Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2014

Visiting Honfleur (in english)

 

C'est parti mon kiki

 


23/07/2014

La vie de nos amies les bêtes enrichi notre conscience et notre intelligence. À poil à plumes et en écailles.

 

J’aime bien les documentaires animaliers, ils sont toujours pleins d’enseignements.

Tenez, les poissons chats, par exemple, ces hideux animaux qui vivent aux fonds des eaux opaques et se nourrissent de vermines, de cadavres en décomposition laissés par les crocodiles délicats qui ne consomment pas la chair trop putride.

Ces poissons là vivent et se développent sans trop de désagréments tant que les eaux sont hautes à la saison des pluies.

Ils parcourent les fonds, leur bouche suceuse fouissant la vase, les moustaches en bataille, tactiles et graciles, détectant à tâtons les mets qu’ils affectionnent.

Ils grossissent, font de la graisse et fraient  puis pondent dans la vase qui bientôt redeviendra terre sèche et craquelée.  

Les œufs résisteront jusqu’aux prochaines pluies.

Mais en attendant, voilà nos poissons chats, poussés par la sécheresse et le tarissement, entassés pêle-mêle dans un trou d’eau qui s’évapore un peu plus chaque jour.

Si on voulait faire un bon mot, on dirait qu’ils s’entassent comme des sardines.

Mais pour eux ce n’est pas drôle.

Frétillants comme des brèles pour se faire de la place ils deviennent des proies faciles pour tous les prédateurs qui s’en repaissent.

Les crocodiles et les horribles  marabouts (d’ficelle) les dévorent sans cérémonies et quand ils sont repus et qu’il n’y a plus d’eau, les poissons desséchés forment une masse noire qui nourrira la terre en azote et minéraux.

C’est pas marrant la vie du poisson chat.

Être entassés, les uns par-dessus les autres, sans échappatoires, sans autre lieu où aller et se retrouver à la merci des prédateurs sans pitié, voilà la vie affreuse des poissons chats hideux.

 

OOOOOOHHHH ne voyez là aucune métaphore illustrant un comportement quelconque humain … non, les hommes ne mangent pas de ce pain là ! Les hommes sont, certes cruels, mais jamais ils ne massacreraient leurs prochains entassés dans la nasse comme des sardines.

 

01/04/2014

An amazing visit of Grenoble (France – Isère) - Yfig 2014

1 EXT.DAY PLACE SAINT ANDRE

A sunny shine day with blue blue sky.
At the foot of the statue of Bayard
A small band of tourists expecting their guide come
out of the restaurant where they ate and drank well with full stomachs.
They are dissipated and dispersed.
Vincenzo arrives late, his hands in his pockets,
haranguing noisy visitors to gather them for the tour.

1 VINCENZO
Hello! Hello! Messieurs, Mesdames , ladies and gentlemen please come closer to me, I am your guide
...
Tourists gather by inciting each others ...

2 FIRST TOURIST
Well, you 're ten minutes late!

3 VINCENZO
Yes, but you 're not going to regret this.
Well, is everyone here ?

4 TOURISTS
Yes yes yes we are here, we all are there!

5 SECOND TOURIST
Oh no , I'm not here ah ah ah !

6 VINCENZO
Ladies and gentlemen and others, let me introduce myself,
I am Vincenzo your guide and I'll be showing you our charming city ...
or at least a part because ... it is huge !
Tell me ! Have you eaten well, enjoyed your meal, at least ?

7 TOURISTS
Oh Yes, it was good, very good ...


8 FIRST TOURIST
We had a ‘gratin Dauphinois’ delicious!

9 VINCENZO
Good!
I'll start by talking about Grenoble‘s origins.
It started back to in antiquity to the time when
Grenoble was called ' Cularo ' 50 years before Jesus Christ.
Cularo was built by the Gauls, or Celts called : Allobroge, if you prefer ...
(… He is interrupted by a tourist ...)

10 SECOND TOURIST
( grinning mockingly )
What does “Cularo” mean?

11 VINCENZO
Do not worry , I do leave no stone unturned , I will tell you all and even more if
that’s what you want ... but ... do not ... stop me , OK ? !

12 TOURISTS
( In chorus)
OK !

13 SECOND TOURIST
( makes a grimace)

14 VINCENZO
Where was I ? Ah ... yes , Cularo
... Well, now, later on we will see a vestige of the Roman enclosure
built in 290 after Jesus Christ , rue Lafayette .
A century later , Cularo became Gratianopolis then finally,
it got it’s name Grenoble in the XIVth century.
Before leaving this place, I want you to noticed this statue is that of Peter Terrail seigneur de Bayard called the “Knight without fear and without reproach. "
From a family of gentry, Bayard page was in the court of Charles the 1st
before being called to serve Kings Charles VIII , Louis XII and François 1er Francis I. ........
Come on, forward a little , If you’ll follow me, we’ll get started...

15 THIRD TOURIST
Mr. Vincenzo , please do not walk too fast, we are old and lame!

16 VINCENZO
Whomever If you can’t walk you can stay there. This is where we’ll finish the tour

(Some tourists grumble, some seek a bench or
something to sit their ass on.
Some wander off.
Vincenzo advance to Hector Berlioz street without realizing
he has lost his tourists and he is talking to no one.)



2 EXT.DAY LEAVING THE PLACE SAINT ANDRE

17 VINCENZO
On your left college Saint André and above you’ll notice the famous St. Andrew’s Bell Tower
Collegiate Church of Saint Andrew, on your right a theater and on your left the old Roman tower of Grenoble ...

( looking behind him ... he
stops and waits )


But ... I can’t believe it ! Go go, Macte animi, a little effort !

( when aggregated )

look at this Roman remains and ...above, there, you see, it is called a watchtower !

(A lady is surprised ...)


18 THE LADY
This is a Roman watchtower ?

19 VINCENZO
No, it was to see if you were listening !

FADE



3 EXT.DAY AT THE END OF THE STREET BERLIOZ


Vincenzo stops and waits for the stragglers to catch up.

20 VINCENZO
Look !
( He shows the mountains and the cable )
You see the mountain? Well we have a saying that goes :
" When you see the top of the mountain it is that it will rain
When ... you cannot see the top the mountain it is that it’s raining ! "
(Some tourists complacently laugh at the joke but ....)

21 SECOND TOURIST
And Cularo ... what does it mean ?

22 VINCENZO
I promised to tell you and I will tell you ... if you are wise,
good! Follow me , let us stay in the shade of the trees and
I’ll tell you a little more about Grenoble ...



4 EXT.DAY IN THE SHADOW OF LARGE TREES PARK CITY


Everyone ( what is left ) gathers around the guide.


23 VINCENZO
I must relate you the legend of Munatius Lucius Plancus which took place in May 43 BC,
saying that he came from the city of Lyon, which he founded and that he built a bridge
within only one day on the Isere river for laying siege of Cularo.
The St. Lawrence Bridge stands today on the site of the original bridge.


24 SECOND TOURIST
And what does it mean Cularo ?


25 VINCENZO
You, When you have something stuck in your head ! ...
Once the city was conquered, the inhabitants had to pay taxes to Rome.
In 379 , Emperor Gratian transformsed the vicus of Cularo into the city ​​he named Gratianopolis .
Its name was changed to Graignovol and Grenoble after that there was associated word
on the orders of the noble king of France the owner of Dauphiné .
The city was renamed to Grelibre during the French revolution went back to Grenoble
It’s current name under Napoleon .....
Come on, let us walk a little and cross the shadowed side of the city Park ​​...


FADE


5 EXT.DAY AFTER PARK CITY (RUE BRESSIEUX )


Vincenzo expects the group to unite around him.


26 VINCENZO
I 'll talk about Grenoble(‘s) personalities.
We have already seen earlier the statue of Knight Bayard. Jacques de Vaucanson invented the loom weaving in the eighteenth century that was the pride of the heyday of Grenoble as will be much later the white coal ...


27 FIRST TOURIST
( interrupts the guide)
Sir, sir ...

28 VINCENZO
Yes ?


29 FIRST TOURIST
What is white coal ?


30 VINCENZO
The electricity produced by the dams , hence the name white coal as opposed to black (coal that you burn).
Well I will pick up where I was ...
On January 23, 1783 Henri Beyle was born in Grenoble ...
Henri Beyle, do you know whom he was ?


(Tourists have an interrogative look , puzzled when suddenly a
lady exclaims : )


31 THE LADY
Ah yes, I think he is Alexandre Dumas !

32 VINCENZO
( shocked embarrassed )
Well ... no, Alexandre Dumas, is Alexandre Dumas and Henri Beyle is better known under the name of Stendhal ...
you know ... the Charterhouse of Parma .... The Red and the Black ...


33 SECOND TOURIST
And ... Cularo !


34 VINCENZO
(ignores the remark)
Born in the nineteenth century in the quarter of cross Saint André was born the great composer Hector Berlioz.
Then, in the late nineteenth century Champollion was born here.
He is best remembered for having deciphered Egyptian hieroglyphics, thanks to the Rosetta Stone.



35 THE LADY
And Alexandre Dumas, where was he born ?


36 VINCENZO
Not in Grenoble ! But the triple Olympic medalist Jean- Claude Killy , yes!
Alright, now let’s keep moving
( He turns on his heel and goes quickly in order to avoid the question of the lady)

FADE


6 EXT.DAY AT THE END OF THE STREET BRESSIEUX

Vincenzo, as always, expects the tourists to congregate.



37 VINCENZO
Here we come to Grenette the oldest and busiest place in Grenoble.
Let's talk about our Grenoble nowadays ... Do you know, for example, that Grenoble is the largest flat city in the middle of France‘s mountains ?
Stendhal said ... " after each street a mountain . "
This is a town of nearly 500,000 people counting three universities with more than 60,000 students , the school of international management,
new engineering schools, several public research centers and private’s ones, particularly oriented to new technologies such as the synchrotron MINATEC LETI .
The most of these organizations research are concentrated in the north of Grenoble in what is called the scientific polygon
...


38 SECOND TOURIST
And pretty women, where are they ?

39 VINCENZO
(ignore the question)
And ... that is where in Grenoble that the 40th Olympic's Games were organized in 1968 .
On the other hand, In the city, you’ll find many museums, of which you can look up the coordonnées at the Office of Tourism.
You see, now We’re going to head ourselves on Felix Street Poulat to the church Notre-Dame of Hopes , but I want to show you something else, just in front of this church...

40 THIRD TOURIST
Do we have much farther to go ? My feet hurt !


41 VINCENZO
You can stay here, if you want , we will pick you up when we come back.


42 THIRD TOURIST
Okay ... Germaine , you stay with me ?

Vincenzo goes and the others follow.



FADE



7 EXT.DAY AT THE 5th STREET FELIX POULAT

those who have not abandoned the tour finds themselves in front of the church.




43 VINCENZO
Here is the place that I wanted to show you , it is called
" Building of the Elephants" elephants were put there in memory of
the famous crossing of the Alps by Hannibal's elephants in 218 BC.


44 THE LADY
This house does not look so old !


45 VINCENZO
( completely taken aback but eager to answer )
Oh you know , the mayor has made sure that the city’s heritage is well-maintained !




FADE




8 EXT.DAY PLACE SAINT ANDRE


Tourists are all found at the foot of the statue of Bayard to catch their bus.


46 VINCENZO
Well ladies and gentlemen,
The tour is over , you can go home, and I hope you will come back to Grenoble.
Thank you for not forgetting the guide.

(Some tourists slip a coin in his hand.
Upon leaving , he apostrophize the group for the last time : )


47 VINCENZO
In fact, I almost forgot ...
Cularo , it comes from the Gallic and word still exists in the “patois du Dauphiné” (or the Dauphine dialect).
' Courla ' means ' squash ' the vegetable.
Goodbye everyone!
( he goes waving to them)



END

27/11/2012

Avis à la population de France, de Navarre et du Boukistan : Je cherche un dessinateur pour une série BD roborative et épique ...

Avis !

 

Il s'agit d'une proposition d'investissement personnel dans le cadre d'une collaboration.

Je n'ai hélas pas les moyens d'avancer autre chose que mes scenarii.

Mais en cas de collaboration, je suis prêt à signer un contrat (synallagmatique de préférence) 50 50 droits d'auteur auprès de la SACD ou autre.

 

-----------------------------------------------------------

Les aventures extraordinaires de tata Baluchon.

-----------------------------------------------------------

 

L'héroïne : Tata Baluchon, une femme entre 2 âges est concierge dans un immeuble cossu d'une grande ville.

D'un naturel particulièrement curieux, elle s'intéresse à tout ...  souvent à ses dépends.

Elle a des chats et un perroquet très bavard.

L'antagoniste est le propriétaire d'un appart dans l'immeuble qui subit les frasques de la concierge qui s'avère être une lointaine tante.

Les autres personnages sont nombreux. Inspecteur de police, agents, esthéticienne, boucher, journalistes, autres propriétaires dans l'immeuble ... etc.

 

Titres des épisodes déjà  écrits :

courts se situant à Paris

0 - Pilote

1 - Tata Baluchon organise des soirées libertines

2 - Tata Baluchon apprend le kungfu

3 - Tata Baluchon fait du babysitting

4 - Tata Baluchon donne des cours de philo

5 - Tata Baluchon se lance en politique

5 bis- Tata Baluchon en politique 2eme partie

5 ter- Tata Baluchon en politique 3eme partie

6 - Tata Baluchon surf dans internet

7 - Tata Baluchon gagne le premier prix

8 - Tata Baluchon experte en art contemporain

10 - Tata Baluchon explique l'économie de marché

11 - Tata Baluchon et la généalogie

12 - Tata Baluchon au salon de beauté

 

D'autres épisodes sont en gestation (dans la série courts à Paris) ....

 

 

 

 

Moyens courts hors Paris (déjà écrits) :

31 - Tata Baluchon à st Tropez

32 - Tata Baluchon en Égypte

33 - Tata Baluchon au Soudan.

 

exemples de titre à venir dans cette sous série :

34 - Tata Baluchon espionne au service de sa majesté

35 - Tata Baluchon les pissenlits pas la racine

36 - Tata Baluchon sic transit gloria mundi

37 - Tata Baluchon chasse le kangourou

38 - Tata Baluchon saute en parachute sur Pretoria

 

 

etc ...

23/11/2012

Livres numériques de Yfig en vente sur Google Play

 

Livres numériques de  Yfig

en vente sur Google Play

 

 

 

Yfig fait son cinéma 

Scenarii de cinéma courts et longs métrages   298 pages   6€

 

 

 

Un raout chez les ploutocrates

Pièce de théâtre – comédie de boulevard       86 pages    9 €

 

 

 

Métempsychose du bigorneau

Recueil de nouvelles                                   173 pages     4€

 

 

 

 

Psychédélies

Pièce de théâtre - comédie de boulevard       60 pages    5€

 

 

 

Ludmilla

Roman d’aventures                                  116 pages     9€

 

 

 

Mel pot littéraire

Sketches humoristiques                            107 pages     4€

 

 

 

DVDP la Joconde

Roman - polar artistique                          106 pages       7€

 

Meurtre parfait

 

Théâtre- polar                                          57 pages       7€

  

Aux ailes bleues du vent

Poésies chansons mirlitons                      129 pages          4€

 

 

Apocalypse nucléaire

Pièce de théâtre comédie dramatique      38 pages             6 €

 

 

Les aventures extraordinaires de

Tata Baluchon

Roman – scénars ciné courts                140 pages             6€

 

 

26/09/2012

J'ai de nombreux projets d'écriture en cours. En voici un qui me tient particulièrement à coeur.

 

Les aventures extraordinaires   

de

tata Baluchon

 

 

 

 

Épisode 1 : Tata Baluchon à Saint Tropez

Connaissez-vous ma tante Baluchon ?

Un sacré personnage, c’est moi qui vous le dis ….  Elle n’a pas sa langue dans la poche de sa blouse, non ….  Elle l’a plutôt bien pendue à l’entrée de sa loge !

Attention, sa loge ne signifie pas qu’elle soit franc maçonne …. Ou alors maçonne comme la guêpe éponyme qui pique plus vite que son ombre !

Sa loge, figurez-vous, c’est un deux pièces au rez-de-chaussée de l’immeuble où j’habite rue puce-pique …. Euh ! …  non, pardon, Pic-Puce !

Il est coquet son petit appartement mais quand on passe devant sa porte, ce qui choque les narines c’est cette odeur de pisse de chat !

Elle, c’est une femme d’une cinquantaine d’années, assez obèse, je dirais dans les cent dix cent quinze kilos,  avec des cheveux poivre et sel lavasses, tenus en chignon croûton par un lacet de chaussure, une robe large avec des dessins de légumes genre pomme de terre, poireaux, carotte, navets, cornichons …  d’ailleurs, ça sent souvent le chou dans les escaliers !

Quand elle sourit, sa bouche se découvre sur deux rangées de chicots noirâtres et malodorants si on s’approche trop !

Elle dispose d’une paire de nibards très impressionnante au point qu’elle n’a jamais trouvé de soutif à sa taille et qui reposent sur son bide proéminent alors que l’ensemble repose sur une paire de guiboles grosses comme des baguettes asiatiques (En fait ça doit être un effet d’optique !) elles-mêmes agrémentées de grosses chaussettes à motifs écossais fourrées dans des pantoufles usées de partout.

***

 

L’ascenseur arrive ….  Une voix connue dans mon dos :

« Hep ! mon neveu, faut que je lui dise … »

Elle est comme ça, tata Baluchon, elle ne connaît ni le voussoiement, ou alors que très exceptionnellement, ni le tutoiement. Elle s’adresse toujours aux autres à la troisième personne.

Je me retourne, elle m’alpague par la manche pour être certaine que je ne vais pas m’enfuir dans le lift !

« Y va plus me voir … »

Sûre de son petit effet, elle fait ‘teaser’ le suspens ….  Évidemment, mon air surpris, interrogatif et quelque peu dubitatif la ravit et elle reprend avant que j’aie le temps de me réjouir …

« Pendant deux semaines ! »

Ouais, je me disais aussi ….

« Je pars en vacances. 

Il le sait peut-être pas mais ça fait quinze ans que je n’ai pas pris de vacances, il était temps que je décompresse ! »

C’est surtout à moi que ça va faire des vacances !

« Et tu  pars quelque part ? »

« J’ai réservé sur internet, je pars en covoiturage pour Morzine où j’ai de la famille, une tante éloignée, tatie Danièle, qui est concierge dans un immeuble coquet et bourgeois. »

Je ne puis m’empêcher d’avoir une  pensée émue pour les pauvres covoiturés qui vont se retrouver  avec cette montagne de chair et de crasse pour compagne de route ! Heureusement elle compense par un cœur grand comme ça !

 

 

***

A l’avant, un jeune homme d’une trentaine d’années conduit le véhicule qu’il a loué et qui lui rapporte un peu d’argent grâce à la participation qu’il demande aux covoiturés. Il fait d’une pierre deux coups puisqu’il va à Morzine retrouver sa copine pour deux semaines de ski et d’amour.

Sa voisine, une jeune femme d’une trentaine d’années également, brune, au teint quelque peu livide et qui rentre à Morzine après avoir échoué dans ses recherches de travail à Paris. Elle n’est pas d’humeur loquace, elle déprime à l’idée de retourner vivre chez ses parents.

A l’arrière droite, une femme d’âge mûr, les cheveux teints auburn descendants en boucles sur ses frêles épaules et au centre son compagnon, un gars bourru et renfrogné qui n’apprécie pas d’être assis là à côté de ma tata. Ce sont des saisonniers qui partent à Morzine pour travailler dans un restaurant comme cuisinière et factotum.

Assise à l’arrière gauche, ma tante, toute tordue, elle a la joue contre la vitre. Il n’était pas prévu qu’ils soient 4 à l’arrière – si on considère que tata Baluchon compte pour 2 !

Les autres font des tronches pas possibles ! Et il y a de quoi !

C’est la sinistrose dans le véhicule.

Pour contrebalancer les odeurs insupportables qui flottent dans l’habitacle, ils roulent toutes vitres ouvertes et l’air qui s’engouffre dans le véhicule a fini par l’enrhumer …. C’est donc tout naturellement qu’elle éternue vigoureusement emplissant le véhicule d’une brume collante et malodorante.

C’est bien connu, l’éternuement engendre l’éternuement …. C’est un véritable concert cataclysmique !

Le chauffeur décide de faire une pause pipi.

Dès que la tantine  a disparu dans les toilettes, la voiture repart en trombe laissant le gros sac imitation peau de lama andain de tata Baluchon sur le bas côté.

Quand elle sort et comprend ce qui vient de passer, elle se met dans une rage digne d’un chien écumant prêt à mordre tout ce qui passe à sa portée. Sauf qu’avec ses chicots ….

Après un long moment de révolte tapageuse qui fait peur aux enfants et terrorise les parents, tata Baluchon finit par s’assagir et à réfléchir à sa situation qui n’a rien d’enviable.

Elle n’est arrivée qu’à Fontainebleau et maudit le chauffeur qui lui a prit cent euros de frais de participation.

Après plusieurs tentatives infructueuses d’autostop auprès des automobilistes de l’aire de repos, elle finit par se diriger vers le parking des poids lourds. Les routiers sont sympas, elle finit par en trouver un pas trop bégueule qui accepte de la prendre à bord.

C’est un brave homme qui conduit avec prudence son poids lourd qui transporte des pièces de rechange de voiture allemandes. Il est bonhomme et engage volontiers la conversation :

« Alors comme ça on vous a laissé sur le bord de la route ? »

« Oui, quand je rentrerai à la maison, il entendra parler du pays, je ne vais pas en rester là, c’est moi qui vous le dis ! »

« Mais c’était des parents à vous ? »

« Ben non, je les connais pas, j’avais trouvé un trip en covoiturage et il m’a pris 100 euros, faudra bien qu’y me les rende ! »

« De nos jours, on ne sait plus à qui se fier ! »

Tata Baluchon, bercée par le ronron régulier du moteur et la musique entêtante des pneus sur l’asphalte finit par s’endormir.

 

***

« Hep ! Madame, faut vous réveiller, on est arrivés ! »

« Déjà ! On est à Morzine ? »

« A Morzine, mais ça va pas la tête, on est à Saint Trop ! »

Et voilà tata Baluchon rendue sur un parking de supermarché non loin de la ville des fameux gendarmes.

Elle traîne son gros sac simili lama andain jusqu’à un autobus qui l’amène jusqu’au port.

Ah ! Elle est fringante avec sa robe bleue à pois noirs, son foulard jaune à voilette violette, ses chaussures rouges et son gros sac marron tout élimé !

Faut dire qu’elle est un peu perdue la tante. Elle n’a pas été programmée pour ce genre de situation et puis …. Où aller ? À qui demander conseil ? Que faire ?

Elle atterrit à la terrasse du café de Paris, sur le quai, fasse à la rade et aux luxueux yachts qui mouillent là, endormis par les légers clapotements de la mer bleue translucide.

Elle demande un café et la carte …. Quand le garçon lui demande de payer le café avant de le lui servir, elle est toute ébouriffée !

« Qu’est-ce qui s’passe ? j’ai une tête de voleuse, il l’a pas confiance, y croit que je vais me sauver sans payer, moi, une descendante des Baluchon, concierges depuis plus de quarante ans ! »

Mais le garçon ne veut rien savoir !

« C’est pour tout le monde pareil, madame, c’est pour éviter la fraude qui est courante ici ! »

Elle s’étrangle en regardant le prix du café !

« Mais c’est pas le prix d’un café, ça, c’est le prix d’un repas ! »

Le garçon ne se démonte pas, il a l’habitude !

« Vous êtes à St Trop, madame, pas à Deauville ! »

Elle se lève et s’en va sans demander son reste ni boire son café qu’elle ne paie pas. Le garçon n’est pas surpris, il commente simplement :

« Encore une fauchée paumée à St Trop ! »

Et il repart avec son plateau et son café déjà froid.

Elle  ne sait où aller, elle se sent perdue, abandonnée ….  Et finit par s’assoir sur son sac juste en face d’un magnifique yacht de milliardaire : le « Pacha d’al Beïda ».

Elle ne le sait pas, madame Baluchon, mais ce yacht est la propriété du calife de Merguez, un émirat peu connu où il est coutume d’offrir l’hospitalité aux dames moyennant quelques privautés. D’ailleurs, les Merguéziens adorent les femmes obèses.

Le cuisinier du yacht, sorti sur le pont arrière pour fumer un joint la repère et se dit que son maître pourrait bien le récompenser pour une si belle prise.

Il descend donc l’air de rien sur le quai et commence à tourner autour de la concierge qui finit par se rendre compte de son manège.

Le dialogue s’engage …

« Qu’est-ce qu’il a à tournicoter comme ça autour de moi ? Y m’a jamais vue ? Y veut ma photo ?»

L’homme a un fort accent mais il parle un peu le françaoui.

« T’y es nouvelle ici ? »

« Nouvelle ? Comment ça nouvelle ? »

« J’y t’y jamais vue avant ! »

« Ben oui, c’est normal, je viens juste d’arriver par erreur, je voulais aller à Morzine et je me retrouve ici … y parle d’une mésaventure ! Et je connais personne, je sais pas où aller, je suis perdue ! »

Elle esquisse un sanglot.

« T’y veut monter sur l’y bateau ? J’y vais t’y donner à manger, j’y suis cuisinier sur l’y bateau ! »

Elle le scrute fort suspicieusement, mais le gars a l’air normal, comme un président de la République.

« Ben je dis pas non, j’ai rien mangé depuis hier et on a roulé toute la nuit. »

La voilà assise dans la cuisine du bateau à se goinfrer de plats hallal et épicés. Elle se régale !

Soudain, le bateau est saisi de soubresauts. Le bruit s’amplifie et elle comprend que le bateau appareille … qu’il part, quoi !

Elle se lève maladroitement, alpague son sac simili, manque tomber et cherche son chemin vers la sortie…. Qu’elle ne trouve pas. Mais il y a un hublot où elle colle son museau et voit défiler les quais et les autres bateaux …

Madame Baluchon est inquiète … elle se pose des tas de questions qui ne resteront pas très longtemps sans réponse.

Le cuisinier fourbe vient la chercher et ‘sirupeusement’, il l’invite à venir se rafraîchir sur le gaillard d’avant où, justement, le calife de Merguez se repose.

Elle arrive tenant fermement contre son sein son baluchon …  son sac, quoi !

Ignorante des coutumes merguéziennes, madame Baluchon serre la main que le calife lui tendait afin qu’elle la baise respectueusement.

Le calife ne s’offense pas outre mesure de ce manque de civilité, de toute façon, ce n’est pas ce qu’il attend de la dame qu’il observe attentivement et sous toutes les coutures de sa robe à pois. Elle est vraiment parfaite, parfaitement désirable et aux goûts de son hôte.

Celui-ci lui propose de partager un punch au rhum de Couscous , la capitale de l’émirat dont il est le puissant calife puis lui propose d’aller se rafraîchir sans sa cabine avant qu’elle ne le rejoigne dans le salon des privautés.

Elle est prise en charge par deux belles femmes maures mais moins accortes, cependant, que la concierge en goguette …

Après s’être douchée, les odalisques lui proposent une djellaba d’un blanc immaculé. D’ailleurs,  elle n’a plus rien d’autre à se mettre, ses vêtements ont disparus.

Les deux femmes entraînent madame Baluchon jusqu’au salon des privautés et c’est là que les doutes commencent à l’assaillir car les murs sont couverts d’estampes japonaises toutes plus explicites les unes que les autres.

Le calife la met à l’aise :

« Viens ma belle, ma loukoum, ma biche sauvage, ma gazelle, viens me faire bouillir l’airo (pénis en arabe) et il sort un énorme vit turgescent !

Vous imaginez le tableau ! ?

Tata Baluchon, les yeux hors de la tête au vu de ce membre habituellement dissimulé mais n’ignorant pas complètement l’utilisation qui en est usuellement faite s’étrangle et tombe de son pouf avant de se redresser vivement et de hurler :

« JAMAIS, vous m’entendez bien, jamais personne ne m’a traitée comme ça, je suis une jeune fille, monsieur, une vraie vierge et je tiens à le rester, je hais le sexe, je le hais … »

Le cuisinier, les deux merguéziennes et le maître d’hôtel se sont saisis de l’excitée et se dépêchent de l’ôter à la vue du calife qui a fait un signe le poing fermé le pouce dirigé vers le bas tout en jurant dans sa langue que cette folle ne vaut pas un pet de chameau.

Depuis le pont arrière, le cuisinier et le majordome pousse la concierge à la flotte pendant que les odalisques jettent les vêtements et le gros sac simili de tata Baluchon par-dessus bord alors que le yacht continue sa course à grande vitesse.

La voici qui barbote empêtrée dans sa djellaba. Elle est en grand péril. Elle essaie bien d’appeler au secours mais l’eau qui lui rentre dans la bouche et le nez l’en empêchent.

 

***

 

J’ai un petit coup de blues en passant devant la porte de la loge où est exposée une feuille sur laquelle il est inscrit : « la concierge prend des vacances ».

Où est-elle, que fait-elle ?

Ca ne fait que 4 jours, pas même une semaine qu’elle est partie, mais ça me semble bien plus.

Ne plus l’avoir sur le dos, ne plus me sentir épié, surveillé, ne plus l’avoir sur ma route à me bloquer pour me narrer ses pérégrinations abracadabrantesques ….  Tout cela me manque un peu …  mais je sais que ça va passer et que cette quiétude doit être appréciée à sa juste valeur…

 

 FIN épisode 1


***

 

 

 

 

 

Épisode 2 : Tata Baluchon en Égypte.

Après avoir dûment bu la tasse, elle se retrouve au Caire où elle va quand même prendre le temps de visiter les pyramides pour son plus grand malheur.

 

Épisode 3 : Tata Baluchon au Soudan.

Enlevée par des touaregs elle arrive à dos de chameau dans la ville où s’unissent pour la fin de leurs vies le Nil bleu et le Nil blanc.

 

Épisode 4 : Tata Baluchon espionne au service de sa majesté.

Ayant réussi à se sauver des griffes de ses terribles geôliers, elle tombe de Charybde en Scylla et doit espionner pour la Reine d’Angleterre pour sauver sa peau !

 

Épisode 5 : Tata Baluchon les pissenlits pas la racine.

Pour survivre, tata Baluchon se fait marchande des quatre saisons à Djakarta où elle fait la connaissance du professeur Sevy, savant atomiste qui la demande en mariage.

 

Épisode 6 : Tata Baluchon sic gloria mundi transit.

Le savant a un petit accident qui empêche le mariage …. Elle part pour Bali contre son gré où elle va entrer dans un corps de balais Balinais pour le plus grand amusement des touristes.

 

Épisode 7 : Tata Baluchon chasse le kangourou.

Remarquée par un riche propriétaire Australien, elle se retrouve dans un ranch en plein bush. Elle ne devra son salut qu’à des bushmen qui pensent qu’elle est l’incarnation du dieu des kangourous.

 

Épisode 8 : Tata Baluchon saute en parachute sur Prétoria.

Elle part dans les bagages d’un sud africain qui n’apprécie guère de la retrouver dans la soute à bagages au moment d’atterrir. Il la jette par la portière de l’avion.

 

Épisode 9 : Tata Baluchon pêche le gros à Dakar.

Elle descend jusqu’au Cap où elle embarque sur un chalutier Suisse qui part pour une campagne de pêche au marlin près des côtes Sénégalaises.

 

Épisode 10 : Comment Tata Baluchon rentre enfin à Paris et décide d’ouvrir un sex shop !

 

31/07/2012

Régis cherche salles de spectacle pour son one man show

 

regis-man-show---...-affiche-36c259c.jpg



Régis est-il un animal ?

 

S’il l’était, à n’en point douter, ce serait un caméléon ou une pieuvre.

 

L’un de ces animaux qui se fondent dans le paysage et qu’on ne reconnaît que lorsqu’il se déplace sur un autre fond dont il adopte les couleurs avant que vous n’ayez compté jusqu’à 3  !

 

Oh ! il n’est pas à proprement parler ce genre de transformiste de foire qui doit son succès aux costumes qu’il change plus vite que l’éclair  ….  Non ! Régis, lui endosse des personnalités diverses et variées avec l’aisance d’un authentique acteur, de ceux qui ne craignent pas de jouer tous les rôles sans en devenir aucun pour de bon.

 

Le voici charcutier et l’instant d’après il est psychiatre. A peine a-t-on le temps d’apprécier sa thérapie qu’il se transforme an pirate avec trois accessoires et un bandeau sur l’œil. Dès qu’il le retire le voici grand reporter international nous faisant découvrir les charmes de pays lointains et exotiques dont il revient célère pour nous faire partager son expérience de curé et de rocker ……

 

Voilà qui est Régis quand il se lance corps et âme dans son « ouane mane chaud ».

 

En quoi son spectacle est-il différent des autres (en sus de ne pas s’enliser dans ses personnages) ?

 

Régis s’appuie sur des textes sérieusement écrits même si leur contenu est décalé et surréaliste.

 

Régis interprète des textes qui ne contiennent ni vulgarité ni grossièretés, des textes plein d’humour intelligent qui redonne des couleurs à la vie et font oublier pour un instant magique le gris qu’il y a dehors.

 

Et comment je le sais ?

 

Parce que j’ai écrit les textes et que je soutiens Régis qui en vaut vraiment le ticket d’entrée dans la cour des grands …. Bientôt.

 

18/07/2012

Mes oeuvres complètes sur Google Play ..... à prix très abordables

 

Vous attendiez tous cet évènement depuis fort longtemps ..... et moi .... alors !

 

Mais ça y'est !!!  Tout vient à point qui sait attendre !

 

Un raout chez les ploutocrates (pièce de théâtre et adaptation cinéma)

 

Métempsychose du bigorneau (receuil de nouvelles)

 

Ludmilla (roman d aventures)

 

Aux ailes bleues du vent (poésies chansons mirlitons)

 

Yfig fait son cinéma (scenarii de courts et longs métrages)

 

DVDP la Joconde (polar)

 

 

et bientôt .....

 

Apocalypse nucléaire  (scénar cinéma)

Mel pot littéraire (sketches humoristiques)

et

Psychédélies (pièce de théâtre et adaptation cinéma)

 

 

Bonne lecture, bon amusement !

 

 

 

15/06/2012

La nostalgie est-elle mauvaise conseillère .... vendre à tout prix .... n'est pas ma devise !

En 1990 fut construit et mis en oeuvre un sas à l'entrée (sur l'estuaire de la Seine) du port de Honfleur.
Depuis, le port est toujours en eau (ne subit plus les marées et donc ne se vide plus.)
Tous les dix ans on fait venir une drague (que nous appelons entre nous "la Marie sal.ope" ) pour curer le fond de l'avant port et du vieux bassin. A cette occasion on retrouve des objets divers et avariés jetés par les quidam qui veulent se débarrasser de ce qui les gênent. Des mobylettes .... et l'année dernière, un landau !
 
La flotte des bateaux de pêche se renouvelle d'un ou deux bateaux tous les deux ans.  
Aujourd'hui, tous les bateaux sont modernes.  
Le bateau du tableau a été disloqué depuis belle lurette !
 
Ce tableau représente l'avant port de Honfleur vidé de son eau (marée basse) avant 1990 et vous ne verrez plus ce genre de spectacle en venant à Honfleur. C'est un moyen format (F15)
 
Le quai fait partie du quai de la quarantaine, c'est là que les navires restaient quarante jours quand on suspectait qu'ils ramenaient une maladie à bord.
 
C'est vrai, je ne vends pas grand chose. Ne me confiez jamais rien à vendre, je n'ai pas la fibre !
J'espère toujours que ça changera mais je ne suis pas assez lêche-cul pour ce genre d'activité. Il faut faire des salamalecs aux prospects, leur dire des mots doux, leur faire croire qu'on s'intéresse à eux alors que c'est juste leur fric qui vaut quelque chose chez eux !!!!!    :whistle:  
 
L'autre jour, on m'a dit, au téléphone, qu'il fallait que je me rende aux festivals pour rencontrer des gens et vendre mes pièces de théâtre (si ça peut vous servir) ...  mais je n'irai pas, je ne suis pas un maquignon ni une p.ute (encore que certaines ont un coeur gros comme une pastèque ....  n'est-ce pas, Lolotte ! ?)
 
Après tout ....  vendre, est-ce vraiment si important ?
 
La dernière fois que j'ai exposé en galerie, j'ai vendu un tableau, toujours le même .... j'aurais pu en faire une  industrie, les chalands le réclamaient ...  ils voulaient tous leur petit tableau de Honfleur si charmant, ensoleillé et touristique .... et ...  si peu cher !!!  (format F6)
Le cabestan et la b.ite d'amarrage sont un peu disproportionnés .....  encore faut-il le savoir ....  et puis ça change de la photo ! :)
 
Ce qui est rare est cher !   :lol:
 
Cliquez pour agrandir
 
 
En y réfléchissant, j'en ai vendu un deuxième plusieurs fois aussi ......  le vieux bassin du côté du quai de la Lieutenance (appelée ainsi depuis 1640)
 
http://fr.artscad.com/A-Imgs.nsf/0/72AA7B22464BD0C3C12577DD007A42D2/$FILE/Grande_port_honfleuro.Jpg

31/10/2011

Tous les seins .... tous les sains ..... tous les saints ....... la toussaint

 

Je connais un petit cimetière, je ne vous dis que ça !

 

 

 

Le soir de la toussaint, les autochtones viennent à pied par les routes et les chemins en groupes de trois quatre ou cinq personnes, le soir après la vesprée mais quand à l'horizon grille encore l'ampoule astrale en diffusant une douce luminosité dans les tons orangés.

 

 

 

Ils portent tous une grosse bougie dans un sac papier et cette procession franchit la petite grille de dentelle forgée et si rouillée qu’on ne peut plus la fermer puis se rassemble doucement, à pas feutrés devant la petite chapelle romantique à la croix dentelée comme une feuille croquée par des chenilles.

 

Les femmes, un châle noir sur les épaules ou sur leurs cheveux, parlent à voix basses, les hommes gardent les yeux baissés, mais quelques cris de bambins déchirent inopportunément le silence gras.

 

 

 

Toutes ces bougies forment une nouvelle lumière, diffuse, qui empêche la nuit de tomber définitivement. Elles éclaircissent les contours tremblants des visiteurs silencieux comme dans un tableau de Rubens.

 

 

 

Quand le dernier villageois a rejoint l’assemblée, ils prient à l’unisson et les marmonnements semblables à des gémissements montent dans le ciel pour atteindre les cieux. Le bourdonnement s’amplifie jusqu’à devenir grondant.

 

 

 

Les morts commencent à frissonner, le bruit monocorde des stèles qui tremblotent accompagne les psaumes des voix monotones.

 

On se sent enveloppé, happé, transporté par ce chant vibrant et qui prend lentement une force sans cesse grandissante pour atteindre à la fin l’acmé perçant  qui fore le ciel pour atteindre les étoiles et les morts qui y reposent.

 

 

 

Tout s’arrête. C’est la mort qui reprend possession du cimetière, mais les défunts ont ouï la prière des vivants et peuvent reprendre sereinement leur doux sommeil éternel. Ils savent qu’on ne les oublie pas.

 

 

 

Les petites bougies se séparent et pénètrent en étoiles le cimetière s’éparpillant entre les tombes, chacun, à présent va veiller son parent en toute intimité.

 

 

 

 

 

Fort de France (Martinique)

 

Les trois îlets

 

Toussaint 1977

 

14:01 Publié dans Blog, TEXTES, Voyage | Lien permanent | Commentaires (1)

08/10/2011

Ö THALASSA !

 

 

Hier soir  ( 7/10/2011), nous avons eu droit à l’émission culte (pied au …) « Thalassa » en direct du vieux bassin de Honfleur.

 

J’en ai été prévenu trop tard pour m’y déplacer en personne et c’est donc dans mon poste de télévision acheté à crédit que j’ai pu suivre les pérégrinations enchanteresses de nos vieux gréements, nos vieilles dentelles, nos vieux caboteurs,  nos décrépites maisons recouvertes, en leurs façades, de tuiles (sic), nos hommes célèbres, nos inconnus qui passent et repassent en direct dans la téloche, ma concierge en bras de nuisette, un raton laveur et un allogène se payant ouvertement la tête d’un autochtone qui l’avait bien mérité !

 

Le tout admirablement éclairé de lampes multicolores créant une féérie digne d’une boîte de nuit interlope à Khartoum !

 

 

Ho la la !  Je trépigne de transports émotifs sur mon canapé, ce magnifique spectacle a dû coûter la peau des chtouilles de l’édile écharpé qui l’a orchestré !

 

Ah ! Zut, le gros monsieur joufflu qui ressemble à un marin comme ma concierge ressemble à une pinup nous annonce un reportage sur la raie de mon c…..  non, pardon, la raie manta !

 

J’en profite pour m’éclipser aux tartisses faire une vidange judicieuse.

 

Quand je reviens, le spectacle est plus féérique que jamais !

 

Bravo les petits bateaux avec tous ces enfants des écoles d’Honfleur que je n’avais jamais vu avant cette première mondiale !!!!!

En tout cas, les miens (d’enfants) n’y ont jamais eu droit !

Ah ! on me révèle par télépathie internautique que ces bateaux ne sont pas d’Honfleur, ‘on’ les aurait amenés là par voie autoroutière pour faire plus mariole !

 

Ah ! Ces admirables couleurs eaux de vaisselle ……  on ne s’en lasse pas !

Honfleur est donc une ville arc en ciel  !   

Couleurs du maire et d’iPiyouplabellebleue blanc rouge !

 

Vient un reportage sur un admirable photographe havrais qui a photographié tout ce qui peut être photographié avant de s’installer dans une maison de rêve payée rubis cash grâce aux produits de la vente desdites photos. C’est aussi un philosophe, il dit à qui veut l’entendre que la vie est belle si on sait la prendre par le bon côté des choses (comprenne qui peut !)

 

 

Nous revenons près du vieux bassin, comme l’assassin qui revient toujours sur les lieux de ses crimes !

 

Mais !!!

Je la reconnais, c’est une guide de l’Office de Tourisme.

Ah Si Rosaleen, la guide interrompue avait pu mordre l’interviewer interrompeur …. Au moins ça nous aurait fait des histoires à raconter !!!!

C’est qu’il compétitait sauvagement, ce journaliste à la petite semaine qui ne prenait pas le temps d’écouter les explications sur les fiches et les contrefiches des greniers à sel !

Ah ! mon prompteur revient sur ses pas et me souffle qu’il ne s’agissait pas des greniers mais bel (vous voyez de qui je parle ….  mais oui, au perchoir …) et bien de la Lieutenance, magnifique bâtiment inutilisable en l’état.

 

Pour nous remettre de nos émotions touristiques qui tournent en eau de Boudin (Eugène pour les intimes), le monsieur qui ressemble à un marin comme ma concierge ressemble à Gina Lolobrigida nous informe d’un reportage mozambiquesque !

 

Ô thalassa !

Ca me rappelle ce marin grec à Libreville qui ne comprenait pas mon grec à moi !!!

Est-ce que les matelots honfleurais arrivent à converser avec les grecs ?

 

 

Les raies mantas, les bouibouis, les cambuses mozambicaines …. Tout ce foutoir, ces scientifiques hollywoodiens, ces aventuriers pieds nickelés, ces photographes même pas photogéniques …. !!!

Les reportages prennent l’eau …. Ça rejoint peu ou prou les histoires du capitaine némo …. Euh ….  Costaud, pardon !

 

C’était une belle émission, je ne vois rien à critiquer …..  sauf mes critiques !!!!!

 

A ma décharge, je dois dire que cette émission ressemble de plus en plus aux émissions des temps glorieux de l’ORTF avec gloubiboulga et tatie Dorothée et ses bandent boys qui écument encore les bars douteux du quai Sein de Catherine !!!!

 

Oui-Oui m’informe à l’instant qu’il a bien aimé l’émission ….  Tout n’est peut-être pas perdu !

 

 

 

 

 

 

 

12/04/2011

Début de scénario (BD ou ciné)

 

Le Seigneur des mers

 

Les loups efflanqués rodaient autour de la ville par cette nuit d’hiver glacée et blanche de l’an mille trois cent vingt quatre.

On pouvait voir leurs silhouettes faméliques se découper à contre-jour dans la lueur blafarde du halo de la lune.

Malgré leur extrême maigreur, ils chassaient en meutes et mieux valait ne pas se trouver sur leur route, ils étaient si affamés qu’ils ne montraient plus la moindre prudence vis-à-vis de l’homme.

Un cri de bête déchira la nuit gelée. Quelque biche ou daim allait emplir les panses de loups qui s’entredéchireraient ensuite pour la carcasse en lambeaux.

 

A l’abri des remparts, maladroitement restaurés, de la ville close, abandonnée par la plupart des habitants après l’attaque des soudards du marquis de Landevin, seigneur des terres voisines de celles de Kergalaven, les quelques survivants s’étaient réfugiés dans le manoir éventré et avaient calfeutré tant bien que mal le salon, pièce centrale de la bâtisse où flambait un feu anémié de planches trop humides pour brûler ardemment.

Ils étaient assis, les uns contre les autres pour éviter de perdre leur chaleur, enveloppés de houppelandes lacérées.

Ils n’avaient rien mangé depuis deux jours et n’avaient presque plus d’eau.

Un chaudron de fer avait été pendu à la crémaillère de l’âtre, un peu d’eau y bouillonnait.

C’est qu’on attendait un évènement proche, une naissance, cette naissance qui avait empêché la famille et ses serviteurs de partir avec les autres.

Marie-Mathilde de Kergalaven souffrait en silence les contractions qui lui labouraient le ventre.

Il avait du retard, ce bébé.

Fille ou garçon, cela ne l’intéressait plus vraiment, tout ce qu’elle espérait c’est qu’il sorte et que cessent ses douleurs. Le comte Erwan de Kergalaven serrait les mains de son épouse dans les siennes pour les réchauffer.

Une bourrasque fit un retour de fumée qui envahit la pièce et fit tousser les personnes recroquevillées sur elles-mêmes.

Une seule bougie, en sus du faible feu, éclairait sombrement la pièce.

 

Soudain, une agitation se fit et une main blanche de froid alluma une seconde, puis une troisième bougie. Le chaudron fut vidé de son eau dans une écuelle en bois, et juste à ce moment là, un petit cri suivi d’un pleur emplit le salon délabré.

 

Colin-Matignon de Kergalaven venait de naître.

 

**********

 

01/04/2011

Fen en Libya

 

Il faisait plus chaud à Tripoli qu’à Benghazi qui profite d’un petit vent marin en permanence. Un véhicule militaire Libyen nous attendaient et nous fûmes conduits dans un très grand centre militaire qui englobait également l’hôpital des armées. Nos carrées étaient spartiates, mais les gus vachement sympas. Le général nous avait laissé à nous-mêmes pour aller rendre des comptes à sa hiérarchie.

Il y avait des lits tout faits, vides, qui semblaient attendre d’autres renforts.

Quelques quart d’heures plus tard arrivèrent trois Français.

Ils ne cessaient de râler et ils râlaient déjà, dehors, avant d’avoir franchi la porte d’entrée. Les Libyens les regardèrent entrer avec des yeux en forme de billes ; Ils ne pouvaient comprendre ce qu’ils disaient mais rien qu’à leur ton on pouvait interpréter. Ils se plaignaient de tout, de l’avion, de la douane, de la police d’immigration, de la jeep qui les avaient amenés, de la chaleur, de la poussière ……  Moi, j’étais habillé fin prêt pour un petit tour dans Tripoli. J’étais bronzé, les cheveux noirs bouclés (j’ai des photos si tu ne me crois pas !), ils m’ont pris pour un Libyen et je me suis bien gardé de les détromper.

Ils m’agressèrent dans un très mauvais Anglais :

« C’est tout de même pas là qu’on va dormir ? c’est carrément pouilleux ! »

Je leur fis un beau sourire, et la mine de celui qui ne comprend pas, je me carapatais à toute berzingue pour ne pas avoir à les supporter. C’était pas très sympa pour les deux Libyens, mais ils n’avaient qu’à en faire autant.

 

Je me suis baladé dans Tripoli et c’est vrai que je n’ai pas vu de dissemblance vraiment importante par rapport à Benghazi … mais avais-je vraiment la tête à jouer les touristes ?

 

J’ai bu un thé à une terrasse de café face à la mer. Difficile de vous décrire cet instant et ce lieux, tout est si différent de ce à quoi nous sommes habitués. Les tables et les chaises sont très rustiques, en fer peint en vert, certainement de la récupération venue d’Europe et datant d’avant la dernière guerre mondiale. Du fragile, en apparence, mais toujours en activité. Le sol, du béton légèrement dallé de ciment et c’est tout. C’est rugueux, brut, mais ça a plus de réalité qu’une terrasse du quartier Latin avec ses bibelots, ses décors kitchs, ses fauteuils en rotin et ses tables couvertes de gros sous-verres ; le tout vous entraînant vers une vaporeuse somnolence  dés le premier demi.

 

Extrait de mon roman : "Ludmilla"

06/03/2011

OUI-OUI votera-t-il Marine Le Pen au troisième tour des présidentielles de 2012

 

Notre reporter, n'écoutant que sa bravoure et son courage, s'est transporté par avion privé prêté par Son pote algérien Sidi BelleAbesse jusqu'au Ryiad marocain de Oui-Oui qui passe là  des vacances ensoleillées pendant que la France se les gèle dans les icebergs  du réchauffement climatique.

Notre grand reporter international a trouvé Oui-Oui allongé dans un transat sur le bord de la piscine, sirotant un pastis et grignotant des tapas au chorizzo (ce qui n'est pas recommandé pour les hémorroïdes !).


Le GRI (Grand Reporter International) : Bonjour Oui-Oui !

OO (Oui-Oui) :  mmmmmmmhhh !

GRI : qu'est-ce qu'y a, Oui-Oui, ça ne va pas ?

OO :  hhhhhhmmmmmmm  !

GRI : Vous ne pouvez plus parler, on vous a cousu la bouche ?

OO :  HHHHHHHMMMMMMMMMMHHHHHHHH !!!!!!!

GRI : Désolé, je ne comprends rien !

OO (crachant dix noyaux d'olives dans la piscine) : Merde, je peux pas bouffer mes tapas tranquille sans que des emmerdeurs viennent me faire chier !!!!!

GRI (outré) ! : OH ! Oui-Oui, comment vous causez !!!  les petits enfants ne vont pas apprécier !!

OO : J'emmerde les petits enfants .... vous voyez pas que ce qui se passe en France est grave ! ?

GRI : Mais qu'est-ce qui est grave, Oui-Oui ? Le retour de Dorothée à la télé ?

OO : Fais pas chier avec cette grognasse, je te parle de Marine !

GRI : AHHHHHHHHHHHHHH  ! La marine française, les marins, les moussaillons, les pioupious, les pompons sur le béret .....  ( il rêve ...)

OO : Mais non, espèce de taré, je te parle de Marine Le Pen, qui caracole en tête des sondages, faisant la nique à Martine, à Nicolas, à Dominique, à François, à Jean-Pierre, à Micheline ....

GRI (interrompt OO) : Micheline ?????  c'est qui, celle-là ?

OO : ma concierge, elle a toujours voté communiste, alors la Marine, elle peut pas la blairer !

 

GRI :  Excusez-moi, Oui-Oui, je vous ai  interrompu !

 

OO :  Un pastis ?

 

GRI :  Volontiers ! Pour en revenir à nos melons, que pensez-vous des sondages plaçant Marine en tête au troisième tour des présidentielles de 2012 ?

 

OO : y’a pas que deux tours ?

 

GRI : Oui, mais aujourd’hui, tout devient tellement surréaliste qu’on peut se demander si le conseil constitutionnel dans sa grande sagesse ne va pas tout faire pour empêcher une élection qui irait à l’encontre des intérêts des USA !

 

OO : Euh ….. je n’ai pas tout compris ! ?

GRI : Et alors ! ? D’habitude, ça n’empêche personne de répondre !

 

OO :  Oui, oui,  effectivement, je pense qu’il va falloir très rapidement revoir le code électoral pour instituer autant de tours supplémentaires que nécessaires pour empêcher le parti nazi d’arriver au pouvoir !

 

GRI : Ah !  vous voyez, quand vous vous voulez !

 

OO : Il n’est pas admissible qu’une partie de la population française se retrouve dans les valeurs du FN qui, comme chacun le sait, prône le retour à la peine de mort et à l’esclavagisme avec, cerise sur le paletot, retour de la colonisation de l’Afrique, de Chandernagor et assimilation du Boukistan !

 

GRI : Euh …. Vous êtes sûr de ce que vous avancez ?

 

OO : Ecoutez, il faut charger la barque, sinon, on risque de couler !

 

GRI : Ne serait-ce pas le contraire ?

 

OO : Le contraire de quoi ?

 

GRI : Ben … si on charge la barque, ne risque-t-elle pas de couler ?

 

OO : Ben ça dépend de la barque !

 

GRI : Hein ?

 

OO :  Si c’est la barque du FN, c’est pas grave ! (il crache 25 noyaux de cerises dans la piscine qui est pleine de noyaux)

 

GRI : Mais …….   Je dis bien ‘MAIS’ …..  si malgré toutes ces précautions, malgré tous ces obstacles mis au travers de la route de Marine pour la faire changer de cap et se retrouver coincée entre Charybde et Scylla, les français persistaient à voter pour elle en minorité majoritaire ……  que deviendrions-nous, cher Oui-Oui ?

 

OO : Vous, je sais pas, mais moi, je retourne mon blouson et je change de nom.

 

GRI : Ah bon ! ? Vous changeriez pour quoi ?

 

OO : Non-Non !!!!!!!!!   (et il plonge au milieu des noyaux !)

 

21/12/2010

Maman les p'tits bateaux (marins des marinades)

Les marinades sont des espèces de ports de plaisance où marinent les bateaux de luxe.

Ces grands yachts luxueux ne sortent jamais de la marinade où ils sont à l'abri et leurs capitaines sont de fiers marins de marinades !