Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chanson détournée

  • Poème à deux mains

    Bien à l’écart, des beaux quartiers        Bien à l'étroit dans son costard rayé
    Et de leur symbolisme altier,                 Avec sur la tête un sablier
    On perçoit, à travers la brume              On croit voir une plume qui lui pousse
    Une sombre vie, qui se consume.         Qui sort de son trou à mousse

    Elle est celle, d’un pauvre diable           Pauvre diable en bien piteux état
    Traînant sa silhouette misérable,         Tournant comme une girouette folle
    Revêtue de poussiéreux haillons,         Soulevant poussières et crachats
    Portant d’ineffaçables horions.            Portant son cartable à l'épaule

    Il passe devant une mairie                    Il se présente à la mairie
    Regarde le fronton, et puis rit               Espoir de se voir élire
    La belle devise de la France                  La France à besoin de son délire
    A pour lui, une odeur bien rance.         De ses odeurs fragrances pourries

    Dans l’abîme, de son exclusion             Dans la cabine à érections
    Il a perdu toute illusion.                        Il vote pour lui le con !
    Destinée remplie, de ratures                Mais il à fait tout plein de ratures
    Un fantôme, que la faim torture.          Sur le bulletin de forfaiture

    Pour les guignols technocratiques         Les guignols zygomatiques
    Il n’est juste qu’une, statistique           Ont ramassé un tas de tiques
    Un chiffre classé dans un dossier         Auraient dû se laver les pieds
    Et qu’ils ont aussitôt fait, d’oublier.        Auraient senti moins mauvais

    Quand il poussera son dernier râle,        Quand on fera pousser les crânes
    Dans l’indifférence générale,                  A la différence des bananes
    Loin de l'égoïsme de ce monde,            Pas de besoin d'une égoïne
    Son âme ira seule, jusqu’à sa tombe.    Pour que seules ils tombent

     

     

     

     

     

    Signé : Mister X et Yfig

     

  • Petit génie deviendra grand ..... inch allah !!!

    Vous y croyez, vous, au génie ?

    Signé : Yfig génie !

  • C’est toujours mieux ailleurs ………. surtout si t’as du pognon ……

     

     

    Tu crois vraiment qu’t’es seul sur terre

    Qu’il n’y a que toi dans la misère

    Au lieu de pleurer sur ton sort

    Tu ferais mieux de voir ailleurs

     

    Sais-tu ce qui s’ passe au Népal

    Se qui se trame au Sénégal

    Tu rêves de vivre aux USA

    Si tu savais s’qui s’passe là bas

     

    Dans ta banlieue tu désespères

    Tu dis qu’tu vis dans la galère

    Mais que fais-tu pour t’en sortir

    Sauf te comporter en martyr

     

    A part la drogue tu sais quoi faire

    Dans ta banlieue c’est quoi – l’enfer

    Et en parlant de religions

    Tes exigences sont légions

     

    Manger que du veau baptisé

    Que des vaches ayant communié

    Du mouton qui pue pas des pieds

    Des volailles qu’on n’a pas violées

     

    C’est pas comme ça qu’t’y arrivera

    Tu ferais mieux de prendre exemple

    Sur ceux qu’ont des finances amples

    Et qu’on ne traite pas de cailleras

     

    Y nous cassent pas les roubignoles

    Y font pas cramer les bagnoles

    Les banquiers s’amusent de milliards

    Les cons d’ pêcheurs bouffent des homards

     

    Les agriculteurs de Bruxelles

    Touchent des radis ramassent du blé

    N’ont pas besoin d’faire la vaisselle

    Les cuisiniers taxe diminuée

     

    T’as pas compris pov’ouistiti

    L’argent suffit pas d’ le gagner

    Faut s’lever tôt pour l’ ramasser

    Les subventions service compris

     

    La prochaine fois tu t’souviendras

    Cramer une tire rend bien service

    A ceux qui les vendent et sévissent

    Trafiquent à donf se font du gras

     

    En 2012 tu voteras

    Pour Yfig si tu veux qu’ça change

    Y a que ceux qui baissent les bras

    Qui se complaisent dans la fange

  • Mais où sont mes rêves d’enfant

     

    Mais où sont mes rêves d’enfant

     

    Tétant le sein blanc de mon exquise maman

    Je rêvais au futur d’une vie d’aventures

     

     

    Socrate avalant la ciguë

    Polyphème crachant cris aigus

    Ulysse l’aveuglant sans pitié

    Platon célébrant un banquet

     

    Rêvant d’Iliade en Odyssée

    Gorgone par Persée étêtée

     

     

     

    A Roncevaux Rolland son cor

    Paroles d’argent silence d’or

     

     

    Nemo vivant son Nautilus

     

     

    Je cherche encore la liberté

    Fraternité égalité

    Kidnappés arrachés

    Aux serres d’harfang

    Mais où sont mes rêves d’enfant

     

     

  • Pour celle-là, j'ai déjà la musique !!!!!! Rom Rom Rom Rom !!!!!

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rentrez chez vous

    Ou chez Reding

    Allez partout

    Plum-Plum-pouding

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Au Luxembourg

    Pas à carrefour

    Ou à Bruxelles

    C'est sans appel

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    On veut plus d'vous

    Ni de vos poux

    On veut des sous

    Pour nos ripoux

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Taillez la route

    En caravane

    Jusqu'à Beyrouth

    Ou Amsterdam

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Dépêchez-vous

    Ca craint pour vous

    Y'a Sarkozy

    Dans la chienlit

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Regardez-vous

    N'êtes pas comme nous

    De not' pays

    De Sarkozy

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rentrez chez vous

    On reste ici

    C'est not'pays

    De Sarkozy

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    En roumanie

    Z'avez une chance

    D'mieux vivre qu'en France

    De Sarkozy

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Regardez-nous

    On reste ici

    On sue l’burnous

    En Sarkozie

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Faites-nous plaisir

    Et à messire

    Dans vot' roulotte

    Not'masselotte

     

    Rom Rom Rom Rom

    Rom Rom Rom Rom

    Emmenez-le

    Bien loin d'ici

    Le cauteleux

    Le Tsarkozy

  • Notre bon président installe ses fils et bru aux manettes.

    Ca vaut bien un p’tit mirliton !

    Nicolas not’ bon président

    Elu au suffrage universel

    Pour une durée de cinq ans

    Ouvre et ce n’est pas virtuel

    Toutes les portes de la Nation

    Incontinent à ses rejetons

    Sans demander l’avis du peuple

    Mais à quoi bon le peuple

    Election piège à cons !

    Signé le p’tit mirliton .................  d'Ablon     c074.gif

    20ab3c3d16a75b5a0d42d077d139ab14.gif

  • Les Gogoches

     

     

    Voici un plagiat de la chanson de Renaud : les bobos

     

     

     

    Les Gogoches

     

     

    On les appelle pigeons phalènes

    Ou bien gogoches pour les intimes

    Dans les chansons de Ségolène

    On les retrouve en pleine trime

    Ils sont issus d’une vieille classe

    Après les courges et les scatos

    Pas loin des gauffres, quoique plus chiasses

    Je vais vous en faire l’ lever d’rideau

    Sont tous autistes c’est comme ça

    Mais leur passe-temps c'est l’populo

    Dans l’dramatique et les pieds plats

    Sont pas peu fiers d’êt’ des gogos

     

    Les gogoches, les gogoches

    Les gogoches, les gogoches

     

    Ils vivent près des lieux pavés

    ou dans une caravane tout’ moche

    Asiles d’autistes pour ch’tarbés,

    Ils admirent  tant l’général Foch

    ont des enfants dont faut s’méfier,

    qui sucent leur pouce jusqu’à 20 ans

    Qui chient d’travers sans se priver

    Priver d’ caillera, et de bon temps

    L’anus qui fume, je les comprends,

    font leurs mariolles leurs intellos

    Ont des 4x4, mais pas un franc,

    C’est pour ça qu’ils ont des vélos

     

    Les gogoches, les gogoches

    Les gogoches, les gogoches

     

    Ils achètent ‘où est l’bec’ philippe Delerme, Onfray et Télérama,

    Mais ne les lisent, c’est rassurant

    D’ailleurs y manquerait plus qu’ça.

    Ils z’yeutent les restos Congolais mais de loin

    Ils passent devant sans s’arrêter

    La côte de bœuf dans le lointain

    Ils la regardent mais sur ARTE

    Canal peluche, télé porno

    Sauf pour les matchs du PSG

    Là ils ont télé rigolos

     

    Les gogoches, les gogoches

    Les gogoches, les gogoches

     

    Ils écoutent sur leur chaîne hi fi

    Radio KTO toute la nuit

    Alain Bashung Jacques Dufilo

    Et forcement Albert Ducros

    Ils aiment le rouge sans même savoir

    que l’rouge ça tâche

    Bedos cet abruti d’bâtard,

    Ce ringard cette ganache

    Ils votent Jack Lang et Sarkozy

    Mais aiment surtout les z’écolos

    Ils enculent le Maire de Paris,

    Ardisson et son pote Marco

     

    Les gogoches, les gogoches

    Les gogoches, les gogoches

     

    La femme ressemble à Ségolène

    Et l'homme a des allures d’ barjo

    Pour leur cache-sexe alu-xylène

    Zadig  Voltaire Chrisine Bravo

    Ils montrent des mines fatiguées,

    les estaminets et les arts martiaux

    boivent du coca glacé en écoutant la pluie tomber

    une plume dans l’cul bien déchiré

    Pour ces gens que je n'aime pas trop

    par certains côtés, je redoute…

    Qu’on est pas là d’s’en débarrasser

     

     

    Les gogoches, les gogoches

    Les gogoches, les gogoches