Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2011

Oui-Oui au bois de Boulogne

Dans Oui-Oui au bois de Boulogne, on voit Oui-Oui qui se promène nuitamment dans les allées du bois et qui fait des rencontres extraordinaires.


Il rencontre un petit chien tout blanc qui a perdu sa maman et qui lève la patte sur le falsard de Oui-Oui qui n'est pas content !

Ensuite, il rencontre un canard qui lui parle vulgairement et Oui-Oui n'est pas content !

Plus loin, Oui-Oui rencontre un drôle de gars qui prétend être le président et qui fait son jogging avec 3 gros malabars musclés jusqu'aux yeux et armés jusqu'aux dents ... Oui-Oui appuie sur le champignon tellement il prend peur à la vue de ces horribles individus ....

Oui-Oui pleure dans sa voiture, il ne retrouve plus la sortie .... heureusement, une jolie dame du nom de Carlos lui donne des indications précieuses qui le conduiront tout droit en prison.

La vie n'est pas toujours drôle pour Oui-Oui !

 


La Libye servira-t-elle d'alibi à Sarkozy pour repousser les présidentielles ?

 

Pendant que Driout s’occupe du carnet mondain des grands nez de ce monde, je m’évertue de réfléchir à la condition humaine dans son ensemble et à celle des libyens entre autres.

 

Notre très vénéré chef des armées qui ne servent à rien sans la guerre ……  a reçu les battus (d’avance) de Benghazi pour bien montrer ses petits muscles et humilier le tyran Khaddafi qui, de son côté, lui adresse un méga pied de nez en reprenant la situation en main sur le territoire libyen.

Permettez-moi de faire un aparté à caractère philosophique et de vous dire que nous ne possédons jamais rien.

Certes, quelques uns jouissent pour le temps de leur passage sur terre de biens (ou mal) acquis …. Mais ils peuvent les perdre à tout instant (quelques japonais vous en parleront) et ils les perdent définitivement le jour de leur mort.

Nous ne sommes donc que les occupants à temps partiel de ce que nous détenons provisoirement.

Ce n’est pas, me rétorquerez vous à raison, une raison pour ne rien faire ! Et d’ailleurs, vous n’aurez pas tort !

Mais ce que je ressens, chaque fois que je travaille dans le jardin, c’est cette intemporalité de la terre par rapport à notre fragilité terrestre.

Moi, ce trouble métaphysique ne m’entraîne pas, pour autant, vers la crétinerie religieuse qui prétend remplacer le  néant par du vide (celui des déités stériles). Non ! moi, ça me fait seulement réfléchir  à ma condition éphémère.

Chaque fois que je regarde un arbre ou un brin d’herbe, je compare leurs destinées à la mienne.

Je vais couper ce brin dès qu’il sera trop haut et qu’avec ses congénères il va faire de mon jardin un fouillis inesthétique …. Et je couperai cet arbre quand j’aurai besoin de renouveler mon stock de bois pour l’hiver.

J’ai un droit de vie et de mort sur ces éléments. Je suis un dieu !

Mais quand je vais mourir, qui s’occupera d’eux ?

Bon ! rien de nouveau sous le soleil et mon discours est vaseux comme le fond de la mare !

Mais moins vaseux, quand même, que les positions acrobatiques de notre bien aimé président (poils au cul).

Ne s’est-il pas commis avec des gens qu’il a reçu à l’Elysées et qu’il a adoubé (sans prendre l’avis de qui que ce soit ….  BHL n’étant que néant dans le néant.

Mais qui sont ces personnes ?

Que représentent elles ?

Man rafich (je ne sais pas) !

Alors, bien sûr, votre facteur (ma concierge est aux sports d’hiver à Mururoa) vous expliquera que le gouvernement détient des informations …..  ouaip ! mais, dans ce cas, qu’il se démerde avec ses prises de position ! Qu’il assume seul, en face à face avec Khadaffi sa condamnation du gouvernement officiel de Khadaffi !

Je sais bien qu’il a besoin d’une bonne guerre pour se maintenir au pouvoir … mais Khadaffi n’est pas un guerrier comme les autres, il ne respecte rien ni personne et n’hésitera pas à commettre tous les coups les plus bas !

Le gouvernement selon la stratégie de la course à l’échalote  …. Ça finit par lasser !!!  Courir inlassablement tous les lièvres à la fois, ça nous essouffle …

Et si on s’arrêtait un peu et qu’on mette tous les problèmes sur la table avant de s’en créer de nouveaux ?

Allez, je connais assez le genre humain pour savoir qu’il ne croit qu’en la fuite perpétuelle …… eh bien qu’il coure ….. moi, je le laisse faire …

10/03/2011

Une poule sur un mur ..... la France n'est-elle plus qu'une basse-cour emplie de joyeux caquetages ?

Comptine pour enfants.

 

06/03/2011

OUI-OUI votera-t-il Marine Le Pen au troisième tour des présidentielles de 2012

 

Notre reporter, n'écoutant que sa bravoure et son courage, s'est transporté par avion privé prêté par Son pote algérien Sidi BelleAbesse jusqu'au Ryiad marocain de Oui-Oui qui passe là  des vacances ensoleillées pendant que la France se les gèle dans les icebergs  du réchauffement climatique.

Notre grand reporter international a trouvé Oui-Oui allongé dans un transat sur le bord de la piscine, sirotant un pastis et grignotant des tapas au chorizzo (ce qui n'est pas recommandé pour les hémorroïdes !).


Le GRI (Grand Reporter International) : Bonjour Oui-Oui !

OO (Oui-Oui) :  mmmmmmmhhh !

GRI : qu'est-ce qu'y a, Oui-Oui, ça ne va pas ?

OO :  hhhhhhmmmmmmm  !

GRI : Vous ne pouvez plus parler, on vous a cousu la bouche ?

OO :  HHHHHHHMMMMMMMMMMHHHHHHHH !!!!!!!

GRI : Désolé, je ne comprends rien !

OO (crachant dix noyaux d'olives dans la piscine) : Merde, je peux pas bouffer mes tapas tranquille sans que des emmerdeurs viennent me faire chier !!!!!

GRI (outré) ! : OH ! Oui-Oui, comment vous causez !!!  les petits enfants ne vont pas apprécier !!

OO : J'emmerde les petits enfants .... vous voyez pas que ce qui se passe en France est grave ! ?

GRI : Mais qu'est-ce qui est grave, Oui-Oui ? Le retour de Dorothée à la télé ?

OO : Fais pas chier avec cette grognasse, je te parle de Marine !

GRI : AHHHHHHHHHHHHHH  ! La marine française, les marins, les moussaillons, les pioupious, les pompons sur le béret .....  ( il rêve ...)

OO : Mais non, espèce de taré, je te parle de Marine Le Pen, qui caracole en tête des sondages, faisant la nique à Martine, à Nicolas, à Dominique, à François, à Jean-Pierre, à Micheline ....

GRI (interrompt OO) : Micheline ?????  c'est qui, celle-là ?

OO : ma concierge, elle a toujours voté communiste, alors la Marine, elle peut pas la blairer !

 

GRI :  Excusez-moi, Oui-Oui, je vous ai  interrompu !

 

OO :  Un pastis ?

 

GRI :  Volontiers ! Pour en revenir à nos melons, que pensez-vous des sondages plaçant Marine en tête au troisième tour des présidentielles de 2012 ?

 

OO : y’a pas que deux tours ?

 

GRI : Oui, mais aujourd’hui, tout devient tellement surréaliste qu’on peut se demander si le conseil constitutionnel dans sa grande sagesse ne va pas tout faire pour empêcher une élection qui irait à l’encontre des intérêts des USA !

 

OO : Euh ….. je n’ai pas tout compris ! ?

GRI : Et alors ! ? D’habitude, ça n’empêche personne de répondre !

 

OO :  Oui, oui,  effectivement, je pense qu’il va falloir très rapidement revoir le code électoral pour instituer autant de tours supplémentaires que nécessaires pour empêcher le parti nazi d’arriver au pouvoir !

 

GRI : Ah !  vous voyez, quand vous vous voulez !

 

OO : Il n’est pas admissible qu’une partie de la population française se retrouve dans les valeurs du FN qui, comme chacun le sait, prône le retour à la peine de mort et à l’esclavagisme avec, cerise sur le paletot, retour de la colonisation de l’Afrique, de Chandernagor et assimilation du Boukistan !

 

GRI : Euh …. Vous êtes sûr de ce que vous avancez ?

 

OO : Ecoutez, il faut charger la barque, sinon, on risque de couler !

 

GRI : Ne serait-ce pas le contraire ?

 

OO : Le contraire de quoi ?

 

GRI : Ben … si on charge la barque, ne risque-t-elle pas de couler ?

 

OO : Ben ça dépend de la barque !

 

GRI : Hein ?

 

OO :  Si c’est la barque du FN, c’est pas grave ! (il crache 25 noyaux de cerises dans la piscine qui est pleine de noyaux)

 

GRI : Mais …….   Je dis bien ‘MAIS’ …..  si malgré toutes ces précautions, malgré tous ces obstacles mis au travers de la route de Marine pour la faire changer de cap et se retrouver coincée entre Charybde et Scylla, les français persistaient à voter pour elle en minorité majoritaire ……  que deviendrions-nous, cher Oui-Oui ?

 

OO : Vous, je sais pas, mais moi, je retourne mon blouson et je change de nom.

 

GRI : Ah bon ! ? Vous changeriez pour quoi ?

 

OO : Non-Non !!!!!!!!!   (et il plonge au milieu des noyaux !)

 

22/02/2011

Du permanent et de l’éphémère, histoires de faune, de flore et de fous !

 

 

 

 

 

L’insecte vit trois ans dans l’eau sous forme de larve, puis éclos, s’envole, fornique et pond en quelques heures …. On l’appelle : l’éphémère.

La pensée de notre bon président des françaises et français sans distinction de sexe de religion ou d’origine ethnique, ressemble à cet insecte ….  Elle ne dure pas longtemps et ne fait pas grand effet.

Le têtard vit dans la mare six à huit mois avant de réussir – s’il n’est pas bouffé par un poisson, un oiseau ou un dytique -  en quelques semaines sa métamorphose en grenouille ou crapaud.

DSK est un crapaud qui n’a pas encore été têtard, c’est pour ça qu’il a cette drôle de binette qui fait tant rires les asiles dans les fous ! (DSK aussi a tout dans le désordre).

Le triton pond un œuf qui éclot se transforme en larve branchieuse  ou branchique … ouais bon … à branchies. Elle est marrante à voir cette larve avec ses larges feuilles ciselées de chaque côté de la tête.

Mélanchon n’a pas de feuille mais des oreilles  et il n’est pas rigolo du tout avec sa tronche à baffes et ses pensées rancies. Enfin …. Quand je dis ‘pensées’, je suis bien bon ….  En fait de pensées, ses déblatérations sont si confuses et invraisemblables que je ferais mieux de dire : ‘conneries’. Ce malheureux confond dire et médire.

La libellule pond des œufs dans la mare. Les œufs se transforment en larves  voraces qui bouffent les alevins, les têtards et tout ce qui bouge. Puis la larve grimpe le long d’une tige de sagittaire et prend son envol …. Puis va pondre après avoir sauvagement copulé.

Certaines petites libellules restent collées l’une à l’autre toute leur vie et la femelle pond tout en prenant sa patte (elle n’a pas de pied, la pauvrette).

Les actrices de cinéma, et, maintenant, de théâtre (quand y’a du gâteau y’a des bobos) sont semblables à ces libellules, elles portent les mâles sur leur dos et pondent au fil de l’eau ….. de véritables stars !!!!!

Les acteurs se laissent porter … ils ne savent rien faire d’autre.

Le cafard d’Afrique est fort laid, gros et quand il vole dans la case, c’est le branle-bas de combat pour mettre la main sur le baygon.

Quand DSK passe à la télé, c’est le branle-bas de combat pour trouver la zapinette !!!

D’autre fois, c’est un scorpion qui traverse la pièce comme s’il était chez lui.

BHL n’est jamais bien loin !

Les geckos marchent au plafond …. Bouffent les moustiques, les mouches et les araignées (quand elles ne sont pas trop grosses).

Mélanchon marche sur sa tête, mais il ne le sait pas, il est bien trop con pour s’en rendre compte !

Les chauve-souris volent dès la tombée de la nuit et offrent au spectateur esbaudi  un ballet merveilleux au dessus de la mare. Elles sont de véritables virtuoses du vol et sont capables de faire un cent quatre vingt degré sans ralentir.

Les politiques ont appris à voler avec les chauves-souris …… et ils ne craignent personne pour ce qui est des 360 degrés (C. Lagarde dixit) !

Le corbeau, c’est connu, n’est pas bien malin et laisse tomber le calendos de son bec si on lui demande de chanter.

Carla Bruni chante même quand on ne lui demande rien. Par contre, elle pue le calendos ça s’entend à sa voix fromageuse ! …  ou crémeuse, au choix !

Le hérisson vit seul. Il pique pour se défendre, comme l’oursin mais l’oursin vit dans la mer le hérisson sur terre. Le hérisson fait un bruit d’hélicoptère quand il copule (quand la tortue géante fait un bruit de bûcheron dans l’acte de fornication). Si, une nuit sans lune, vous avez l’impression qu’un hélicoptère vient d’atterrir dans votre jardin, c’est que des hérissons s’envoient en l’air !

Martine Aubri pique quand elle oublie de se raser ….. mais elle ne fait aucun bruit pendant le radada houp la …. Elle dort !

La belette est un petit animal à fourrure qui court dans le bois mesdames  dans les chansons.

DSK court après les dames dans les bois, sans chanter (heureusement !)

Le hibou se nourrit de souris, de rats, de mulots et autres musaraignes.  Sont vol est parfaitement silencieux grâce à une disposition particulièrement judicieuse de ses plumes. Il est nyctalope et son chant fout le cafard et des frissons partout.

JM Le Pen ne nique plus les salopes, il est à la retraite et son chant lugubre n’est plus qu’un lointain écho que Marine entonne quand Sarko scie.

La chouette hulotte ne porte ni culotte ni soutif.

Ségolène estime, à juste titre, que DSK ne lui est pas d’un grand soutien.

Elle se verrait bien première dame de France pour changer le nom de l’avion de Nico en’ Ségo one’. Tout un programme !!!!!

La taupe, la salope, fait des monticules de terre dans mon jardin et se tape de défigurer le paysage par ses taupinières inesthétiques et pleines de cailloux qui claquent dans les lames de la tondeuse pendant tout l’été.

Sa fourrure est parfois utilisée pour confectionner des manteaux que portent les rombières en temps de guerre.

Michèle Alliot Marie a le regard d’une taupe … si elle portait un manteau en poils de taupe, elle pourrait faire des taupinières en Tunisie.

La forêt primaire est une forêt où la main de l’homme n’a jamais mis le pied.

Monsieur Hulot passe ses vacances dans des autochtones primaires. Il pense que ça lui donne la légitimité pour se présenter en 2012 … mais Eva Joly n’est pas d’accord, elle a beau être primaire, elle n’en pense pas moins !!!

Les fourmis sont de petits hyménoptères grégaires qui font tout en bande et sont totalement dévoués à leur reine qui ne sait faire qu’une seule chose : pondre des œufs de fourmi. La fourmi est parfois agressive, en particulier quand la bande de fourmis rencontre une autre bande de fourmis, là, ça chie ! Les fourmis s’entretuent vaillamment en usant, comme pour la chasse, de leur acide formique qui pique et immobilise la proie ou l’ennemi. 

La fourmi ramène ses proies dans sa fourmilière pour les dévorer.

Sous terre, c’est un véritable bordel entre les tunnels des taupes, ceux des lombrics et ceux des fourmis …. On se demande comment le jardin ne s’effondre pas sous lui-même sous l’effet gruyère de tous ces chieurs !

Sur terre, c’est pas mieux !

Les partis politiques, les bandes de ‘cailleraux’, les entreprises délocalisées, les associations merdiques, les observatoires aveugles, les journaux indigents, les politiciens girouettes ………  tout ça forme un bordel géant où personne ne s’y retrouve et qu’il fait bon oublier un instant en consacrant son temps libre à observer, plutôt, les animaux !!!!!

14/02/2011

Au nom de la Saint Valentin ....... que de conneries !!!

 

Dimanche 13 février 2011.

Nous rentrons d’une manifestation qui s’est déroulée au théâtre du casino de Deauville dont le sujet était : « l’amour » .

Retenez bien le thème, vous comprendrez mieux notre désarroi !

Oui, je sais, je ferais mieux d’éviter les lieux cuculs ….  Mais nous avons été accueillis par ma collègue Aurélie qui nous a placés dans une baignoire (je venais de prendre ma douche, mais elle n’a rien voulu savoir …).

 

Oh ! la vache, ce spectacle !!!

En vedette américaine, nous avons eu droit à C. Lelouche qui nous a fait son numéro « dernier amour » … mais lui, au moins, il a condensé son verbiage inutile.

Ensuite, on nous a imposé Pierre Bergé qui nous a lu pendant trois longs quart d’heure l’oraison qu’il a  écrite pour son amant mort d’un cancer. C’était long ……  mal écrit … mal lu …. CHIANT ! …  mais chiant …. Avec ses histoires de Maroc, de Normandie, de maison ici, de Datcha là-bas …. Et le génie d’Yves Saint Laurent ….. bien méconnu ce génie, bien obscure, bien chiffonnier …  Cette fausse blonde dont était enamouré  P. Bergé, se réfugiait du monde cruel et brutal dans des chiffons de couleurs qu’il assemblait avec une aiguille et du fil …. Vraiment pas de quoi en faire un conte des milles et une ridicules .

Et puis ce déballage, cet étalage indigne et vulgaire …. Ça rime à quoi ?

Ne peut-il garder pour soi ses émois ?

A-t-il besoin, absolument de partager avec nous, pauvres innocents, ses frasques sexuelles, ses déviances ineptes et ses dépenses somptuaires pour sa cocotte imbécile pour laquelle il lâchait des millions pour se constituer des collections aussi vaines que futiles  ?????

 D’autant que ce petit pédé est mort d’une maladie platement ordinaire, un cancer, comme tout l’monde !

J’espère que ma mort, au moins, sera plus spectaculaire !

Après ce torrent de sentiments guimauves et vinasses, deux zigotos (une dame et un monsieur qui n’ont pas dit leurs noms) sont venus lire les derniers échanges entre Piaf et Cerdan …. C’était nul à chier, plus nul encore que Bergé … d’autant que ces  fallacieux lecteurs avaient pris soin de corriger les fautes de Marcel, ce qui fait qu’on ne reconnaissait plus son style boxeur écrivant avec ses gants …

Là, mon épouse m’a dit : « et si on s’en allait ?»

Je lui ai répondu spontanément : « Je pense qu’on a essuyé le pire … voyons la suite … »

Une dame très moche et très mal habillée est alors arrivée avec un petit missel dans une main, un document broché dans l’autre et quelques feuilles disposées sur un lutrin.

Là, je me suis dit : « putain ! si cette conne ne me fait pas rire dans les 30 secondes, on se tirent ! »

Elle nous a lu une lettre de 1671 de Beaumarchais (un marchand de boudin qui faisait les marchés de son temps …) …. Je commençais à remuer sur mon siège …. Mais quand elle a annoncé une lettre de Verlaine à Rimbaud …….  Trop, c’est trop …..

J’ai hurlé :  «Rendez-nous  Roumanoff, Roumanoff …  l’amour c’est pas la nécrophagie, l’amour c’est la joie et le bonheur, c’est le partage, les  extrasystoles, l’adrénaline, les tissus conjonctifs mouillés, les bouches sèches, puis trop humides, les yeux hors bite … orbites …. Dehors, quoi !!! et tout ça tout ça …. Mais pas ces trucs ampoulés et ratatinés !»

Et nous nous sommes pris la main pour rentrer dans nos chers pénates !

 


26/01/2011

Des proverbes … Selon F. Villon 1431 / 1462 ... extraits

 

 

Tant gratte chèvre que mal gît

 

Tant va le pot à l’eau qu’il se brise

 

Tant chauffe-t-on le fer qu’il rougit

 

Tant le maille-t-on qu’il se débrise

 

Tant vaut l’homme comme on le prise

 

Tant s’éloge-t-on qu’il n’en souvient

 

Tant mauvais est qu’on le déprise

 

Tant crie-t-on noël qu’il vient

 

Tant parle-t-on qu’on se contredit

 

Tant vaut bon bruit que grâce acquise

 

Tant plus est chère et plus est quise

 

Tant la quiert-on qu’on y parvient

 

Tant plus commune est moins requise

 

Tant promet-on qu’on s’en dédit

 

Tant prie-t-on que chose est acquise

 

Tant aime-t-on chien qu’on le nourrit

 

Tant court chanson quelle est apprise

 

Tant garde-t-on fruit qu’il se pourrit

 

Tant bat-on place qu’elle est prise

 

Tant tarde-t-on que faut entreprise

 

Tant se hâte-t-on que mal advient   ...........

16/01/2011

Un grand moment de télé pour bientôt : La serpillière neuve de la bignolle

 

 

 

Chaque année sont décernés divers prix.

Les oscars, les Molière, les globes, les César, les dents d’or … etc ….

 

Cette année, 2011, pour la première fois, seront décernés les serpillières neuves des bignolles.

 

Monsieur Delanoé et toute sa cour, à la file indienne et à la queue leuleu (vieille expression lutècienne que le maire à remise au goût du jour en même temps que le rose bonbon pour la jarretière des putes du boulevard des maraîchers et des maréchal ferrant)  ira donc, son bâton de pèlerin sous le bras et sa bite en bandoulière, faire le tour des loges de la capitale.

 

Pendant ce temps, il ne polluera pas le débat politique.

 

D’après le règlement du concours, les serpillières seront décernées selon les critères suivants :

 

1 – discrétion et papotages – la gagnante de cette catégorie se verra décerner une serpillière en peaux de taupes cousues en fils de moustaches de musaraignes.

 

2 – escalier et ascenseur art déco -  la gagnante de cette catégorie se verra décerner une serpillière en fibres de papier carbone.

 

3 – courrier, bouilloire et loupe - la gagnante de cette catégorie se verra décerner une serpillière en œil de perdrix.

 

4 – trottoir et stationnement stupide - la gagnante de cette catégorie se verra décerner une serpillière en billets de monopoly et monnaie de singe.

 

Ma concierge me demande de préciser :

« Nous avons vu, récemment,  Delanoé à la télévision, parler de la Tunisie et se dire tunisien avant tout. Il ferait un très bon maire de Tunis, qu’il y aille et bon vent ….. il peut même emmener ses serpillières ce vieux macho ! »

 

Bien entendu, je laisse la responsabilité de ses dires à ma concierge !

 

 

03/12/2010

Chanson à la con !

Tu trouv’ras tout ça à Ablon

 

Tu te les gèles dans ta cité
Tes voisins te prennent la tête
Des pigeons chient à ta fenêtre
T’en as ras l’bol de te faire chier

Envie de gibier faisandé
De lièvres ou bien de sanglier
Envie de pâté d’alouettes
Envie de week-end sous la couette

Cherch’ pas midi à quatorze heures
Viens chez nous oublie tes malheurs
Tu n’es qu’à deux heures du bonheur
Viens voir les insectes butineurs

Tu trouv’ras tout ça à Ablon
Et même plus si affinités
Tu trouveras la liberté
Et on t’offrira un bourbon

Surtout va pas à la mairie
Tu n’y trouverais qu’des soucis
Viens plutôt nous voir au gros chêne
Ensemble on boira du chouchen

Dans la forêt des champignons
Dans la mare de joyeux tritons
Et si tu veux bien t’amuser
Y’a des taupes à exterminer

Si tu préfères te réchauffer
On a plein de bois à couper
Tu pourras aussi t’rafraîchir
Dans la mare en maillot cachemire

Tu trouv’ras tout ça à Ablon
On t’offre l’hospitalité
Tu trouveras la liberté
Alors te fais pas de mouron

Tu trouv’ras tout ça à Ablon
Et même plus si affinités
Tu trouveras la liberté
Et on t’offrira un bourbon

 


Yfig 3 décembre 2010

01/12/2010

Noël approche, Nicolas et Carla vont fêter ça en famille ..... et les SDF ?

Tiens tes promesses, Nicolas, ouvre l'Elysée aux SDF pour Noël et prête leur Carla pour les réchauffer !

Si Rachida Dati voulait bien leur faire une petite inflation .......

 

03/11/2010

Style = saynète ---- Genre = comédie --- Titre = Roméette et Julio

 

ROMEETTE       ET      JULIO

Devant le rideau rouge, face aux spectateurs.

Metteur en scène : Mesdames, Mesdemoiselles  et Messieurs,  nous allons avoir le vif plaisir

d’interpréter devant vous, ce soir, un acte délicieux d’Oscar Marivelle intitulé : « Roméette et Julio ».

Le rôle de Roméette sera tenu par Melle Dubois, celui de Julio par M. Durand …

Dupont fait irruption côté cours

Dupont : Pardon, pardon, Julio c’est moi.

Durand fait irruption côté jardin

Durand : Pardon, on m’a donné le rôle. Vous  étiez malade et je suis votre remplaçant.

Dupont : Je suis à présent rétabli et je suis ici pour tenir mon rôle.

Durand : Trop tard ! trop tard ! J’ai appris ce rôle, nous l’avons répété avec mademoiselle

Dubois et c’est à moi de le jouer.

Dupont : Moi aussi je l’ai appris et je suis l’acteur principal, vous, vous n’êtes qu’une

doublure.

Metteur en scène : Ecoutez, M. Dupont, de toutes façons, je pense qu’il est préférable que ce

soit M. Durand qui tienne le rôle…   C’est plus dans son tempérament que dans le vôtre… et …

Dupont : Alors vous croyez que j’aurai appris le rôle pour rien ? Vous m’avez pas regardé ?

Durand : Mais si on vous a bien regardé, vous n’avez pas du tout la tête de l’emploi.

Dupont : Autant que vous … espèce de polichinelle à ressort !

Durand : Ah mais dites donc, je vous interdis de m’insulter  espèce de mannequin biscornu !

Metteur en scène : Messieurs, Messieurs, je vous en prie, un peu de tenue !

Dupont : Je le jouerai ce rôle, c’est moi qui l’ai eu le premier.

Durand : Non, c’est moi qui le jouerai, c’est pas dans votre tempérament, on vous l’a déjà dit.

Metteur en scène : Messieurs, s’il vous plaît, un peu de respect pour les spectateurs !

Durand : Enfin Monsieur Barbuzet, c’est à moi de le jouer n’est-ce pas ?

Dupont : Non, non, il est à moi n’est-ce pas ?

Metteur en scène : Nous n’avons plus le temps d’en discuter, la pièce doit commencer

maintenant.

Allez en coulisses, mettez-vous d’accord et commençons.

Ils repartent chacun de son côté, cours et jardin tout en s’invectivant.

Dupont : Vous pouvez aller vous rhabiller, canard à roulettes !

Durand : Et vous, vous pouvez rentrer chez vous, tête d’âne chauve !

**********   

Le Metteur en scène passe la tête derrière le rideau.

Metteur en scène : Mademoiselle Dubois ?

Elle répond de derrière le rideau.

Melle Dubois : Nous commençons tout de même ?

Metteur en scène : Bien sûr qu’il faut commencer.

Asseyez-vous dans le fauteuil.

Au public : Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs veuillez nous excuser de ce petit incident sans gravité.

La scène se passe dans un charmant petit boudoir Louis VX.

Roméette attend avec impatience et inquiétude la visite de son fiancé car ses parents s’opposent à leur mariage … Mais place au théâtre … Les trois coups vite.

Le rideau s’ouvre sur Roméette assise dans un fauteuil Louis VX. Elle déclame.

Melle Dubois : Mais que fait donc mon adorééé ? Ah! mon cœur se fane de l’attendre, car

mon cœur est une fleur qui s’est ouverte au soleil de l’amour…

(des bruits de pas se font entendre

Mais qu’entends-je ? Des bruits de pas ! C’est lui, le voici celui que j’aime, Julio l’homme de ma vie, le seul, l’unique …

Les deux Julio en même temps (cours / jardin) : Me voilà mon amour.

Roméette : Hein ! Heu ! Ha!

Durand à Dupont : Mais fichez donc le camp espèce de m’as-tu vu !

Dupont : Rien à faire, c’est mon rôle !

Roméette : Mais c’est impossible.

Dupont : Enchaînez nom d’une trompette en zinc !

Roméette : Ah! mon Julio, votre présence me réchauffe, il fait si froid lorsque vous n’êtes pas

là.

Deux Julio : Roméette ma chérie, avez-vous parlé de moi à vos parents ?

Roméette : Oui  mon Julio, mais hélas ils ne veulent pas que je devienne votre épouse.

Deux Julio : Ciel ! Ils ne veulent pas que vous soyez ma femme ?

Roméette : C’est ridicule. (à Dupont) retirez-vous.

Dupont : (montrant Durand du doigt) C’est à lui de se retirer, j’étais là le premier.

Durand : (S’agenouille aux pieds de Rométte et lui prend la main) Enchaînons, ne nous

occupons plus de lui.

Dupont : (S’agenouille et prend l’autre main de Roméette) C’est vous qu’on devrait

enchaîner espèce de chimpanzé.

Durand : Ciel ! Vos parents ne veulent pas que vous soyez notre femme … Euh .. que vous

soyez MA femme ?

Dupont : Ciel ! Ils ne veulent pas que vous soyez ma femme ?

Roméette : Ils désirent me voir épouser le Comte de Saint Eczéma.

Deux Julio : Le Comte de Saint Eczéma, ce misérable ! Eh bien je le tuerai en duel.

Roméette : Et si c’était lui qui vous tuait, mon Julio, je n’y survivrai pas. Songez que je n’ai

que vous dans la vie… Je n’ai qu’un Julio.

Deux Julio : Oui vous n’avez qu’un Julio, et ce Julio, c’est moi. (ils s’affrontent) Mais plutôt

mourir que vous voir épouser un autre.

Roméette : Je ne saurai, non plus, renoncer à devenir votre femme.

Deux Julio : Alors ma Roméette, nous devons fuir et nous marier clandestinement.

(Ils se lévent et essaye d’entraîner Roméette chacun de son côté).

Durand : Fuyons tous les deux !

Dupont : Tous les trois ! Ah non, c’est vrai il y en a un de trop.

Roméette (à Dupont) : C’est vous, fichez le camp.

Dupont : C’est à lui de ficher le camp.

Roméette : Fuyons, fuyons tous les trois … Non tous les deux. Non décidément c’est

impossible de jouer la comédie dans ces conditions.

Durand : Ne vous énervez pas. Reprenons .

Fuyons tous les deux (Il l’attire vers lui, mais l’autre la retient)

Deux Julio : Fuyons avant que vos parents ne reviennent. Mon cheval est à la grille, vous

monterez en croupe.

Dupont : A trois sur un canasson, on va se casser la gueule.

Roméette : Trop tard, les voici, je les entends …..

Deux Julio : S’ils nous trouvent ici tous les deux, que vont-ils penser ?

Dupont : A deux ça irait encore, mais c’est qu’on est trois.

Durand : Mais taisez-vous donc imbécile !

Dupont : Imbécile ? Pas plus que vous crétin.

Le père : Que faites-vous ici jeune homme ? ….. Mais ils sont deux ????

La mère : Qu’est-ce que cela veut dire ???

Dupont : (Montrant Durand) C’est lui, il est de trop.

Durand : Enchaînons, enchaînons ! Euh …. Monsieur le Duc …

Dupont : Monsieur le Duc…

Durand : Je viens d’apprendre …

Dupont : Je viens d’apprendre …

Durand : L’affreuse nouvelle …

Dupont : L’affreuse nouvelle …

Le père :  Je peux vous la confirmer, vous n’aurez pas la main de ma fille.

La mère : Ni l’un ni l’autre.

Roméette : Mais voyons , vous voyez bien qu’il y en a un de trop.

La mère : Comment ça il y en a un de trop ???

Deux Julio (au père) : Puis-je connaître la raison de ce cruel refus ?

La mère : Notre enfant n’épousera jamais un roturier.

Le père :  Mais c’est ma réplique ?

Dupont : Ah ! c’est « roturier » . Sur ma brochure il y avait écrit « rotulier », j’imaginais que

c’était un type qui fabrique des rotules … (stupéfaction des acteurs incrédules) pour mettre dans les genoux (se croit-il obligé de préciser).

Durand : Mais allez-vous vous taire idiot !

Dupont : Pas plus idiot que vous andouille !

Le père :  Enchaînons s’il vous plaît.

Nous ne saurions tolérer une telle mésalliance.

Deux Julio : En ce cas, il ne me reste plus qu’à mourir.

Roméette : Ah mon Julio , je veux mourir avec vous.

La mère : Roméette, je vous défends bien de mourir avec ces messieurs.

Roméette : Mais vous ne comprenez donc pas qu’il y en a un de trop ?

La mère : Un quoi ?

Le père : Enchaînons non de non.

Si vous voulez mourir, allez mourir ailleurs.

Deux Julio : Je mourrai seul, j’irai m’empoisonner.

Dupont : C’est vous qui m’empoisonnez.

Une sonnerie de téléphone sur le petit meuble du salon. Le père décroche.

Le père : Allô, Allô…. Oui, oui il est ici….. C’est un appel pour Monsieur Julio ….

Deux Julio : Pour moi ?

Ils prennent le téléphone des mains du père.

Durand : Mais laissez-moi donc le téléphone !

Dupont : Mais pas du tout, cet appel est pour moi, je suis Julio !

Le père : C’est invraisemblable.

La mère : Mais pourquoi sont-ils deux ?

Deux Julio : (L’oreille collée au combiné) Allô, oui, c’est moi Julio, oui, bonjour Maître.

Ah pas possible, mon Dieu oui, j’arrive tout de suite. Merci Maître.

Durand : Mon notaire …

Dupont : Viens de m’apprendre …

Durand : Que j’hérite de ma défunte tante …

Dupont : de vingt millions de francs

Le père : Vingt millions ! Mais alors, plus rien ne s’oppose à ce que vous épousiez notre

Roméette.

La mère : Vingt millions chacun, ça fait quarante en tout.

Roméette : Mais voyons, ils sont un seulement !

La mère : Je ne comprends rien du tout !

Silence.

Le père (à la mère) : C’est à vous !

La mère : Quoi, les vingt millions ?

Le père (à la mère) : Mais non espèce de gourde... la réplique, la réplique.

La mère : Ah oui ! …

Euh ! Cher jeune homme, comme je serais heureuse de vous avoir pour gendre… tous les deux.

Roméette : Il n’y a rien à tirer de cette femme là !

Le père : donnez-moi votre main jeune homme. (Ils tendent tous deux la main. Le père met les deux mains dans la main de Roméette) Voici celle de ma fille.

Roméette : Chers parents, comment vous remercier pour tant de générosité ?

Deux Julio : Chers parents, Je puis donc enfin vous appeler « chers parents ».

Le père (à la mère) : Retirons-nous chère épouse ! Laissons seuls ces deux tourtereaux.

La mère : Oui, Eugène, laissons les à leur bonheur … tous les trois.

Deux Julio : Je ne puis croire à ma félicité. Ah ma Roméette, maintenant que vous allez

devenir ma femme, m’accorderez-vous vos lèvres ?

Roméette : Prenez les mon cher amour …..(Ils essayent tous les deux de l’embrasser).

Mais pas tous les deux voyons, arrêtez, vous m’étouffez …

Dupont : C’est pour moi.

Durand : Non c’est pour moi.

Roméette : (les repousse et se lève) J’en ai assez, je m’en vais, débrouillez-vous sans moi.

Deux Julio : Mais ….. Mon baiser …. !

Ils se retrouvent seuls

Dupont : Vous, je vais vous casser la figure.

Durand : Vous, je vais vous démolir le portrait.

Rideau !  Rideau !

Bogosse

 

Bogosse

 

Elles pensent que j'ai grande maison

Gros saucisson, rosette de Lyon

Du caviar du foie gras un avion

Des terrains enchantés  de gazon

 

J'habite un HLM en banlieue de Harlem

Mon toit est de tôles de Mathusalem

Mes biquettes sont tout mon harem

J'ai un simple arbre exfolié pour totem

 

Elles disent que je suis beau grand

Intelligent stupéfiant magnifiant

Que mes yeux sont velours et feu

Mes mains douces comme celles des Dieux

 

Je suis souffreteux adipeux anguleux

Mes pensées sont puisées dans le creux

A l'ouvrage je suis un gros fainéant

En amour tout à fait désolant débandant

 

Elles me veulent toutes dans leurs bras

Me serrer caresser cajoler embrasser

C'est trop beau je suis dans l'embarras

J'ai un doute serait-ce ma fortune visée

Hadopi, tu l'aimes ou pas ............... elle te nique !!!

 

 

Un mauvais élève internaute annonce :

 

« Hadopi va surveiller 10 000 titres dont 5000 qui seront au prorata des ventes.
Ce qui revient a dire que ce sont toujours les plus gros qui gagneront encore plus.
Au détriment de la protection des moins gros. »

 

Hadopi est plus malin que toi !

 

Le principe est le suivant :

Impossible d'éviter le piratage. OK


Mais ........ il faut une compensation, n'est-ce pas ?

Alors on va prélever plus d'argent sur les connexions internet, on va faire payer la baisse du chiffre d'affaires par l'Etat alors que cette baisse n'est pas du tout liée au piratage mais tout simplement, comme dans tous les domaines de l'art, à la qualité de plus en plus minable des artistes (qui, pour ceux qui en vivent, font tous partie d'un cercle d'initiés).

Franchement, les chansons n'ont plus de paroles, les chanteuses et chanteurs n’ont plus de voix et les musiques se ressemblent toutes.

Souvenez-vous des victoires de la musique avec le premier prix à la fille de machin !


En peinture, on a droit à des japoniaiseries au château de Versailles.

Au cinéma, on voit toujours les mêmes qui s'auto congratulent à la télé en tournantes ..... les uns après les autres dans toutes les émissions sur toutes le chaînes ..... essayez, vous, d'obtenir une seule seconde de télé, vous m'en direz des nouvelles !!!!! Et pourtant, on peut voir de grands talents sur internet !

Il n'y a plus de musique classique (sur les médias tenus par le gouvernement et les patrons ...) et pourtant, si vous cherchez, on a de très bons musiciens .... pas de pot, ils ne font pas partie de la grande famille !!!

Le théâtre est désormais phagocyté par quelques branleurs qui ont compris que le théâtre vit de subventions et qui ont décidé de ne pas laisser cet argent à d’autres !

 
Et comme ça partout ....

Conclusion :
Hadopi prétend définir quels sont les bons artistes, ceux qui toucheront les pépettes des subventions qui seront payées sur nos impôts aux Majors ..... les autres, les rejetés du système n'ont plus qu'à crever !!!!!

Allez, bons téléchargements ! L’essentiel étant de ne pas se faire prendre !

01/11/2010

L'équipe à Ruquier et ses gros niqueurs nous fait rire avec "Il est grand temps d’aller vous coucher"

 

Mesdames messieurs bonsoir,

 

Ceux qui n’ont pas pu ou pas voulu venir ce soir à notre émission :

 « Il est grand temps d’aller vous coucher »

 

M. Kouchner n’a pas voulu venir ….

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Il compte les sacs de riz au Boukistan.

 

Fadela Amara ne viendra pas ce soir …

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Elle cherche un nouveau logement pour son frère.

 

Michel Drucker n’a pas voulu venir …

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Il surveille la construction de sa villa sur le site protégé d'Eygalières dans les alpilles.

 

Jacques Chirac ne viendra pas non plus …..

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Il est en vacances avec Bernadette chez Carla Bruni Tedeschi au Cap Nègre.

La HALDE a demandé que le Cap Nègre soit rebaptisé en Cap de couleur.

 

Monsieur Borloo ne nous joindra pas ce soir …

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Il est en retraite aux chais de Bordeaux et du Bourgogne réunis.

 

Madame Bachelot n’a pas pu se déplacer …

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Elle a la grippe.

 

D’ailleurs, mère Thérésa n’a pas pu venir non plus ….

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

RIP

 

 

 

Et maintenant, je vous demande de réserver le meilleur accueil à nos chers invités :

 

Madame Nostalgie qui vient d’écrire une chanson intitulée ‘Reggiani’

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  bravooooooooooooooooooooo !!!!! »

 

Monsieur Oui-oui qui vient d’écrire un livre qu’il a intitulé ‘Oui-oui à Matignon’ en hommage à Linonel Jospin qui n’a pas voulu venir ce soir.

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Lionel s’entraîne sur l’île d Ré pour les prochaines présidentielles de 2012, son coach est JM Le Pen.

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  bravooooooooooooooooooooo !!!!! »

 

(en aparté : quels cons ce public !)

 

Mon troisième invité est  …..  euh ……  zut, c’est qui, déjà ???

AH OUI ! c’est Brigitte Fontaine …

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  bravooooooooooooooooooooo !!!!! »

 

Oui, elle vient pour son dernier film : « moi aussi j’en veux du nougat aux betteraves »

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  bravooooooooooooooooooooo !!!!! »

 

(en aparté : mais ils ne savent dire que ça !!!)

 

C’est un film pas historique mais presque.

C’est la vraie fausse vie de la duchesse de Monpucier, qui faillit épouser le vicomte de la Merdenvrac et qui finit comme dame pipi à la gare St Lazarre.

C’est absolument pas-sionnant, hilarant, tordant, morbide, horrible, pétrifiant, stupéfiant, mordant, époustouflant, tournicotant, béatifiant, trouducufiant, cornegidouillant, purgatifiant, cocufiant, acidifiant, smoutrant …. Les acteurs sont vraiment extrapaordinaire et les actrices pas mieux !

Il en pense quoi Cémour ?

Hein ?

 

Ah ! Il aime pas, il trouve ça sans intérêt et sans histoire et qu’il y a trop d’étrangers en situation irrégulière dans ce film !!

 

Ben on s’en fout !

 

Et Nullot, il en pense quoi, lui ?

 

Que  Cémour est un xénophobe !

 

Ben franchement qu’est-ce qu’y veut que ça nous fasse ?

 

Bon et voici mon dernier invité pour ce soir : le père La Chaise !

 

Il attrape la chaise et s’assied dessus.

 

Allez, on va demander à John Attend Lambert de nous faire rire.

 

Ah ! Catering Barma me dit dans l’oreillette que John Attend s’est cassé un cheveu et qu’il ne viendra pas ce soir ….

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  nooonnnnnnnnnnnnnn !!!!! »

 

Bon ! ça suffit le public, écrasez-vous !

 

Le public : « oooooooooohhhhhhhhhhhhhh  bravooooooooooooooooooooo !!!!! »

 

Alors c’est Oui-oui qui vient s’asseoir dans le fauteuil pour nous parler de sa vie bouleversifiante pendant que les Eric et moi on va s’en griller une petite dehors.

 

Allez ! à la prochaine ! et ne tardez pas à aller vous coucher !!!!! à la niche  ……  fiscale Ouah ouah ouah !!!!!!!!!!!!!