Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2014

Les vidéos de la troupe de Bassan joue : Un psy peut en cacher un autre

 

Début de la pièce

http://youtu.be/rI4yrEqaf-g

 

 

http://youtu.be/b5htlaFUjNk


 

 

Eva Patreau et son perroquet 1

http://youtu.be/BR1bDiVrlpE


 

Eva Patreau et son perroquet 2

http://youtu.be/Zscfi-RL53o

 

 

Joséphine Troudeballe 1

http://youtu.be/8rIkTE3SM7A


 

Joséphine Troudeballe 2

http://youtu.be/8_YPc0C3uRU

 

 

 

le curé 1

http://youtu.be/nO9OzxRpR7g


 

le curé 2

http://youtu.be/6LGuQveng_4

 

19/04/2014

SCOOP ! à Bassan, une troupe d’amateurs fait un tabac monumental en jouant des scènes d’une pièce de théâtre d’Yfig !

 

 

Un psy peut en cacher un autre

enfin mis en scène pour la première fois !

 

J’ai reçu un message ... suivi d'une conversation téléphonique d'une dame très sympathique et dynamique metteur en scène qui réside dans un petit village non loin de Béziers et qui me demande d'autres saynètes.

 

Elle a monté et fait jouer 5 saynètes (sur 10) de ma pièce :

"un psy peut en cacher un autre"

devant 200 personnes (vous pourrez vérifier la véracité de cette information avec le lien vers le Midi Libre plus bas …).

 

La salle a beaucoup ri et beaucoup apprécié. Certains ont même eu l’audace de critiquer en disant que c’était trop court ou pas assez long ….  Non mais !!!

 

Ils rejoueront ce spectacle en septembre et octobre (avec une saynète en plus) dans d'autres petites communes mais la troupe me sollicite déjà  pour d'autres textes ...

 

Je vais leur  envoyer des sketchs de 

 "tata Baluchon" ....

 

Et j'attends qu'elle ait mis sur internet des photos et des vidéos extraites du spectacle ... dès que je les reçois je vous tiens au courant avec une seconde chronique sur ce même sujet.

 

Elle dit que grâce aux vidéos et aux rires éclatants des spectateurs, les autres associations se battent pour obtenir le spectacle  ....  ils ont même refusé le Zénith de Béziers ... pas assez de places !  (bon … ça c’est pas vrai mais j’ai bien le droit de rêver !)

 

On peut dire que j'aurais vraiment commencé tout en bas, sans le moindre piston, sans relation, sans rien  .... mais bon .... à partir du moment où le public en redemande, même si c'est dans un bled perdu au milieu de nulle part du Languedoc Roussillon ... moi, j'en suis fier ! (J’espère que la troupe ne prendra pas ombrage de cette dernière remarque si jamais ils tombent dessus car je m’associe totalement à eux en qualité d’inconnu dans son trou perdu !!!)

 

C'est pas à Honfleur qu'on verra ça avec tous les trouducs qui ont pris la culture en otage et qui font des spectacles minables pour des spectateurs indigents !!!  :)

 

Ce n'est qu'un début ... je continue le combat ....

 

Ils ont pris, me dit-elle, un véritable perroquet pour jouer le rôle du perroquet et c'est quelqu'un en coulisse qui parle pour lui et dit la réplique devenue immortelle : "espèce de salope !"

 

Moi, madame, j'exporte la culture Normande jusqu'au fin fond de la France très profonde pendant qu'à Honfleur on se gargarise des auteurs pédants et tristes !

 

Faut aussi que j'écrive la suite des dialogues à la noix .... je suis débordé !!!!!!!   MDR !!!

 

 

Ci-dessous le lien vers l’article du Midi Libre par Geneviève Forasiepi :

http://www.midilibre.fr/2014/03/05/les-habitants-de-bassan-pourrait-chanter-dans-la-vie-faut-bassan-faireeee,830594.php

 

Les habitants de Bassan pourraient chanter : "Dans la vie faut Bassan faireeee"!

 

 

Bon ... maintenant que je suis devenu un auteur incontournable du paysage culturel de la France profonde, je dois avouer que je suis très fier de figurer parmi les auteurs inconnus lus.

Ben oui !

Quand on sait les difficultés qu’il y a à se faire lire …. On apprécie mieux l’exploit !

 

Vous me connaissez, l'humilité est mon humus, le lit de feuilles de mes textes qui n'intéressent personne et forgent à la fois le froment et le composte de l'avenir de la culture de la France ...

 

Les petits enfants apprendront par cœur "le mot nu"  (c'est Edmond (prof de lettres à la retraite) qui me l'a prédit) ... les plus vieux auront les lèvres pendues aux seins généreux de tata Baluchon et les caïds ne jureront que par DVDP ....

 

C'est comme ça, on n'y peut rien .... les premiers  ministres se suivent et se succèdent .... les présidents  président dans le vide ... et mes conneries me survivront si Allah Jéhovah Bouddha et tata Baluchon le veulent bien !

 

En conséquence, je vous le dis en vérité ... je vais me coucher avec bonheur et le sentiment du devoir accompli !

 

Poils au zizi !!!!!!

16/04/2014

3. Dialogues à la noix dans la salle d’attente !

 

 

3. Dialogues à la noix dans la salle d’attente !

Bon ! il faut savoir faire contre mauvaise fortune bonne figure !
J’ai donc fait mon plus beau sourire au téléphone en appelant le psy qu’un ami m’a indiqué comme étant spécialiste des causes perdues de mon espèce. Il est par ailleurs « expert auprès des tribunaux » ce qui est une preuve irréfutable d’équilibre psychique et intellectuel.
Moi : « Allô ! ?»
Le Psy : « Allô ! ? »
M : « Vous êtes bien le docteur Chabraque ? »
LP : « Vous êtes bien au cabinet du docteur Chabraque, je suis sa secrétaire. Que puis-je pour vous ? »
M : « Je souhaiterais parler au docteur Chabraque. »
LP : « Mais certainement, je vous propose lundi à 14h, c’est à prendre ou à laisser ! »
M : « Je prends »
Et en mon for intérieur, je me dis en aparté : « Si je peux pas y aller on pourra pas dire que je n’ai pas essayé ! ».

J’ai donc pris un RTT et le lundi, je me pointe au cabinet du docteur Chabraque.
C’est une belle villa de trois étages en pierres de tailles meulières (comme la truite éponyme). Elle est ornée de colombages (pans de bois) en chêne peints en vert SNCF et Les volets en frêne sont peints de rouge.
Elle est plantée là, si haute avec sa toiture pentue de tuiles rouges en plein milieu d’un parc arboré et on y accède par longue une allée blanche de gravillons de Saint Omer.
Puis on gravit sept marches pour accéder au perron couvert d’une verrière du XVIIIème siècle donnant sur une grande porte ferronnière à double vantaux vitrés.
Sur le côté droit de la porte, une grande plaque en cuivre jaune sur laquelle est gravé :
«

Docteur Chabraque
Psychiatre
Ex interne des hôpitaux de Monaco
Diplômé en acupuncture
Diplômé en médecine générale
Diplômé de la police scientifique de Los Angeles
Diplômé des prisons de Memphis (Tennessee)
Diplômé en scrabble et mots croisés
Marc de café, tarot, osselets et viscères de vigognes

»
Franchement, ça vous fiche un de ces frissons toutes ces compétences réunies en un seul et même homme !
On se dit qu’on va sonner à la bonne porte … si on la trouve … la sonnette …
Mais, comme par magie et sans qu’on ait rien à entreprendre, la porte s’ouvre.
Une grande femme nue sous sa blouse blanche, les tétons en batterie, les lèvres rubicondes et les dents blanches comme de l’ivoire, blonde comme les épis de blé avant la moisson, les yeux bleus, les paupières bleues, les cils noirs et longs comme des poils de chameau, battant comme un métronome tous les dix centièmes de seconde …
Forcément, vous restez là, les bras ballants, la tempe claquante, la respiration haletante, le regard perdu dans le bleu de ses yeux, les mains moites et les jambes flageolantes.
Elle, professionnelle et habituée à faire cet effet là sur les hommes, s’efface et vous invite à entrer puis à la suivre jusqu’à la salle d’attente.
Elle est pleine (la salle d’attente).
C’est une pièce rectangulaire assez grande avec une table basse au milieu sur laquelle diverses revues s’étalent languissantes. Les murs sont ornés de sérigraphies usées représentant des squelettes et des cadavres.
D’un rapide regard circulaire on peut comprendre que les gens qui sont là ne sont pas comme tout le monde.
Une femme a tourné sa chaise pour s’asseoir le dos tourné à la salle. Certains ont la tête baissée, d’autres se cachent derrière un journal ou un éventail … il y a une dame âgée qui tient une cage sur ses genoux. La cage contient un perroquet gris et vert du Gabon, de ceux qui sont des plus loquaces.
Un vieux monsieur chenu a sous sa chaise un lévrier couché en chien de fusil.
Soudain, la porte de la salle d’attente s’entrouvre et l’infirmière secrétaire accoucheuse passe sa tête blonde bleue pour annoncer :
« Le docteur est arrivé ».
La porte se referme sur une espèce de murmure qui court comme une rumeur en faisant tout le tour de la salle d’attente.
Puis le silence revient. On entendrait une mouche se faire violer !
La dame qui tourne le dos à la compagnie s’exprime comme dans un souffle :
« C’est qui qui commence ? »
La dame au perroquet annonce :
« Il y a un nouveau. »
Le perroquet répète :
« Un nouveau » sur un ton nasillard.
Il s’ébroue et un nuage de poussière envahit la cage avant de se répandre.
Le lévrier lève sort la tête d’entre ses pattes puis la remet.
J’éternue, sous l’effet de la poussière.
« AAAAAATTTCCCHHHOOUUMMM !!! »
Tous :
« À vos souhaits ! »
La porte s’entrouvre et l’infirmière multi cartes passe sa tête polychrome pour demander :
« Madame Lamaison ».
Une dame cachée derrière son éventail se lève sans montrer son visage et sort de la pièce.
La dame qui tourne le dos :
« Celle-là, elle est irrécupérable, elle croit qu’elle est espagnole alors qu’elle est née à Dunkerque d’un père allemand et d’une niçoise. »
Le monsieur qui a le lévrier sous sa chaise :
« C’est pas à vous de donner des leçons aux autres, quand on se prend pour une diva on se tait ! »
La dame qui a un chapeau avec des oiseaux vivants attachés par les pattes :
« Les divas c’est juste bon à se coucher sur un divan ! »
Un monsieur qui se cache le visage derrière le Canard Enchaîné du 11 août 1975 (le journal est à l’envers mais on arrive quand même à en lire des bribes) :
« Le divan du docteur est vieux et déchiré, il sent le tabac froid et le dégobillé, moi, je prends toujours une couverture avec moi pour m’y étendre ! »
La dame qui a le dos tourné se lève puis se rassied :
« Vous ne m’aurez pas avec vos stupides provocations, je ne chanterai pas, pas aujourd’hui ! »
Le chien se lève, va à la chaise de la dame qui a le dos tourné et lève la patte sur un des pieds … La dame qui a le dos tourné lui crie :
« Dégage de là sale cabot, va pisser sur ton maître ! »
Un long silence s’installe pendant que le sale cabot retourne se coucher sous son maître.
J’en profite pour jeter un coup d’œil circulaire plus circonspect.
Nous sommes sept. Une chaise est vide, celle de madame Lamaison.
En sus de moi-même, les six autres sont tous plus bizarres les uns que les autres.
La dame qui nous tourne le dos voûté les cheveux gris sale, les épaules couvertes d’un vieux pull marron côtelé à mailles larges fait comme une tâche sur sa chaise. Elle se situe juste en face de moi ce qui fait que je ne peux même pas voir son profil.
Elle me fait tant penser à tata Baluchon que je lui garde ce surnom.

En tournant dans le sens des aiguilles d’une montre, à ma droite un vieux monsieur à la barbe courte, aux gros sourcils broussailleux blancs sur des yeux caves aux minuscules orbites, des lèvres charnues et brunâtres, un front rabougri le tout sur un cou quasi inexistant.
Je le surnomme illico « le vieux singe ».
Sous sa chaise, un lévrier afghan qui pue comme une vieille négligée.

La dame qui est à sa droite est plus ou moins cachée à mes yeux, mais je peux la voir un peu en me penchant en avant en arrière. Elle n’a pas de visage, il est caché sous un foulard bleu pâle. Elle porte un gilet gris en laine et une robe ou une jupe, je ne sais trop, en tissus moiré qui lui descend le long de ses jambes croisées jusqu’aux chaussures plates noires.
Elle, je lui attribue le pseudo de « Mamma ».
Sur ses genoux le perroquet du Gabon dans sa cage.

À ma droite 90°, non loin de la porte, un petit monsieur sans âge qui lit son journal à l’envers : le Canard Enchaîné du 11 août 1975. Il ne bouge pas, seul le journal tremblote faisant un bruit incongru comme le vent dans les feuilles mortes d’un orme. Sous son pantalon crème on devine des jambes anémiées. Il les tient bien serrées et ses pieds chaussés de pantoufles ne touchent pas terre.
« C’est peut-être un enfant ? » me dis-je en douce.
Seuls ses petits doigts noirs boudinés serrant maladroitement le journal trahissent sa couleur.
Je lui donne donc le surnom de « pygmée ».

À ma droite à 45° et à la droite de la dame qui nous tourne le dos, une dame qui a un chapeau avec des oiseaux vivants attachés par les pattes. De temps à autre, un oiseau cherche à s’envoler, mais il retombe inexorablement sur le chapeau en jurant comme un charretier mal embouché. L’un des trois oiseaux pend lamentablement sur le bord du bibi, tenu par une patte attachée. De temps à autre il est pris de soubresauts alors la dame lève la main pour le remettre sur le chapeau mais il ne tient jamais bien longtemps.
Je lui accorde le doux nom de « pervenche »
Le lévrier susurre sans même se donner la peine de lever le museau :
« Si c’est pas malheureux ! ».
Je sursaute un peu, histoire de marquer le coup, mais sans plus.

Personne ne semble avoir prêté attention à la remarque du lévrier.
Je demande au singe :
« Il s’appelle comment votre chien ? »
C’est le chien qui me répond :
« Ata-Truc ». Personne ne moufte !
Je continue et termine mon tour de salle en lorgnant vers la dame élégante qui est à ma gauche à 315° et à gauche de la dame qui a le dos tourné.
Elle est roide sur sa chaise, engoncée dans un grand manteau sombre, le cou entouré d’une fourrure naturelle de bichon. Son visage anguleux est plâtré de fard, ses petits yeux chafouins disparaissent sous de lourdes paupières lestées de pâte épaisse qui coule jusqu’à ses cils courts noircis au khôl de Monoprix. Son nez évoque Pinocchio et son chapeau Don Quichotte.
Je l’appelle « la fée Carabistouille » parce que ça rime avec citrouille.
« Et toi, tu t’appelles comment ? » Me demande le chien.
« Yfig »
Le singe tance son chien : « Tais-toi Ata-Truc, ne dérange pas le monsieur ! ».
Moi : « Mais il ne me dérange pas. »
« Laisse tomber ! il ne parle pas aux étrangers ! » Me répond le klébar.
Tata Baluchon, qui nous tourne le dos, m’interpelle :
« Vous êtes là pourquoi, monsieur Yfig » … et elle dit ça avec une espèce de dégout perceptible dans sa voix, surtout sur le ‘monsieur’.
A ce moment un oiseau tente de s’échapper et retombe sur le chapeau avec un grand :
« MERDE ! ».
Moi : « Je suis venu consulter le psy parce que j’entends les objets, les légumes, les animaux … parler. »
Le pygmée me lance d’une voix de basson :
« Et en quoi ça gêne ? »
Moi : « Oh pour tout plein de choses ! »
La fée Carabistouille parle d’une voix suraigüe sans bouger les lèvres, un peu comme une ventriloque :
« Comme ? »
« Eh bien, par rapport aux autres, je passe pour un dingue. »
La pervenche s’en mêle :
« Passer pour un dingue aux yeux des fous, ça n’a pas d’importance. »
Le lévrier se grattant le cou :
« Faut pas prêter attention aux humains ordinaires, ils n’ont rien dans le crâne, tout ce qui n’est pas comme eux, banal, les horripile et les rend racistes ! »
Le perroquet ajoute, pendu tête en bas à un barreau :
« L’homme est un animal qui s’ignore, il ne parle pas avec les autres animaux parce qu’il est imbu de sa soi-disant supériorité mais dans le fond c’est le plus con de nous tous ! »
Après un silence éloquent, je tente un timide :
« Il y a un autre inconvénient majeur … »
Tout le monde se tait. Le journal tremblote plus fort. Le chien fait un pet malodorant mais en harmonie avec sa puanteur naturelle. Le perroquet s’épouille, tata Baluchon renifle bruyamment et Pervenche remet l’oiseau qui pend sur son chapeau. La fée Carabistouille se lève et prend une revue de mode sur la table basse et se rassied en silence.
Moi : « Ça ne vous intéresse pas de savoir ? »
La voix de la Mamma se fait entendre pour la première fois. C’est une voix d’outre tombe, une voix glacée comme un iceberg qui vous donne des frissons jusque dans les tibias :
« On le sait déjà. »
Vlan !
Je me renfrogne et garde pour moi mes extrapolations.
Au bout d’un moment, tata Baluchon demande :
« Lafleur, vous avez fait des progrès depuis la dernière fois ? »
J’attends de voir qui est ’Lafleur’ !
Le vieux monsieur que j’ai surnommé ‘le singe’ ouvre enfin la bouche. Sa voix est solennel, sourde, lente, avec des pointes d’accents aigües qui me font penser à des baïonnettes :
« Affirmatif ! Le docteur fait du bon boulot, bonne tactique, fine mouche et Scaramouche. »
Le chien : « Ouah ouah … gaaaarde à vous ! »
« Merci monsieur le ministre de la défense. » Les congratule tata Baluchon.
Tata Baluchon : « Et vous monsieur Mamadou Pape Ben Jamal Al Arabia, mon cher ministre de l’économie, qu’en pensez-vous ? »
La Pygmé lui répond de derrière son journal :
« Un peu cher, monsieur le président, mais ça vaut le coup si on tient compte du retour sur investissements ! »
Monsieur le président ! ? voilà la tata devenue un monsieur !
Le président : « Et vous madame la ministre de l’écologie ? »
La Pervenche avec son chapeau aux oiseaux lui répond :
« Certes, ça manque un peu de vert mais le respect de la nature est présent, nul ne peut le nier ! … surtout dans le jardin ! »
Le président : « Madame Pouzzi, ma très chère ministre de la jeunesse et des sports, vous avez bien un avis ? »
La Mamma se fend d’un généreux : « Euh …. »
Et le perroquet du Gabon la soutient d’un : « On a connu mieux …. Mais c’était plus cher ! »
Ça n’a pas l’air de faire plaisir au président qui se mouche très bruyamment !
Le président : « Il ne reste plus que vous, madame la ministre de la culture qui n’ayez pas donné votre point de vue ! »
La fée Carabistouille se lève, solennelle et constipée : « Comme disait Jean-Patrick Valesoleil, ‘les prix du carburant suivent souvent la courbe des produits minéraliers qui dépendent de l’extraction en mer du Nord avec la dimension subséquente de l’anthropomorphisme périculaire circonvulatoire des instituts de conservation des arts séculaires.’
Et je suis du même avis ! »
Le président : « Ouais ! Pas la peine de se demander pourquoi je vous ai mise à la culture ! Au prochain remaniement, je vous mets à l’agriculture ! »
Le chien se lève, s’ébroue et dit : « Jean-Patrick Valesoleil est un con ! »
La fée Carabistouille lui rétorque : « C’est celui qu’il l’dit qu’y est ! »
Le président : « Je suis bien déçu, je ne vous entends pas parler de l’emploi ! ».
Le pygmée : « C’est Lamaison la ministre du travail. »
Le président : « L’emploi est l’affaire de tous, c’est la priorité des priorités je veux créer une commission chargée de trouver de nouvelles voix contre l’emploi pour le travail et le chômage. »
Le pygmée : « Vous voulez dire contre le chômage et pour l’emploi ! »
Le président : « Au lieu de faire le malin, débloquez-moi des crédits pour ma commission anti-chomedu ! »
Le pygmée : « Où voulez-vous que je trouve l’argent, les caisses sont vides et l’écologie nous empêche d’exploiter nos mines de protoxyde d’azote ! »
La Pervenche ministre de l’écologie avec son chapeau aux oiseaux lui répond : « Vous vous croyez drôle avec votre gaz hilarant (*) ? »
Le président : « Vous n’avez qu’à prendre l’argent des militaires qui ne servent à rien en temps de paix ! »
Le singe : « Prenez garde que la Russie ne nous fasse le coup de la Crimée, vous savez bien que les slaves ont le sang chaud et le vin mauvais. Dépouiller la défense c’est livrer la France aux convoitises des tyrannies. »
Le pygmée revient à la charge : « De toute façon, vous savez bien, monsieur le président, que le patronat préfère que l’État paie le RSA aux inactifs plutôt que de leur donner du travail qui coûte plus cher à cause des cotisations sociales, des RTT et des congés payés. »
Le président : « ce n’est pas faux, mais il faudrait que les patrons paient le RSA plutôt que le gouvernement. »

Vous vous imaginez bien que je suis dans mes petits souliers, je me demande de quoi il retourne, si c’est du lard ou des cochonnailles ?
La porte s’ouvre le la blonde bleue appelle : « Monsieur Yfig »
OUF ! Sauvé par le gong, par la blonde peroxydée aux yeux bleus cérulés.



(*) le protoxyde d’azote est aussi appelé gaz hilarant.

05/04/2014

Poème à deux mains

Bien à l’écart, des beaux quartiers        Bien à l'étroit dans son costard rayé
Et de leur symbolisme altier,                 Avec sur la tête un sablier
On perçoit, à travers la brume              On croit voir une plume qui lui pousse
Une sombre vie, qui se consume.         Qui sort de son trou à mousse

Elle est celle, d’un pauvre diable           Pauvre diable en bien piteux état
Traînant sa silhouette misérable,         Tournant comme une girouette folle
Revêtue de poussiéreux haillons,         Soulevant poussières et crachats
Portant d’ineffaçables horions.            Portant son cartable à l'épaule

Il passe devant une mairie                    Il se présente à la mairie
Regarde le fronton, et puis rit               Espoir de se voir élire
La belle devise de la France                  La France à besoin de son délire
A pour lui, une odeur bien rance.         De ses odeurs fragrances pourries

Dans l’abîme, de son exclusion             Dans la cabine à érections
Il a perdu toute illusion.                        Il vote pour lui le con !
Destinée remplie, de ratures                Mais il à fait tout plein de ratures
Un fantôme, que la faim torture.          Sur le bulletin de forfaiture

Pour les guignols technocratiques         Les guignols zygomatiques
Il n’est juste qu’une, statistique           Ont ramassé un tas de tiques
Un chiffre classé dans un dossier         Auraient dû se laver les pieds
Et qu’ils ont aussitôt fait, d’oublier.        Auraient senti moins mauvais

Quand il poussera son dernier râle,        Quand on fera pousser les crânes
Dans l’indifférence générale,                  A la différence des bananes
Loin de l'égoïsme de ce monde,            Pas de besoin d'une égoïne
Son âme ira seule, jusqu’à sa tombe.    Pour que seules ils tombent

 

 

 

 

 

Signé : Mister X et Yfig

 

01/04/2014

An amazing visit of Grenoble (France – Isère) - Yfig 2014

1 EXT.DAY PLACE SAINT ANDRE

A sunny shine day with blue blue sky.
At the foot of the statue of Bayard
A small band of tourists expecting their guide come
out of the restaurant where they ate and drank well with full stomachs.
They are dissipated and dispersed.
Vincenzo arrives late, his hands in his pockets,
haranguing noisy visitors to gather them for the tour.

1 VINCENZO
Hello! Hello! Messieurs, Mesdames , ladies and gentlemen please come closer to me, I am your guide
...
Tourists gather by inciting each others ...

2 FIRST TOURIST
Well, you 're ten minutes late!

3 VINCENZO
Yes, but you 're not going to regret this.
Well, is everyone here ?

4 TOURISTS
Yes yes yes we are here, we all are there!

5 SECOND TOURIST
Oh no , I'm not here ah ah ah !

6 VINCENZO
Ladies and gentlemen and others, let me introduce myself,
I am Vincenzo your guide and I'll be showing you our charming city ...
or at least a part because ... it is huge !
Tell me ! Have you eaten well, enjoyed your meal, at least ?

7 TOURISTS
Oh Yes, it was good, very good ...


8 FIRST TOURIST
We had a ‘gratin Dauphinois’ delicious!

9 VINCENZO
Good!
I'll start by talking about Grenoble‘s origins.
It started back to in antiquity to the time when
Grenoble was called ' Cularo ' 50 years before Jesus Christ.
Cularo was built by the Gauls, or Celts called : Allobroge, if you prefer ...
(… He is interrupted by a tourist ...)

10 SECOND TOURIST
( grinning mockingly )
What does “Cularo” mean?

11 VINCENZO
Do not worry , I do leave no stone unturned , I will tell you all and even more if
that’s what you want ... but ... do not ... stop me , OK ? !

12 TOURISTS
( In chorus)
OK !

13 SECOND TOURIST
( makes a grimace)

14 VINCENZO
Where was I ? Ah ... yes , Cularo
... Well, now, later on we will see a vestige of the Roman enclosure
built in 290 after Jesus Christ , rue Lafayette .
A century later , Cularo became Gratianopolis then finally,
it got it’s name Grenoble in the XIVth century.
Before leaving this place, I want you to noticed this statue is that of Peter Terrail seigneur de Bayard called the “Knight without fear and without reproach. "
From a family of gentry, Bayard page was in the court of Charles the 1st
before being called to serve Kings Charles VIII , Louis XII and François 1er Francis I. ........
Come on, forward a little , If you’ll follow me, we’ll get started...

15 THIRD TOURIST
Mr. Vincenzo , please do not walk too fast, we are old and lame!

16 VINCENZO
Whomever If you can’t walk you can stay there. This is where we’ll finish the tour

(Some tourists grumble, some seek a bench or
something to sit their ass on.
Some wander off.
Vincenzo advance to Hector Berlioz street without realizing
he has lost his tourists and he is talking to no one.)



2 EXT.DAY LEAVING THE PLACE SAINT ANDRE

17 VINCENZO
On your left college Saint André and above you’ll notice the famous St. Andrew’s Bell Tower
Collegiate Church of Saint Andrew, on your right a theater and on your left the old Roman tower of Grenoble ...

( looking behind him ... he
stops and waits )


But ... I can’t believe it ! Go go, Macte animi, a little effort !

( when aggregated )

look at this Roman remains and ...above, there, you see, it is called a watchtower !

(A lady is surprised ...)


18 THE LADY
This is a Roman watchtower ?

19 VINCENZO
No, it was to see if you were listening !

FADE



3 EXT.DAY AT THE END OF THE STREET BERLIOZ


Vincenzo stops and waits for the stragglers to catch up.

20 VINCENZO
Look !
( He shows the mountains and the cable )
You see the mountain? Well we have a saying that goes :
" When you see the top of the mountain it is that it will rain
When ... you cannot see the top the mountain it is that it’s raining ! "
(Some tourists complacently laugh at the joke but ....)

21 SECOND TOURIST
And Cularo ... what does it mean ?

22 VINCENZO
I promised to tell you and I will tell you ... if you are wise,
good! Follow me , let us stay in the shade of the trees and
I’ll tell you a little more about Grenoble ...



4 EXT.DAY IN THE SHADOW OF LARGE TREES PARK CITY


Everyone ( what is left ) gathers around the guide.


23 VINCENZO
I must relate you the legend of Munatius Lucius Plancus which took place in May 43 BC,
saying that he came from the city of Lyon, which he founded and that he built a bridge
within only one day on the Isere river for laying siege of Cularo.
The St. Lawrence Bridge stands today on the site of the original bridge.


24 SECOND TOURIST
And what does it mean Cularo ?


25 VINCENZO
You, When you have something stuck in your head ! ...
Once the city was conquered, the inhabitants had to pay taxes to Rome.
In 379 , Emperor Gratian transformsed the vicus of Cularo into the city ​​he named Gratianopolis .
Its name was changed to Graignovol and Grenoble after that there was associated word
on the orders of the noble king of France the owner of Dauphiné .
The city was renamed to Grelibre during the French revolution went back to Grenoble
It’s current name under Napoleon .....
Come on, let us walk a little and cross the shadowed side of the city Park ​​...


FADE


5 EXT.DAY AFTER PARK CITY (RUE BRESSIEUX )


Vincenzo expects the group to unite around him.


26 VINCENZO
I 'll talk about Grenoble(‘s) personalities.
We have already seen earlier the statue of Knight Bayard. Jacques de Vaucanson invented the loom weaving in the eighteenth century that was the pride of the heyday of Grenoble as will be much later the white coal ...


27 FIRST TOURIST
( interrupts the guide)
Sir, sir ...

28 VINCENZO
Yes ?


29 FIRST TOURIST
What is white coal ?


30 VINCENZO
The electricity produced by the dams , hence the name white coal as opposed to black (coal that you burn).
Well I will pick up where I was ...
On January 23, 1783 Henri Beyle was born in Grenoble ...
Henri Beyle, do you know whom he was ?


(Tourists have an interrogative look , puzzled when suddenly a
lady exclaims : )


31 THE LADY
Ah yes, I think he is Alexandre Dumas !

32 VINCENZO
( shocked embarrassed )
Well ... no, Alexandre Dumas, is Alexandre Dumas and Henri Beyle is better known under the name of Stendhal ...
you know ... the Charterhouse of Parma .... The Red and the Black ...


33 SECOND TOURIST
And ... Cularo !


34 VINCENZO
(ignores the remark)
Born in the nineteenth century in the quarter of cross Saint André was born the great composer Hector Berlioz.
Then, in the late nineteenth century Champollion was born here.
He is best remembered for having deciphered Egyptian hieroglyphics, thanks to the Rosetta Stone.



35 THE LADY
And Alexandre Dumas, where was he born ?


36 VINCENZO
Not in Grenoble ! But the triple Olympic medalist Jean- Claude Killy , yes!
Alright, now let’s keep moving
( He turns on his heel and goes quickly in order to avoid the question of the lady)

FADE


6 EXT.DAY AT THE END OF THE STREET BRESSIEUX

Vincenzo, as always, expects the tourists to congregate.



37 VINCENZO
Here we come to Grenette the oldest and busiest place in Grenoble.
Let's talk about our Grenoble nowadays ... Do you know, for example, that Grenoble is the largest flat city in the middle of France‘s mountains ?
Stendhal said ... " after each street a mountain . "
This is a town of nearly 500,000 people counting three universities with more than 60,000 students , the school of international management,
new engineering schools, several public research centers and private’s ones, particularly oriented to new technologies such as the synchrotron MINATEC LETI .
The most of these organizations research are concentrated in the north of Grenoble in what is called the scientific polygon
...


38 SECOND TOURIST
And pretty women, where are they ?

39 VINCENZO
(ignore the question)
And ... that is where in Grenoble that the 40th Olympic's Games were organized in 1968 .
On the other hand, In the city, you’ll find many museums, of which you can look up the coordonnées at the Office of Tourism.
You see, now We’re going to head ourselves on Felix Street Poulat to the church Notre-Dame of Hopes , but I want to show you something else, just in front of this church...

40 THIRD TOURIST
Do we have much farther to go ? My feet hurt !


41 VINCENZO
You can stay here, if you want , we will pick you up when we come back.


42 THIRD TOURIST
Okay ... Germaine , you stay with me ?

Vincenzo goes and the others follow.



FADE



7 EXT.DAY AT THE 5th STREET FELIX POULAT

those who have not abandoned the tour finds themselves in front of the church.




43 VINCENZO
Here is the place that I wanted to show you , it is called
" Building of the Elephants" elephants were put there in memory of
the famous crossing of the Alps by Hannibal's elephants in 218 BC.


44 THE LADY
This house does not look so old !


45 VINCENZO
( completely taken aback but eager to answer )
Oh you know , the mayor has made sure that the city’s heritage is well-maintained !




FADE




8 EXT.DAY PLACE SAINT ANDRE


Tourists are all found at the foot of the statue of Bayard to catch their bus.


46 VINCENZO
Well ladies and gentlemen,
The tour is over , you can go home, and I hope you will come back to Grenoble.
Thank you for not forgetting the guide.

(Some tourists slip a coin in his hand.
Upon leaving , he apostrophize the group for the last time : )


47 VINCENZO
In fact, I almost forgot ...
Cularo , it comes from the Gallic and word still exists in the “patois du Dauphiné” (or the Dauphine dialect).
' Courla ' means ' squash ' the vegetable.
Goodbye everyone!
( he goes waving to them)



END