronologique :

    Comme ça :

    1.     Lui : Dis donc, y’a pas grand monde !

     

    2.     Elle : Y’a une ambiance à tirer au couteau !

     

    3.     Lui : Remarque …. C’est franchement pas terrible !

     

    4.     Elle : J’aime assez celui-là ! elle lit l’étiquette au bas du tableau bateau échoué sur la vase dans le port de Honfleur avant 1990.  Ça l’interpelle et la questionne, elle se tourne vers son compagnon dans l’espoir qu’il lui procure quelques renseignements … C’est où Honfleur ? et … Que s’est-il passé en 90 ?

     

    Il n’en sait rien le pauvre, comment pourrait-il savoir ? Il ne prend même pas la peine de s’excuser et s’esquive.

     

    5.     Lui : C’est juste un bateau, il n’y a pas âme qui vive dans ce tableau …. Comme dans cette galerie, d’ailleurs !

     

    6.     Elle : Oui, mais les couleurs sont apaisantes et je préfère un bateau échoué qu’en pleine tempête, je n’ai pas le pied marin.

     

    7.     Lui : C’est tellement apaisant que ça donne envie de dormir !

     

    8.     Elle : Tu ne serais pas un peu de mauvaise foi ?

     

    9.     Lui : Viens ! Partons d’ici c’est trop morose.

     

    D’autre part, avec le jeu des couleurs de texte, je réponds à la condition qui stipule que l’on doit séparer clairement les dialogues des didascalies.

     

     

    Elle est pas belle, la vie ?

     

    images?q=tbn:ANd9GcQQn1u3WqGn-YMbT2hnyuyTgWy3LweOWYo1wDnzyv0ZzdTgSkDB

  • 29 et 30 mai, 1er juin 2014 … HTC (Honfleur Tout Court) 6ème Festival du court métrage.

    La cérémonie d’ouverture et les projections auront lieue dans le cinéma Henri Jeanson

    Et le pot d’ouverture ainsi que la cérémonie de clôture  dans les greniers à sel (Rue de la Ville) .

    32 films ont été retenus sur 800 proposés. (Depardieu a été recalé)

    3 prix seront remis lors de la clôture.

    Le premier prix est doté d'une aide complète à la réalisation d'un moyen métrage ( matériel, lieux, décors, montage, post prod ...) d'une valeur d'environ 100.000 €.

     

    Pour acheter un passe : (Office de Tourisme de Honfleur) http://www.ot-honfleur.fr/

    Demandez le programme : http://www.honfleurtoutcourt.com/page/weekend

    Bon week end à tous !

     

     

     

    nouvelle-prise-pour-le-festival-du-court-metrage.jpg

     

  • An amazing visit of Grenoble (France – Isère) - Yfig 2014

    1 EXT.DAY PLACE SAINT ANDRE

    A sunny shine day with blue blue sky.
    At the foot of the statue of Bayard
    A small band of tourists expecting their guide come
    out of the restaurant where they ate and drank well with full stomachs.
    They are dissipated and dispersed.
    Vincenzo arrives late, his hands in his pockets,
    haranguing noisy visitors to gather them for the tour.

    1 VINCENZO
    Hello! Hello! Messieurs, Mesdames , ladies and gentlemen please come closer to me, I am your guide
    ...
    Tourists gather by inciting each others ...

    2 FIRST TOURIST
    Well, you 're ten minutes late!

    3 VINCENZO
    Yes, but you 're not going to regret this.
    Well, is everyone here ?

    4 TOURISTS
    Yes yes yes we are here, we all are there!

    5 SECOND TOURIST
    Oh no , I'm not here ah ah ah !

    6 VINCENZO
    Ladies and gentlemen and others, let me introduce myself,
    I am Vincenzo your guide and I'll be showing you our charming city ...
    or at least a part because ... it is huge !
    Tell me ! Have you eaten well, enjoyed your meal, at least ?

    7 TOURISTS
    Oh Yes, it was good, very good ...


    8 FIRST TOURIST
    We had a ‘gratin Dauphinois’ delicious!

    9 VINCENZO
    Good!
    I'll start by talking about Grenoble‘s origins.
    It started back to in antiquity to the time when
    Grenoble was called ' Cularo ' 50 years before Jesus Christ.
    Cularo was built by the Gauls, or Celts called : Allobroge, if you prefer ...
    (… He is interrupted by a tourist ...)

    10 SECOND TOURIST
    ( grinning mockingly )
    What does “Cularo” mean?

    11 VINCENZO
    Do not worry , I do leave no stone unturned , I will tell you all and even more if
    that’s what you want ... but ... do not ... stop me , OK ? !

    12 TOURISTS
    ( In chorus)
    OK !

    13 SECOND TOURIST
    ( makes a grimace)

    14 VINCENZO
    Where was I ? Ah ... yes , Cularo
    ... Well, now, later on we will see a vestige of the Roman enclosure
    built in 290 after Jesus Christ , rue Lafayette .
    A century later , Cularo became Gratianopolis then finally,
    it got it’s name Grenoble in the XIVth century.
    Before leaving this place, I want you to noticed this statue is that of Peter Terrail seigneur de Bayard called the “Knight without fear and without reproach. "
    From a family of gentry, Bayard page was in the court of Charles the 1st
    before being called to serve Kings Charles VIII , Louis XII and François 1er Francis I. ........
    Come on, forward a little , If you’ll follow me, we’ll get started...

    15 THIRD TOURIST
    Mr. Vincenzo , please do not walk too fast, we are old and lame!

    16 VINCENZO
    Whomever If you can’t walk you can stay there. This is where we’ll finish the tour

    (Some tourists grumble, some seek a bench or
    something to sit their ass on.
    Some wander off.
    Vincenzo advance to Hector Berlioz street without realizing
    he has lost his tourists and he is talking to no one.)



    2 EXT.DAY LEAVING THE PLACE SAINT ANDRE

    17 VINCENZO
    On your left college Saint André and above you’ll notice the famous St. Andrew’s Bell Tower
    Collegiate Church of Saint Andrew, on your right a theater and on your left the old Roman tower of Grenoble ...

    ( looking behind him ... he
    stops and waits )


    But ... I can’t believe it ! Go go, Macte animi, a little effort !

    ( when aggregated )

    look at this Roman remains and ...above, there, you see, it is called a watchtower !

    (A lady is surprised ...)


    18 THE LADY
    This is a Roman watchtower ?

    19 VINCENZO
    No, it was to see if you were listening !

    FADE



    3 EXT.DAY AT THE END OF THE STREET BERLIOZ


    Vincenzo stops and waits for the stragglers to catch up.

    20 VINCENZO
    Look !
    ( He shows the mountains and the cable )
    You see the mountain? Well we have a saying that goes :
    " When you see the top of the mountain it is that it will rain
    When ... you cannot see the top the mountain it is that it’s raining ! "
    (Some tourists complacently laugh at the joke but ....)

    21 SECOND TOURIST
    And Cularo ... what does it mean ?

    22 VINCENZO
    I promised to tell you and I will tell you ... if you are wise,
    good! Follow me , let us stay in the shade of the trees and
    I’ll tell you a little more about Grenoble ...



    4 EXT.DAY IN THE SHADOW OF LARGE TREES PARK CITY


    Everyone ( what is left ) gathers around the guide.


    23 VINCENZO
    I must relate you the legend of Munatius Lucius Plancus which took place in May 43 BC,
    saying that he came from the city of Lyon, which he founded and that he built a bridge
    within only one day on the Isere river for laying siege of Cularo.
    The St. Lawrence Bridge stands today on the site of the original bridge.


    24 SECOND TOURIST
    And what does it mean Cularo ?


    25 VINCENZO
    You, When you have something stuck in your head ! ...
    Once the city was conquered, the inhabitants had to pay taxes to Rome.
    In 379 , Emperor Gratian transformsed the vicus of Cularo into the city ​​he named Gratianopolis .
    Its name was changed to Graignovol and Grenoble after that there was associated word
    on the orders of the noble king of France the owner of Dauphiné .
    The city was renamed to Grelibre during the French revolution went back to Grenoble
    It’s current name under Napoleon .....
    Come on, let us walk a little and cross the shadowed side of the city Park ​​...


    FADE


    5 EXT.DAY AFTER PARK CITY (RUE BRESSIEUX )


    Vincenzo expects the group to unite around him.


    26 VINCENZO
    I 'll talk about Grenoble(‘s) personalities.
    We have already seen earlier the statue of Knight Bayard. Jacques de Vaucanson invented the loom weaving in the eighteenth century that was the pride of the heyday of Grenoble as will be much later the white coal ...


    27 FIRST TOURIST
    ( interrupts the guide)
    Sir, sir ...

    28 VINCENZO
    Yes ?


    29 FIRST TOURIST
    What is white coal ?


    30 VINCENZO
    The electricity produced by the dams , hence the name white coal as opposed to black (coal that you burn).
    Well I will pick up where I was ...
    On January 23, 1783 Henri Beyle was born in Grenoble ...
    Henri Beyle, do you know whom he was ?


    (Tourists have an interrogative look , puzzled when suddenly a
    lady exclaims : )


    31 THE LADY
    Ah yes, I think he is Alexandre Dumas !

    32 VINCENZO
    ( shocked embarrassed )
    Well ... no, Alexandre Dumas, is Alexandre Dumas and Henri Beyle is better known under the name of Stendhal ...
    you know ... the Charterhouse of Parma .... The Red and the Black ...


    33 SECOND TOURIST
    And ... Cularo !


    34 VINCENZO
    (ignores the remark)
    Born in the nineteenth century in the quarter of cross Saint André was born the great composer Hector Berlioz.
    Then, in the late nineteenth century Champollion was born here.
    He is best remembered for having deciphered Egyptian hieroglyphics, thanks to the Rosetta Stone.



    35 THE LADY
    And Alexandre Dumas, where was he born ?


    36 VINCENZO
    Not in Grenoble ! But the triple Olympic medalist Jean- Claude Killy , yes!
    Alright, now let’s keep moving
    ( He turns on his heel and goes quickly in order to avoid the question of the lady)

    FADE


    6 EXT.DAY AT THE END OF THE STREET BRESSIEUX

    Vincenzo, as always, expects the tourists to congregate.



    37 VINCENZO
    Here we come to Grenette the oldest and busiest place in Grenoble.
    Let's talk about our Grenoble nowadays ... Do you know, for example, that Grenoble is the largest flat city in the middle of France‘s mountains ?
    Stendhal said ... " after each street a mountain . "
    This is a town of nearly 500,000 people counting three universities with more than 60,000 students , the school of international management,
    new engineering schools, several public research centers and private’s ones, particularly oriented to new technologies such as the synchrotron MINATEC LETI .
    The most of these organizations research are concentrated in the north of Grenoble in what is called the scientific polygon
    ...


    38 SECOND TOURIST
    And pretty women, where are they ?

    39 VINCENZO
    (ignore the question)
    And ... that is where in Grenoble that the 40th Olympic's Games were organized in 1968 .
    On the other hand, In the city, you’ll find many museums, of which you can look up the coordonnées at the Office of Tourism.
    You see, now We’re going to head ourselves on Felix Street Poulat to the church Notre-Dame of Hopes , but I want to show you something else, just in front of this church...

    40 THIRD TOURIST
    Do we have much farther to go ? My feet hurt !


    41 VINCENZO
    You can stay here, if you want , we will pick you up when we come back.


    42 THIRD TOURIST
    Okay ... Germaine , you stay with me ?

    Vincenzo goes and the others follow.



    FADE



    7 EXT.DAY AT THE 5th STREET FELIX POULAT

    those who have not abandoned the tour finds themselves in front of the church.




    43 VINCENZO
    Here is the place that I wanted to show you , it is called
    " Building of the Elephants" elephants were put there in memory of
    the famous crossing of the Alps by Hannibal's elephants in 218 BC.


    44 THE LADY
    This house does not look so old !


    45 VINCENZO
    ( completely taken aback but eager to answer )
    Oh you know , the mayor has made sure that the city’s heritage is well-maintained !




    FADE




    8 EXT.DAY PLACE SAINT ANDRE


    Tourists are all found at the foot of the statue of Bayard to catch their bus.


    46 VINCENZO
    Well ladies and gentlemen,
    The tour is over , you can go home, and I hope you will come back to Grenoble.
    Thank you for not forgetting the guide.

    (Some tourists slip a coin in his hand.
    Upon leaving , he apostrophize the group for the last time : )


    47 VINCENZO
    In fact, I almost forgot ...
    Cularo , it comes from the Gallic and word still exists in the “patois du Dauphiné” (or the Dauphine dialect).
    ' Courla ' means ' squash ' the vegetable.
    Goodbye everyone!
    ( he goes waving to them)



    END

  • walnuts dialogs

                                                                              
              Cast List:                                                       
                                                                               
                                                                               
              YFIG                                    30                       
                                                                               
              NUTS 2                                   9                       
                                                                               
              ENDIVE 2                                 7                       
                                                                               
              NUTS 1                                   6                       
                                                                               
              ENDIVE 1                                 3                       
                                                                               
              MATCH                                    1                       
                                                                               
              NUTS 3                                   1                       
                                                                               
              COMTÉ                                    1                       
                                                                               
              SHALLOTS                                 1                       
                                                                               
                                                                               
                                                                               
                                                                                              
                                                                               
                                                                               
       1      INT. APARTMENT HONFLEUR - DAY                                    
                                                                               
              Yfig installs on the small coffee table , a bowl resting on      
              a piece of newspaper to collect walnut’s shells and their        
              bursts and a basket half filled with walnuts . Grabbing the      
              remote, he puts the TV on mute, in background if you prefer.     
                                                                               
              Ass in the TV chair, he grabs the first walnut and using a       
              knife with short but strong blade , he begins to disembowel      
              it to remove the delicious creamy kernels. When he               
              positioned the tip of his knife into the walnut slot, he         
              hears an unknown voice saying :                                  
                                                                               
                             1    NUTS 1                                       
                        Hééééééé! Hoooooo! stop, noooooooo!                    
                        ?                                                      
                                                                               
                             2    YFIG                                         
                        (very surprised, shocked!)                             
                                                                               
                        ???????????                                            
                                                                               
                        It is you who is speaking?                             
                                                                               
                             3    NUTS 1                                       
                        Ouch! you’re nuts! ? it hurts,                         
                        remove your knife immediately!                         
                                                                               
                             4    YFIG                                         
                        (to himself aside but strong enough                    
                        to be heard by the TV)                                 
                                                                               
                        I have to sleep, I am making a kind                    
                        of nightmare ....                                      
                                                                               
                             5    NUTS 1                                       
                        Ouch ! I tell you, withdraw the                        
                        blade of my ass, you hurt me by god                    
                        !                                                      
                                                                               
                             6    YFIG                                         
                             (aside)                                           
                        An atheist nuts! It does not put an                    
                        uppercase to ’god’!                                    
                                                                               
                             7    NUTS 1                                       
                        Withdraw the blade or I’ll ...                         
                                                                               
                             8    YFIG                                         
                        You’ll make me what?                                   
                                                                               
           
                             9    NUTS 1                                       
                        I sue you for physical torture!                        
                                                                               
                             10   YFIG                                         
                        But stop a while messing around, a                     
                        walnut is not a being, it is a                         
                        fruit, a walnut does not speak a                       
                        walnut it closes its mouth ...                         
                                                                               
              And presto, with a jerk, he separe both shell portion to         
              reach the heart tender and tasty of walnut. )                    
                                                                               
                             11   NUTS 1                                       
                             (it lets out a piercing cry of                    
                             pain and then shuts up)                           
                                                                               
                             12   YFIG                                         
                        Who’s the boss! ?                                      
                                                                               
              After carefully separate the kernels of walnuts, he grabs a      
              second walnut ...                                                
                                                                               
                             13   NUTS 2                                       
                             ((trembling like a leaf ...))                     
                        Noooooo pity, rip me not, I’m                          
                        young, I have a few good days to                       
                        live ... Pity!                                         
                                                                               
                             14   YFIG                                         
                        But what is this jest ?                                
                                                                               
                             15   NUTS 2                                       
                        I saw what you did to Caroline,                        
                        please do not make me suffer the                       
                        same martyr ...                                        
                                                                               
                             16   YFIG                                         
                        You also going to sue me?                              
                                                                               
                             17   NUTS 2                                       
                        No, I will not do anything, I will                     
                        not anger you, but spare me, rather                    
                        take another walnut, older than me                     
                        who has the right to die with                          
                        dignity ...                                            
                                                                               
                             18   YFIG                                         
                        An old stunted walnut tasting like                     
                        cardboard, that’s what you want me                     
                        to put in my salad?                                    
                                                                               
                                                                                   
                             19   NUTS 2                                       
                        Ah! Because you make a salad?                          
                                                                               
                             20   YFIG                                         
                        Yeah, why do you think I break                         
                        walnuts?                                               
                                                                               
                             21   NUTS 2                                       
                        But what kind of salad?                                
                                                                               
                             22   YFIG                                         
                        A walnut salad.                                        
                                                                               
                             23   NUTS 2                                       
                        There’s only walnuts in your salad?                    
                                                                               
                             24   YFIG                                         
                        Oh no, nuts are only some tasty                        
                        ingredients to make an endives                         
                        salade sweet and slightly bitter.                      
                                                                               
                             25   NUTS 2                                       
                        But .... have You checked that you                     
                        had enough endives ?                                   
                                                                               
                             26   YFIG                                         
                        You think I am stupid ?                                
                                                                               
                             27   NUTS 2                                       
                        No, not at all, but ... I was                          
                        thinking like that, it would be                        
                        beastly to peel nuts if you do not                     
                        succeed to make endive salad, as                       
                        walnuts, once opened, their little                     
                        hearts wither, shrivel, age and end                    
                        up taking a nasty taste like                           
                        cardboard.                                             
                                                                               
                             28   YFIG                                         
                        Yep! Don’t move, I cast a glance in                    
                        the fridge ...                                         
                                                                               
              Of course, he finds the endive package that he stored there.     
              He grabs it and opens it. He grabbed an endive and passes it     
              under cold water to wash ... when ...                            
                                                                               
                             29   ENDIVE 1                                     
                        Ahhhhh! It’s cold!                                     
                                                                               
                             30   YFIG                                         
                             ((aside ... amazed))                              
                        But ! You realize? A endive that                       
                        talks ! I’m going crazy or what???                     
                                                                               
                                                                                     
                             31   ENDIVE 1                                     
                        Please, stop, water’s too cold!                        
                                                                               
                             32   YFIG                                         
                        If this is a joke, it is in very                       
                        bad taste!                                             
                             (He picks a bowl in the                           
                             cupboard, a sharp knife in the                    
                             drawer and begins to cut the                      
                             endive into strips ...)                           
                                                                               
                             33   ENDIVE 1                                     
                             (Pushes a great shrill and                        
                             desperate cry ! He grabs one                      
                             second endive and places it                       
                             under the tap to clean ...)                       
                                                                               
                             34   ENDIVE 2                                     
                             (pleads)                                          
                        Please, do not make to me what you                     
                        have done to my friend Julie, do                       
                        not cut me like a sausage , I do                       
                        not wanna die , I’m too young ...                      
                                                                               
              Yfig interrupts .                                                
                                                                               
                             35   YFIG                                         
                        Do you intend to replay me the                         
                        walnut trick ?                                         
                                                                               
                             36   ENDIVE 2                                     
                        What is the " walnut trick "?                          
                                                                               
                             37   YFIG                                         
                        Forget it!                                             
                                                                               
                             38   ENDIVE 2                                     
                        Why do you want to slice us?                           
                                                                               
                             39   YFIG                                         
                        To make my salad, by Jove .                            
                                                                               
                             40   ENDIVE 2                                     
                        What is it like salad?                                 
                                                                               
                             41   YFIG                                         
                        Endive salad with walnuts and                          
                        Comté.                                                 
                                                                               
                             42   ENDIVE 2                                     
                        What is it ’Comté’ ?                                   
                                                                               
                                                                                
                             43   YFIG                                         
                        Well ... French cheese.                                
                                                                               
                             44   ENDIVE 2                                     
                        And you have checked that you have                     
                        any?                                                   
                                                                               
                             45   YFIG                                         
                        Ah ! I catch you in the act of                         
                        plagiarism , you’re making me the                      
                        walnut trick !                                         
                                                                               
                             46   ENDIVE 2                                     
                        And if you do not have a Comté ?                       
                                                                               
                             47   YFIG                                         
                        It’s starting to piss me off !                         
                                                                               
              He opens the fridge , grabs the county, and rips the             
              packaging .... the cheese cries                                  
                                                                               
                             48   COMTÉ                                        
                        NOOOOOO Please, do not behead me ,                     
                        I do not wanna die ...                                 
                                                                               
                             49   YFIG                                         
                             ((surprised, he drops the                         
                             cheese. ))                                        
                        Doggone non god ! What the fuck !                      
                             ((He pinches himself ... ))                       
                        Ouch! But it’s painful, I do not                       
                        sleep , it’s crazy ... yes, that’s                     
                        it, I’m going crazy ...                                
                                                                               
              He throws a quick look around him 360 ř without moving his       
              body ... He is in the kitchen, on the worktop the first bowl     
              of chicory , the second endive is lying down next to the         
              bowl on the other side , cheese he dropped ... and in the        
              lounge, on the coffee table the basket of nuts and a             
              container with two kernels and nuts on the table.                
                                                                               
                             50   YFIG                                         
                             (talking to himself)                              
                        There’s something wrong! But what?                     
                                                                               
              So he sees the photophore on the mantel ... He goes to the       
              fireplace, install a brand new candle and catches the            
              matchbox. He takes a match, but being near to ignite it, the     
              match exclaims ...                                               
                                                                               
                             51   MATCH                                        
                        NOOOOOO, please, do not scratch me,                    
                        I do not want to burn, not already,                    
                        let me live a little ...                               
                                                                               
                             52   YFIG                                         
                        Well, then, enough is enough!                          
                                                                               
              He leave himself fall in the chair, closes his eyes and          
              falls asleep.                                                    
                                                                               
                             53   YFIG                                         
                             (awaking)                                         
                        How long have I been asleep? ...                       
                                                                               
              Nothing has changed.                                             
                                                                               
              Nuts are ahead him and from far, he sees the endives’            
              package , the bowl and the Comté on the working plan of the      
              kitchen. He grabs the second walnut and a knife ...              
                                                                               
                             54   NUTS 2                                       
                        NOOOOOO pity, do not disembowels                       
                        me, I do not want to die ....                          
                                                                               
                             55   YFIG                                         
                             ((determined not to let                           
                             himself die of hunger ...))                       
                        Sorry, my dear, but it’s you or me!                    
                                                                               
              Crac, he bursts it, she screams, he pulls out the beautiful      
              kernels and grabs the next walnut screaming ...                  
                                                                               
                             56   NUTS 3                                       
                        NNNNNNNNOOOOOOOOOOOOO ...                              
                                                                               
              Crac, crac, crac ...  he guts, he dissects, he beheads, he       
              slices ... he hashes yelling, screaming, sobbing ...             
                                                                               
                             57   YFIG                                         
                        Good! Where are the shallots .....                     
                                                                               
              In the cupboard one can hear shallots sobbing ...                
                                                                               
                             58   SHALLOTS                                     
                        no, no, mercy, pity we do not want                     
                        to die, please, do not peel us ...                     
                                                                               
                             59   YFIG                                         
                             (Totally demotivated, he goes                     
                             to the door)                                      
                        Good! I’m going to eat at the                          
                        restaurant ... there, at least,                        
                        everything is already dead in the                      
                        plate !                                                 
                                                                               
                                                                               
                                                                               
                                                                               
                                                                               

  • Dialogues à la noix de Saint Jacques !

    J’arrive au restaurant : « le bigorneau », fameux resto de fruits de mer sur la corniche sud de Honfleur.

    Vous le connaissez peut-être ?

    C’est un bâtiment construit sur pilotis qui avance sur la mer (« les pieds dans l’eau » comme on dit dans le reg).

    On descend par un grand escalier en bois vers la partie du restaurant fermée et en traversant cette partie, on arrive sur un ponton en bois dont les pattes sont caressées par les vagues fougueuses qui font un clapotis perpétuel abasourdissant quand la tempête gronde aux équinoxes de novembre.

    Le soir, quand le foehn souffle son souffle chaud et mouillé iodé sur le golf de l’estuaire, la terrasse maritime est éclairée de grands flambeaux rustiques aux flammes dansantes et tremblotantes qui donnent une ambiance ésotérique au ponton sur lequel les tables recouvertes de nappes blanches attendent sagement les panses affamées.

    Chacune des ces tables immaculées est éclairée par des chandelles colorées et aromatisées, ornée de petits vases de fleurs des champs aux fragrances normandes et rurales.

    Au ras de l’eau, au loin, les lumières scintillantes et sautillantes du port du Havre  dansent en cadence avec les feux des navires enluminés sur leur erre et les éclairs du phare de la Hève.

    C’est paradisiaque … et plus si affinités.

    Je trouve une petite table pour deux le long de la rambarde fraîchement repeinte au vernis marine résistant aux UV.

    J’e m’assieds, j’attrape la serviette drap qui recouvre mes cuisses et descend jusqu’à mes godasses, je me sers un verre de château d’eau que j’avale cul sec (par la bouche hè !) et je tape dans la petite assiette en carton à amuse-gueules des pistaches (poils au patriarche) … hi hi hi ! je me fais rire tout seul …. Je suis de belle humeur !

    Dans ce décor de rêve de cinéaste, le client hypnotisé se laisse aller au spleen romantique et oublie la réalité de son compte en banque.

    Les consommateurs s’émulent les uns les autres et c’est à qui commandera le plat le plus extatique, le plus onéreux.

    Comme je suis interdit bancaire, je ne risque pas de tomber dans ces travers pécuniaires lapidaires.

    Après un rapide inventaire de mon portemonnaie qui contient un billet de 5 €, je prends en main le menu pour faire le rapport entre mes moyens financiers et les tarifs pratiqués par le commerçant cinq étoiles (au guide du roublard).

    Foutre dieu !

    Même la bouteille d’eau, article le moins cher de la carte, est à 6 € !

    Que faire ?

    J’ai fini les pistaches et vidé la carafe … je me suis mouché dans la serviette …

    Et si je faisais le coup des toilettes ?

    Je fais semblant d’aller pisser et je me tire en loucedé …

    « Et pour monsieur ? »

    Merde ! le serveur est là avant que j’aie eu le temps de mettre mon plan B en œuvre ….

    « Vous avez choisi monsieur ? »

    « Si vous ne mettez pas la virgule après ‘choisi’, ça change le sens de la phrase » lui rétorque-je docte.

    « Pardon ? »

    « Non, rien, apportez-moi une bouteille de château Libertas, une douzaine d’huîtres de Dunkerque et des bigorneaux de Porto. »

    « Et après ? »

    Le con ! s’il savait que je n’ai que 5 € il n’insisterait pas !

    « Je prendrai votre feuilleté de saint-Jacques de Compostel aux petits harengs de Camargue sur lit de feuilles d’érables du Japon.»

    Il s’en va, cahin, caha car il boîte depuis qu’enfant il s’est fait bouffer une moitié de cuisse par un requin jaune du Maroc.

    Merde de merde de merde me dis-je en aparté mais pas trop fort pour que les voisins ne m’entendent pas et ne s’inquiètent pas de ma schizo !

    Justement, le couple à ma droite, des américains du Montana (je les reconnais à l’accent) sont énervés. Un couple d’Anglais de Manchester vient de s’attabler à leur gauche et ça ne leur plaît pas du tout. Les anglais et les amerlocks, c’est chiens et chats, ils ne peuvent pas se piffer les uns les autres !

    « On était là les premiers » dit la dame « c’est à eux de changer de table … »

    « C’est les plus gênés qui s’en vont » lui répond ex abrupto le mari (un gros gardien de vaches (cowboy) mal embouché).

    Le serveur dépose devant moi un énorme plateau d’huîtres et de bigorneaux sur un trépied en inox luisant comme des pare-chocs de belle américaine.

    L’américaine voisine se lève et ses gros pare-chocs viennent heurter le serveur qui s’en trouve déstabilisé et dans un geste pour se rattraper à quelque chose me renverse le plateau plein de glace, d’huîtres et de bigorneaux sur le thorax !

    Je me lève en sursaut et en criant !

    Le serveur s’excuse vaguement, ramasse tant bien que mal les ingrédients du plateau pour remettre le tout sur le trépied pare-chocs !

    C’est le bazar, les bigorneaux trempent dans les huîtres qui clapotent dans la glace fondue ….

    Je suis si abasourdi que j’en oublie de faire valoir mes droits de client respectable et honnête (jusque là).

    « Tiens ! Tu peux toujours courir pour le pourboire » me dis-je, vengeur, en aparté.

    Faisant contre mauvaise fortune bonne figure, je me tartine de beurre avec largesse un toast qui a échappé au désastre et je chope une huître n’ayant pas trop mauvaise figure ni infortune.

    Je glisse le couteau à poisson sous l’huître pour lui décolleter le pied et …

    « NOONN pitié, ne me décollecte pas le pied, je suis encore vivante, je ne veux pas mourir, pitié, pitié, pitié … »

    De stupeur ébahie je laisse tomber couteau et huître, me lève en tornade et me précipite vers la sortie.

    Je suis intercepté par le serveur qui me colle au mur et me dit dans un souffle si alcoolisé que je tombe saoul sur le champ :

    « Où qu’y va comme ça le client pressé ?  Il a pas payé l’addition ! »

    Je me doute bien un peu que m’a réponse ne le calmera pas mais je n’en trouve pas d’autre !

    Je bégaie :

    « L’huître … elle veut pas … elle parle … elle dit qu’elle ne veut pas être mangée !!! »

    « Oh ! Mais il est très inventif ce petit monsieur ! il a rien trouvé de mieux pour partir sans payé ? »

    « Mais … mais …. Mais je je je vous jure …. Elle parle !!! »

    « Allez, sors ton fric avant que j’appelle la police pour qu’ils te repêchent à la baille ! »

     

    Et la police m’a repêché à la baille !

    Quant à ce salopard de serveur il m’a piqué mon portemonnaie et a empoché mes 5 € comme pourboire !!!!

     

     

    Yfig-honfleur-raw.Jpg

  • Dialogues à la noix !

     

    J’avais décidé de mitonner une salade d’endives aux noix du jardin et petits dés de Comté.

    Cette idée saugrenue m’est venue en retrouvant au fond d’un placard planqué une bannette pleine de noix ramassées l’an dernier sous le noyer.

    Dans ces cas là, j’aime à m’installer sur la petite table du salon, le cul dans le fauteuil télé, une écuelle pour collecter les écales posée sur un papier journal pour récolter les éclats éclatés pendant l’éclatement de la noix.

    Vous voyez le tableau … bien entendu, dans ces instants relaxes, je mets la télé en sourdine, en fond sonore si vous préférez.

    J’attrape la première noix et à l’aide un couteau à lame courte mais solide, j’entreprends de l’éventrer afin d’en retirer les cerneaux crémeux délicieux.

    Au moment où je positionne la pointe de mon couteau dans la fente de la noix, j’entends une voix aiguë inconnue m’interpeller :

    La noix (LN) : Hééééééé ! Hoooooo ! ça va pas, nooooonnnnn ! ?

    Moi (M) : ???????????

    Mettez-vous à ma place ! Y’a de quoi tomber de haut, même le cul dans le fauteuil !

    Une noix qui parle !

    M (poussant la pointe du couteau dans l’interstice) : C’est toi qui parle ?

    LN : Aïe ! ça va pas, noooonnnn ! ? ça fait mal, retire ça tout de suite !

    M (à moi-même en aparté mais suffisamment fort pour que la télé entende) : Je dois dormir, faire une sorte de cauchemar ….

    LN (fort) : Aïe te dis-je, retire la lame de mon cul, tu me fais mal non de dieu !

    M (en aparté mais …. ) : Une noix athée ! elle ne met pas de majuscule à ‘dieu’ !

    LN (crie) : Retire cette lame ou je te …

    M : Tu me quoi ?

    LN : Je te fais un procès pour torture physique !

    M : Mais arrête un peu de déconner, une noix n’est pas un être, c’est une juglandacée oléagineuse, une noix ne parle pas, une noix ça ferme sa gueule …

    Et hop, d’un coup sec, je décollecte les deux partie de coque pour atteindre le cœur tendre et savoureux de la noix.

    LN (elle pousse un cri perçant et douloureux puis se tait).

    M : C’est qui le chef ! ?

    Après avoir soigneusement séparé les cerneaux des coques, je chope une deuxième noix …

    LN (tremblotante comme une feuille morte …) : Noooonnnnn pitié, ne m’éventre pas, je suis jeune, j’ai encore quelques beaux jours à vivre …. Pitié !

    M : Mais c’est quoi ce sketch ?

    LN : J’ai vu ce que tu as fait à Caroline, s’il te plaît ne me fais pas subir le même martyr …

    M : Toi aussi tu vas me faire un procès ?

    LN : Non, non, je ne ferai rien, je ne t’embêterai pas, mais épargne moi, prends plutôt une autre noix, plus vieille qui a le droit de mourir dans la dignité …

    M : Une vieille noix toute rabougrie au goût de carton, c’est ça que tu veux que je mette dans ma salade ?

    LN : Ah ! Parce que tu fais une salade ?

    M : Ben oui, pourquoi crois-tu que j’écale des noix ?

    LN : Mais c’est quoi comme salade ?

    M : Une salade aux noix.

    LN : Y’a que des noix dans ta salade ?

    M : Ah non, les noix ne sont que des ingrédients gouteux qui exaucent le goût suave et légèrement amer de l’endive.

    LN : Mais …. Tu as vérifié que tu avais des endives ?

    M : Tu me prends pour un chicon ?

    LN : Non, pas du tout, mais … je me disais, comme ça, que ce serait bête d’éplucher des noix si tu n’as pas d’endives pour faire la salade, parce que les noix, une fois ouvertes, leurs petits cœurs flétrissent, se racornissent, vieillissent et finissent pas prendre un vilain goût de carton.

    M : Ouaip ! Bouge pas, je jette un coup d’œil au frigo …

    Bien entendu, je retrouve le paquet d’endives que j’y avais mis la veille. Je l’attrape et je l’ouvre. Je saisis une endive et je la passe à l’eau froide pour la laver … lorsque …

    L’endive (L) : Ahhhhh ! c’est froid !

    Non mais ! Vous vous rendez compte ? Une endive qui parle ! Je deviens fou ou quoi ??????

    L : S’il te plaît, arrête, c’est trop froid !

    M (à moi-même, en aparté mais à voix haute et ferme) : Si c’est une blague, elle est de très mauvais goût !!!

    J’attrape un saladier dans le placard, un couteau effilé dans le tiroir et je commence à découper l’endive en lamelles …

    L : pousse un grand cri strident et désespéré puis se tait !

    J’attrape une seconde endive et la place sous le robinet pour la nettoyer …

    L’endive (L) (implorante) : S’il te plaît, ne me fais pas ce que tu as fait à mon amie Julie, ne me découpe pas comme un saucisson, je ne veux pas mourir, je suis trop jeune …

    Je l’interromps …

    M : Tu ne comptes tout de même pas me faire le coup de la noix ?

    L : C’est quoi le « coup de la noix » ?

    M : Laisse tomber !

    L : Pourquoi veux-tu me saucissonner ?

    M : Pour faire ma salade.

    L : C’est quoi comme salade ?

    M : Une salade d’endives aux noix et Comté.

    L : C’est quoi du ‘Comté’ ?

    M : Ben … du fromage.

    L : Et tu as vérifié que tu en as ?

    M : Ah ! Je te prends en flagrant délit de plagiat, tu me fais le coup de la noix !

    L : Et si tu n’avais pas de Comté ?

    Putain ! ça commence à me gonfler !

    J’ouvre le frigo, saisis le comté, éventre le conditionnement et sors le fromage qui s’écrie

    Le fromage (F) : NOOOONNN Pitié, ne me décapite pas, je ne veux pas mourir …

    De surprise, je lâche le fromage.

    M : Nom de dieu de non de dieu !!! C’est quoi ce bordel !

    Je me pince …

    M : Aïe ! Mais c’est dingue, je ne dors pas, c’est fou … oui, c’est ça, je deviens fou …

    Je lance un coup d’œil circulaire tout autour de moi sur 360° sans que mon corps bouge …

    Je suis dans la cuisine, sur le plan de travail le saladier avec le premier chicon, le deuxième repose à côté du saladier, de l’autre côté, le fromage que j’ai laissé tombé … et dans la salle, sur la table basse, le panier de noix et un récipient avec deux cerneaux et une noix sur la table.

    M : (à moi-même …. Etc ….) : Y’a quelque chose qui cloche ! Mais quoi ?

    C’est à ce moment exact que j’aperçois le photophore sur le manteau de la cheminée …

    Je vais à l’âtre, place une bougie neuve et attrape la boîte d’allumette. Je prends une allumette, mais au moment de la gratter, l’allumette s’écrie …

    Allumette (A) : NOOONNN, s’il te plaît, ne me gratte pas, je ne veux pas brûler, pas déjà, laisse-moi vivre encore un peu …

    Bon, là, trop c’est trop !

    Je me pose dans le fauteuil, je ferme les yeux et m’endors.

    Combien de temps ai-je dormi … ?

    Toujours est-il qu’à mon réveil, je me rends compte illico presto que tout est resté en état !

    Les noix sont devant moi et de loin, j’aperçois le paquet d’endives, le saladier et le Comté sur le plan de travail de la cuisine.

    J’attrape la noix …

    LN : NOOONNN pitié, ne m’étripaille pas, je ne veux pas mourir ….

    M (fermement décidé à ne pas me laisser mourir de faim…) : Désolé, ma belle, mais c’est toi ou moi !

    Crac, je la craque, en extirpe les magnifiques cerneaux et attrape la prochaine noix qui hurle …

    LN : NNNNNNNNNNNNNNOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNN …

    Craque, craque, craque … et que j’étripe, que je décollecte, que je décortique, que j’étête, que je décapite, que je saucissonne …

    Bon ! Où Ai-je mis les échalotes …..

    Au fond du placard, j’entends les échalotes qui sanglotent …

    Les échalotes (E) : non, non, pitié, pitié on ne veut pas mourir, pitié, ne nous épluchez pas …

     

    J’ai pris ma bagnole et je suis allé bouffer au resto … là, au moins, tout est déjà mort dans l’assiette !

     

     

    Yfig-grenouille-aux-fruits.Jpg

     

  • Tata Baluchon a besoin de vous .... liste des épisodes déjà écrits et à venir .... et liste des personnages à interpréter


    Ça vous  dirait de participer à l’aventure extraordinaire de la création d’un feuilleton radiophonique qu’on appellera « les aventures extraordinaires de tata baluchon » ?

     

    J’ai besoin de votre voix. Vous pourrez ‘dire’ et interpréter un ou deux des personnages de ce feuilleton.

    On mettra des chansons et des bruitages .....  et on mettra tout ça sur le web ... avant de le proposer à des radios ....

    D'autre part, si vous souhaitez vous engager à différents autres niveaux comme :

    la musique, l'illustration, le bruitage .....  etc ..... vous êtes bienvenu(e)s.


    Titres des épisodes déjà  écrits :


    courts se situant à Paris


    0 - Pilote                                        (cliquez)
    1 - Tata Baluchon organise des soirées libertines  (cliquez)
    2 - Tata Baluchon apprend le kungfu   (cliquez)
    3 - Tata Baluchon fait du babysitting  (cliquez)
    4 - Tata Baluchon donne des cours de philo
    5 - Tata Baluchon se lance en politique 

    5 bis- Tata Baluchon en politique 2eme partie
    5 ter- Tata Baluchon en politique 3eme partie
    6 - Tata Baluchon surf dans internet
    7 - Tata Baluchon gagne le premier prix
    8 - Tata Baluchon experte en art contemporain
    10 - Tata Baluchon explique l'économie de marché
    11 - Tata Baluchon et la généalogie
    12 - Tata Baluchon au salon de beauté

    D'autres épisodes sont en gestation (dans la série courts à Paris) ....

    Moyens courts hors Paris
    31 - Tata Baluchon à st Tropez
    32 - Tata Baluchon en Égypte
    33 - Tata Baluchon au Soudan.

    exemples de titre à venir dans cette sous série :


    34 - Tata Baluchon espionne au service de sa majesté

     

    35 - Tata Baluchon les pissenlits pas la racine
    36 - Tata Baluchon sic transit gloria mundi
    37 - Tata Baluchon chasse le kangourou
    38 - Tata Baluchon saute en parachute sur Pretoria

    etc ...

     

    Liste des personnages :

    Cette liste n'est pas exhaustive, elle inclut les locataires de l'immeuble mais n'inclus pas les personnages des séries à l'étranger ...

     

     

    Tata Baluchon Madame Octavie  BALUCHON

    Propriétaires du 1er Jeannot et Jeannette Lapin  Un bébé et une fillette de 3 ans

    Docteur Patrack Elie

    Son fils Patrick

    Sa fille Rita

    Docteur Jésus Delatrique

    Sa femme Fadéla Delatrique

    Voisine du 3ème G  : Marie-Madeleine veuve Poignet remariée Couilloux

    Propriétaire 3ème droite    Sevy Dralliev

    PROPRIÉTAIRE 5ÉME GAUCHE  Julot Bogosse

    Madame veuve Lepied (voir episode 3)



  • Yfig fait du lobbying !

     

    Livres numériques de  Yfig

    en vente sur Google Play

     

    Yfig fait son cinéma 

    Scenarii de cinéma courts et longs métrages   298 pages   6€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Yfig_fait_son_cin%C3%A9ma_scenarii_de_courts_et_lo?id=siJ3BvhanioC&feature=search_result

    Vous aimez le ciné ???

    Le vrai, pas les couillonades de ch’ti ou autres marsupipilamimi !!!!!

     

     

    Un raout chez les ploutocrates

    Pièce de théâtre – comédie de boulevard       86 pages    9 €

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Un_raout_chez_les_ploutocrates_pi%C3%A8ce_de_th%C3%A9%C3%A2t?id=TasQtLbSyJoC&feature=search_result

    Rigolades et pochades à toutes les pages !

     

    Métempsychose du bigorneau

    Recueil de nouvelles                                   173 pages     4€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_M%C3%A9tempsychose_du_bigorneau_receuil_de_nouvell?id=AOiKz9NOYsIC&feature=search_result

     

     

     

     

    Psychédélies

    Pièce de théâtre - comédie de boulevard       60 pages    15€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Psych%C3%A9d%C3%A9lies_pi%C3%A8ce_de_th%C3%A9%C3%A2tre_de_boulevard?id=5uOYDcC5fasC&feature=search_result

    Les mésaventures de 2 psys pris dans un maelstrom de clientes et clients déjantés.

    Bah ! oui, c’est normal quand on est psy d’avoir à faire à des dingues !

     

     

     

    Ludmilla

    Roman d’aventures                                  116 pages     9€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Ludmilla_roman_d_aventures?id=Q3jJyoCvbPsC&feature=search_result

    Première partie : chroniques Libyennes.

    La Libye telle qu’on n’en parlera jamais …..  et une grande histoire d’amour.

     

    Mel pot littéraire

    Sketches humoristiques                            107 pages     10€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Mel_pot_litt%C3%A9raire_sketches_humoristiques?id=KL6MCI4Y52gC&feature=search_result

     

     

     

    DVDP la Joconde

    Roman - polar artistique                          106 pages       9€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_DVDP_la_Joconde_polar_artistique?id=4fsvKwkl_fAC&feature=search_result

    DVDP (David Van Den Prout) est vraisemblablement le plus grand détective privé de tous les temps. En plus, il se mêle des affaires des autres et s’instruit des arts picturaux ….

     

     

     

    Aux ailes bleues du vent

    Poésies chansons mirlitons                 129 pages          4€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Aux_ailes_bleues_du_vent_po%C3%A9sies_chansons_mir?id=I474VSs3FZYC&feature=search_result

     

     

     

    Apocalypse nucléaire

    Pièce de théâtre comédie dramatique    38 pages      10 €

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Apocalypse_nucl%C3%A9aire_pi%C3%A8ce_de_th%C3%A9%C3%A2tre_com%C3%A9die?id=l9VngUa62zMC&feature=search_result

    Que se passerait-il si quelques personnes survivaient à un cataclysme nucléaire ?

    Une comédie dramatique non sans humour et philosophie.

     

     

    Les aventures extraordinaires de Tata Baluchon

    Roman – scénars ciné courts              140 pages      10€

    https://play.google.com/store/books/details/Yfig_Les_aventures_extraordinaires_de_Tata_Balucho?id=Lngo9b5QY_sC&feature=search_result#?t=W251bGwsMSwyLDEsImJvb2stTG5nbzliNVFZX3NDIl0.

     

    Tata Balluchon est une femme accorte, concierge dans mon immeuble de son état et qui est curieuse de tout. Elle s’intéresse aussi bien au Kung Fu qu’à la généalogie, la politique, l’épilation, la cuisine ou le baby sitting !

    Las ! son principal problème c’est qu’elle ne fait que survoler ces domaines. En conséquence, elle mélange un peu tout et se fait des frayeurs effrayantes !

    De l’humour, de l’humour et de l’humour !

     

  • Bientôt sur toutes les bonnes tables de chevet : MEURTRE PARFAIT de Yfig (écrit pas Yfig ... je ne suis pas mort et je n'ai tué personne !)


    meurtre-parfait-2-3a83d0f.jpg

    Cindy Cartwright est chargée d'un meurtre particulièrement mystérieux qui semble parfait !

     

    Mais Cindy Cartwright est la meilleure flic du pays !!!

  • Rions un peu !

     

    J’avais répondu à une annonce qui sollicitait le WEB pour des scénarios long métrage.

     

    J’ai répond en envoyant 4 scénarios écrits avec Celtx.

     

    J’ai chaque fois reçu une réponse formatée et idiote, jugez par vous-mêmes …  :

    « Cher Mr Yfig, 

    C’est avec beaucoup d’attention que nous avons pris connaissance de votre scénario "LOLOTTE". Cependant, malgré ses qualités indéniables, ce document n’a pas fait l’unanimité de notre Comité de Lecture et  nous ne l’avons donc pas retenu.

    Nous vous souhaitons, très sincèrement, une bonne continuation et nous vous prions de croire en l’expression de nos meilleures salutations.

    Caroline »

     

     

    “Cher Mr YFIG , 

     

    C’est avec beaucoup d’attention que nous avons pris connaissance du scénario "APOCALYPSE NUCLEAIRE". Cependant, malgré ses qualités indéniables, ce document n’a pas fait l’unanimité de notre Comité de Lecture et  nous ne l’avons donc pas retenu.

    Nous vous souhaitons, très sincèrement, une bonne continuation et nous vous prions de croire en l’expression de nos meilleures salutations.

     

    Cordialement,

    Caroline »

     

    « Cher Mr YFIG , 

     

    C’est avec beaucoup d’attention que nous avons pris connaissance des scénarii "UN PSY PEUT EN CACHER UN AUTRE" et "UN RAOUT CHEZ LES PLOUTOCRATES". Cependant, malgré leurs qualités indéniables, ces documents n’ont pas fait l’unanimité de notre Comité de Lecture et  nous ne les avons donc pas retenu.

    Nous vous souhaitons, très sincèrement, une bonne continuation et nous vous prions de croire en l’expression de nos meilleures salutations.

     

    Cordialement,

    Caroline »

     

    Évidemment, je ne pouvais pas en rester là !

    Envoyer une réponse toute faite relève du plus grand mépris qu’on puisse accorder à une personne et à son travail !

    Aussi ai-je réagi en adressant le mail suivant à la dite Caroline :

    « Je suis  tout particulièrement flatté de cette réponse formatée et redondante puisqu'itérative et strictement semblable.

    Cela m'apporte vraiment une critique particulièrement constructive et valorisante.

    ça me rappelle un peu les réponses aux concours de cacahuètes de Saint Cucul la Bredouille ... un peu ... parce que eux avaient l'élégance de m'envoyer une noix de coco avec un petit mot d'encouragement : "celui qui avale une noix de coco prouve sa confiance dans son trou du cul" !

     

    Ouais ... trou du cul .... mais bon .... tout le monde n'a pas une telle confiance !

    D'aucuns se le regardent parce qu'ils sont très mal foutus et ne peuvent même pas voir leur nombril ....

     

    atque utinam ex vobis, vestrique fuisssem
    Aut custos gregis,aut maturae vinitor uvae
     hic gelidi fontes, hic mollia prata, Lycori

    hic nemus, hic ipso tecum consumerer aevo

     

    Bien à vous

    Yfig »

     

    Allez donc savoir pourquoi ?????  LA Caroline elle n’a pas apprécié ma réponse !

    Elle me tance ainsi, la gourgandine ! :

    « Cher Mr Yfig,

    Comme beaucoup de boîtes de production, nous recevons beaucoup de scénarios par mois. Vous comprendrez qu'il m'est impossible, alors,  d'envoyer un email personnalisé à chacun. Etant une petite structure, nous n'avons jamais refusé de communiquer les raisons de nos refus quand les auteurs nous les demandaient. 

    J'aurais pu en faire autant concernant vos scénarios mais, vu l'estime que vous avez pour notre société et l'égo démesuré qu'est le vôtre, je crois que nous n'avons plus rien à nous dire. 

    Vous remerciant de ne plus jamais nous adresser vos scénarios. 

     

    Bien à vous

    Caroline »

     

    C’est bien connu …..  les réponses engendrent les réponses …. Je lui ai donc répondu :

     

    « Je m'en fous, c'est la fin du monde .... alors vos leçons d'humilité ....  vous voyez où vous pouvez vous les mettre !

    Euh ! est-ce vraiment utile de préciser que je ne comptais pas vous envoyer autre chose ?
    Oui, je crois, parce que franchement, la façon dont vous traitez les gens qui vous adressent leur travail vaut bien cette gentille mornifle.
    *:)) Marrant
    Vous devez faire partie de ces gens particulièrement supérieurs qui s'imaginent qu'un texte de long métrage s'écrit en quelques minutes !

    à mes yeux, vous faites partie des gens qui ont bien mérité la fin du monde ..... quant à nous nous resterons entre gens sympathiques et adorables !

    Au fait ... non .... rien ! »

     

     

    Moralité de l’histoire :

    Sur internet quand on n’a pas à faire à des escrocs qui vous piquent votre travail en refusant obstinément de vous faire une proposition contractuelle, on a à faire à des gougnafiers sans honneur ni éducation qui pensent que tout leur est dû et que les autres sont des crétins à qui on peut s’adresser comme à des domestiques ‘voire pire !’.

    Chacun des scénarios que je leur ai adressés a demandé des dizaines d'heures de travail, l'ensemble en représente des centaines.

    Répondre avec pareil dédain relève de l'insulte.

    Les donneurs de leçons sont ceux qui en méritent le plus car ils ont autant de savoir vivre que des phacochères élevés par des babouins !!!!!

     

    Durum sed levius fit patientia

    Quidquid corrigere est nefas