Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2011

Poème métaphysique

 

10/03/2011

Une poule sur un mur ..... la France n'est-elle plus qu'une basse-cour emplie de joyeux caquetages ?

Comptine pour enfants.

 

14/02/2011

Au nom de la Saint Valentin ....... que de conneries !!!

 

Dimanche 13 février 2011.

Nous rentrons d’une manifestation qui s’est déroulée au théâtre du casino de Deauville dont le sujet était : « l’amour » .

Retenez bien le thème, vous comprendrez mieux notre désarroi !

Oui, je sais, je ferais mieux d’éviter les lieux cuculs ….  Mais nous avons été accueillis par ma collègue Aurélie qui nous a placés dans une baignoire (je venais de prendre ma douche, mais elle n’a rien voulu savoir …).

 

Oh ! la vache, ce spectacle !!!

En vedette américaine, nous avons eu droit à C. Lelouche qui nous a fait son numéro « dernier amour » … mais lui, au moins, il a condensé son verbiage inutile.

Ensuite, on nous a imposé Pierre Bergé qui nous a lu pendant trois longs quart d’heure l’oraison qu’il a  écrite pour son amant mort d’un cancer. C’était long ……  mal écrit … mal lu …. CHIANT ! …  mais chiant …. Avec ses histoires de Maroc, de Normandie, de maison ici, de Datcha là-bas …. Et le génie d’Yves Saint Laurent ….. bien méconnu ce génie, bien obscure, bien chiffonnier …  Cette fausse blonde dont était enamouré  P. Bergé, se réfugiait du monde cruel et brutal dans des chiffons de couleurs qu’il assemblait avec une aiguille et du fil …. Vraiment pas de quoi en faire un conte des milles et une ridicules .

Et puis ce déballage, cet étalage indigne et vulgaire …. Ça rime à quoi ?

Ne peut-il garder pour soi ses émois ?

A-t-il besoin, absolument de partager avec nous, pauvres innocents, ses frasques sexuelles, ses déviances ineptes et ses dépenses somptuaires pour sa cocotte imbécile pour laquelle il lâchait des millions pour se constituer des collections aussi vaines que futiles  ?????

 D’autant que ce petit pédé est mort d’une maladie platement ordinaire, un cancer, comme tout l’monde !

J’espère que ma mort, au moins, sera plus spectaculaire !

Après ce torrent de sentiments guimauves et vinasses, deux zigotos (une dame et un monsieur qui n’ont pas dit leurs noms) sont venus lire les derniers échanges entre Piaf et Cerdan …. C’était nul à chier, plus nul encore que Bergé … d’autant que ces  fallacieux lecteurs avaient pris soin de corriger les fautes de Marcel, ce qui fait qu’on ne reconnaissait plus son style boxeur écrivant avec ses gants …

Là, mon épouse m’a dit : « et si on s’en allait ?»

Je lui ai répondu spontanément : « Je pense qu’on a essuyé le pire … voyons la suite … »

Une dame très moche et très mal habillée est alors arrivée avec un petit missel dans une main, un document broché dans l’autre et quelques feuilles disposées sur un lutrin.

Là, je me suis dit : « putain ! si cette conne ne me fait pas rire dans les 30 secondes, on se tirent ! »

Elle nous a lu une lettre de 1671 de Beaumarchais (un marchand de boudin qui faisait les marchés de son temps …) …. Je commençais à remuer sur mon siège …. Mais quand elle a annoncé une lettre de Verlaine à Rimbaud …….  Trop, c’est trop …..

J’ai hurlé :  «Rendez-nous  Roumanoff, Roumanoff …  l’amour c’est pas la nécrophagie, l’amour c’est la joie et le bonheur, c’est le partage, les  extrasystoles, l’adrénaline, les tissus conjonctifs mouillés, les bouches sèches, puis trop humides, les yeux hors bite … orbites …. Dehors, quoi !!! et tout ça tout ça …. Mais pas ces trucs ampoulés et ratatinés !»

Et nous nous sommes pris la main pour rentrer dans nos chers pénates !

 


28/12/2010

qui mettra de la musique sur ma chanson ? à l'enterrement d'ma vie d'garçon

J'attends vos propositions ....

 

21/12/2010

Maman les p'tits bateaux (marins des marinades)

Les marinades sont des espèces de ports de plaisance où marinent les bateaux de luxe.

Ces grands yachts luxueux ne sortent jamais de la marinade où ils sont à l'abri et leurs capitaines sont de fiers marins de marinades !

 

17/12/2010

Le blues du touareg

 

Quand touareg malheureux

Chameau avoir le blues

 

 

16/12/2010

Métempsycose du bigorneau

Attention mesdames .....

Attention messieurs .....

Et vous aussi ....

Si vous faites qu'à vous prélasser au soleil, à vivre de courants d'air et d'aromes de miel, voici ce qui risque de vous arriver :

 

vous retrouvez dans la coquille d'un bigorneau accroché à son rocher !

 


03/12/2010

Chanson à la con !

Tu trouv’ras tout ça à Ablon

 

Tu te les gèles dans ta cité
Tes voisins te prennent la tête
Des pigeons chient à ta fenêtre
T’en as ras l’bol de te faire chier

Envie de gibier faisandé
De lièvres ou bien de sanglier
Envie de pâté d’alouettes
Envie de week-end sous la couette

Cherch’ pas midi à quatorze heures
Viens chez nous oublie tes malheurs
Tu n’es qu’à deux heures du bonheur
Viens voir les insectes butineurs

Tu trouv’ras tout ça à Ablon
Et même plus si affinités
Tu trouveras la liberté
Et on t’offrira un bourbon

Surtout va pas à la mairie
Tu n’y trouverais qu’des soucis
Viens plutôt nous voir au gros chêne
Ensemble on boira du chouchen

Dans la forêt des champignons
Dans la mare de joyeux tritons
Et si tu veux bien t’amuser
Y’a des taupes à exterminer

Si tu préfères te réchauffer
On a plein de bois à couper
Tu pourras aussi t’rafraîchir
Dans la mare en maillot cachemire

Tu trouv’ras tout ça à Ablon
On t’offre l’hospitalité
Tu trouveras la liberté
Alors te fais pas de mouron

Tu trouv’ras tout ça à Ablon
Et même plus si affinités
Tu trouveras la liberté
Et on t’offrira un bourbon

 


Yfig 3 décembre 2010

05/11/2010

C’est toujours mieux ailleurs ………. surtout si t’as du pognon ……

 

 

Tu crois vraiment qu’t’es seul sur terre

Qu’il n’y a que toi dans la misère

Au lieu de pleurer sur ton sort

Tu ferais mieux de voir ailleurs

 

Sais-tu ce qui s’ passe au Népal

Se qui se trame au Sénégal

Tu rêves de vivre aux USA

Si tu savais s’qui s’passe là bas

 

Dans ta banlieue tu désespères

Tu dis qu’tu vis dans la galère

Mais que fais-tu pour t’en sortir

Sauf te comporter en martyr

 

A part la drogue tu sais quoi faire

Dans ta banlieue c’est quoi – l’enfer

Et en parlant de religions

Tes exigences sont légions

 

Manger que du veau baptisé

Que des vaches ayant communié

Du mouton qui pue pas des pieds

Des volailles qu’on n’a pas violées

 

C’est pas comme ça qu’t’y arrivera

Tu ferais mieux de prendre exemple

Sur ceux qu’ont des finances amples

Et qu’on ne traite pas de cailleras

 

Y nous cassent pas les roubignoles

Y font pas cramer les bagnoles

Les banquiers s’amusent de milliards

Les cons d’ pêcheurs bouffent des homards

 

Les agriculteurs de Bruxelles

Touchent des radis ramassent du blé

N’ont pas besoin d’faire la vaisselle

Les cuisiniers taxe diminuée

 

T’as pas compris pov’ouistiti

L’argent suffit pas d’ le gagner

Faut s’lever tôt pour l’ ramasser

Les subventions service compris

 

La prochaine fois tu t’souviendras

Cramer une tire rend bien service

A ceux qui les vendent et sévissent

Trafiquent à donf se font du gras

 

En 2012 tu voteras

Pour Yfig si tu veux qu’ça change

Y a que ceux qui baissent les bras

Qui se complaisent dans la fange

03/11/2010

Bogosse

 

Bogosse

 

Elles pensent que j'ai grande maison

Gros saucisson, rosette de Lyon

Du caviar du foie gras un avion

Des terrains enchantés  de gazon

 

J'habite un HLM en banlieue de Harlem

Mon toit est de tôles de Mathusalem

Mes biquettes sont tout mon harem

J'ai un simple arbre exfolié pour totem

 

Elles disent que je suis beau grand

Intelligent stupéfiant magnifiant

Que mes yeux sont velours et feu

Mes mains douces comme celles des Dieux

 

Je suis souffreteux adipeux anguleux

Mes pensées sont puisées dans le creux

A l'ouvrage je suis un gros fainéant

En amour tout à fait désolant débandant

 

Elles me veulent toutes dans leurs bras

Me serrer caresser cajoler embrasser

C'est trop beau je suis dans l'embarras

J'ai un doute serait-ce ma fortune visée

06/07/2009

La guenon Esopesque chez les bobos

Ceci est un extrait du poème ... le début !

 

Cette guenuche en fureur donne bien du fil à retordre à Thanatos !

Poème existentiel et indubitablement métaphysique quoique pataphysique

Entre deux âges